"L'affaire Jacqueline Sauvage", avait secoué la France entière, après que cette femme, battue par son mari durant 47 ans, a été condamnée, en octobre 2014, à 10 ans de réclusion par la cour d'assises du Loiret, pour avoir abattu son mari Norbert Marot de trois coups de fusil de chasse le 10 septembre 2012, à leur domicile de La Selle-sur-le-Bied.

La peine avait été jugée injuste par beaucoup, au regard des violences conjugales dont elle avait été victime toute sa vie de la part de son mari. Soutenue par un large mouvement sur les réseaux sociaux, elle est devenue un symbole des maltraitances faites aux femmes. Elle a également bénéficié du soutien public de nombreuses personnalités politiques et du spectacle, dont Muriel Robin, qui a endossé son rôle dans un film en 2018.

En janvier 2016, le président François Hollande lui a octroyé, après avoir rencontré ses filles et ses avocates, une grâce partielle avant de la gracier totalement en fin d'année.

"L'affaire Jacqueline Sauvage", avait secoué la France entière, après que cette femme, battue par son mari durant 47 ans, a été condamnée, en octobre 2014, à 10 ans de réclusion par la cour d'assises du Loiret, pour avoir abattu son mari Norbert Marot de trois coups de fusil de chasse le 10 septembre 2012, à leur domicile de La Selle-sur-le-Bied. La peine avait été jugée injuste par beaucoup, au regard des violences conjugales dont elle avait été victime toute sa vie de la part de son mari. Soutenue par un large mouvement sur les réseaux sociaux, elle est devenue un symbole des maltraitances faites aux femmes. Elle a également bénéficié du soutien public de nombreuses personnalités politiques et du spectacle, dont Muriel Robin, qui a endossé son rôle dans un film en 2018. En janvier 2016, le président François Hollande lui a octroyé, après avoir rencontré ses filles et ses avocates, une grâce partielle avant de la gracier totalement en fin d'année.