Le transport de passagers par avion, train, bateau et bus, y compris le transit, en provenance de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud vers la Belgique sera interdit. Un arrêt ministériel en ce sens devrait être publié dans les plus brefs délais.

Seul un nombre très limité de mouvements essentiels sera encore autorisé, à savoir les déplacements professionnels du personnel de transport et des marins ainsi que les voyages des diplomates, du personnel appartenant à des organisations internationales et des personnes invitées par des organisations internationales dont la présence physique est indispensable au bon fonctionnement de ces organisations, dans l'exercice de leurs fonctions. Les déplacements autorisés ne seront possibles que sur présentation d'une attestation délivrée par l'employeur et sur présentation d'une attestation délivrée par le poste diplomatique ou consulaire belge s'il est prouvé que le voyage est essentiel. Des règles de test et de quarantaine plus strictes s'appliqueront par ailleurs au retour de ces pays.

Les personnes qui ont la nationalité belge, ainsi que les personnes qui ont leur résidence principale en Belgique, peuvent revenir d'Inde, du Brésil et d'Afrique du Sud en Belgique. Toutefois, il leur est fortement déconseillé de se rendre dans ces pays. Pour les non-résidents en Belgique qui se rendent depuis l'Inde vers notre pays et y séjournent moins de 48 heures, ou si un ressortissant de Belgique se trouve en Inde depuis moins de 48 heures, l'exception aux règles de dépistage et de quarantaine ne sera plus applicable. Les mêmes règles plus rigoureuses s'appliquaient déjà à l'Amérique du Sud, à l'Afrique du Sud et au Royaume-Uni.

Pour le virologue de la KU Leuven Marc Van Ranst, cette décision est "logique et nécessaire", a-t-il indiqué au terme du Comité de concertation, réuni en ligne. "La mesure a été fortement plébiscitée", a-t-il précisé. "Les Dominos étaient en train de tomber alors que le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas, notamment, ont annoncé faire de même. Si nous ne l'avions pas fait, nous l'aurions regretté." Le virologue estime que l'interdiction d'accès aux voyageurs en provenance d'Inde, du Brésil et d'Afrique du Sud devrait être prise à l'échelle européenne. "Mais le fait que la Belgique l'ait déjà fait est une bonne chose", a-t-il ajouté.

Le transport de passagers par avion, train, bateau et bus, y compris le transit, en provenance de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud vers la Belgique sera interdit. Un arrêt ministériel en ce sens devrait être publié dans les plus brefs délais. Seul un nombre très limité de mouvements essentiels sera encore autorisé, à savoir les déplacements professionnels du personnel de transport et des marins ainsi que les voyages des diplomates, du personnel appartenant à des organisations internationales et des personnes invitées par des organisations internationales dont la présence physique est indispensable au bon fonctionnement de ces organisations, dans l'exercice de leurs fonctions. Les déplacements autorisés ne seront possibles que sur présentation d'une attestation délivrée par l'employeur et sur présentation d'une attestation délivrée par le poste diplomatique ou consulaire belge s'il est prouvé que le voyage est essentiel. Des règles de test et de quarantaine plus strictes s'appliqueront par ailleurs au retour de ces pays. Les personnes qui ont la nationalité belge, ainsi que les personnes qui ont leur résidence principale en Belgique, peuvent revenir d'Inde, du Brésil et d'Afrique du Sud en Belgique. Toutefois, il leur est fortement déconseillé de se rendre dans ces pays. Pour les non-résidents en Belgique qui se rendent depuis l'Inde vers notre pays et y séjournent moins de 48 heures, ou si un ressortissant de Belgique se trouve en Inde depuis moins de 48 heures, l'exception aux règles de dépistage et de quarantaine ne sera plus applicable. Les mêmes règles plus rigoureuses s'appliquaient déjà à l'Amérique du Sud, à l'Afrique du Sud et au Royaume-Uni.Pour le virologue de la KU Leuven Marc Van Ranst, cette décision est "logique et nécessaire", a-t-il indiqué au terme du Comité de concertation, réuni en ligne. "La mesure a été fortement plébiscitée", a-t-il précisé. "Les Dominos étaient en train de tomber alors que le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas, notamment, ont annoncé faire de même. Si nous ne l'avions pas fait, nous l'aurions regretté." Le virologue estime que l'interdiction d'accès aux voyageurs en provenance d'Inde, du Brésil et d'Afrique du Sud devrait être prise à l'échelle européenne. "Mais le fait que la Belgique l'ait déjà fait est une bonne chose", a-t-il ajouté.