Mise à jour automatique:
On
Off
De nieuwste eerst De oudste eerst

Encore 1.650 foyers sans eau potable

À la suite des intempéries qui ont durement touché la Belgique, 1.650 foyers n'ont toujours pas accès à l'eau depuis leurs robinets, selon le dernier bilan de la Société wallonne des eaux (SWDE) communiqué mardi en fin de journée. Lundi, à la même heure, c'était 3.400 ménages qui faisaient face à ces problèmes d'eau, preuve que la situation évolue rapidement. Les problèmes à Pepinster pour les 150 foyers qui connaissent une coupure totale d'eau, restent inchangés.

Toute la lumière sera faite, mais l'urgence reste à l'humain (Di Rupo)

"Toute la lumière sera faite sur toutes les questions qui peuvent être posées" en lien avec la gestion technique des inondations meurtrières de la semaine dernière, "mais nous restons concentrés sur ce qu'il y a d'humainement le plus urgent", a affirmé mardi le ministre-président wallon Elio Di Rupo.

Plus d'informations

53 personnes portées disparues

Cinquante-trois personnes sont toujours portées disparues à la suite des intempéries meurtrières qui ont touché la Belgique, d'après un nouveau bilan établi mardi à 17h00 par le Centre de crise. Plus tôt dans la journée, ce nombre était de 116, 63 ont finalement montré signe de vie.

Depuis le début des inondations, 296 personnes portées disparues ont été retrouvées vivantes.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues la semaine dernière sur la Belgique, et plus particulièrement sur la province de Liège, ont causé la mort de 31 personnes, dont 30 officiellement identifiées.

"Les vérifications ne sont pas encore terminées et prendront encore plusieurs jours", précise le centre de crise.

Les différents opérateurs de télécommunications travaillent à rétablir le réseau le plus rapidement possible dans les zones impactées. Une couverture minimale est assurée pour permettre aux habitants des zones touchées de téléphoner et de surfer, même si c'est à une vitesse réduite, ajoute le Centre de crise.

Un premier montant de 2 milliards pour la reconstruction

Le gouvernement wallon a monté mardi, en urgence, un premier plan à 2 milliards d'euros pour la reconstruction de la Wallonie sinistrée par les inondations meurtrières de la semaine dernière, a annoncé le ministre-président Elio Di Rupo.

Plus d'informations.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Gaz: "Nous espérons un retour à la normale durant l'hiver"

Environ 10.000 foyers restent impactés par les dégâts liés aux intempéries tant sur le réseau gazier que sur le réseau électrique, indique RESA, l'opérateur principal des réseaux de distribution d'électricité et de gaz en province de Liège. "C'est la première fois que les deux réseaux sont impactés de la sorte en même temps. C'est une catastrophe et nous n'avions jamais connu cela", indique d'emblée le directeur général de RESA, Gil Simon. La réparation des réseaux de distribution se poursuit après les inondations meurtrières qui ont ravagé une partie de la Belgique et particulièrement la province de Liège.

Un retour complet à la normale prendra du temps mais la situation évolue. "Au pic de la crise, nous avons comptabilisé près de 400 cabines électriques impactées pour 26.500 foyers. Au niveau du gaz, le premier bilan faisait état de 3.600 foyers affectés avant la sécurisation des lieux qui a porté le nombre à 6.500 habitations. Nous faisons face à des paysages apocalyptiques", ajoute le directeur général. Un travail titanesque a depuis été pris en charge par les équipes de RESA.

Au niveau de l'électricité, plusieurs opérations sont en cours, comme le nettoyage et la remise en état des cabines, les poses de groupes électrogènes à plusieurs endroits ou encore le remplacement de compteurs. Ce mardi, quelque 10.000 foyers ainsi que 111 cabines étaient encore impactés. RESA espère la reconnexion des cas les plus critiques pour la fin du mois août.

En ce qui concerne le gaz, la reconstruction du réseau prendra plus de temps encore. Chaque installation doit être vérifiée et sécurisée. "Nous sommes passés tout près d'un drame encore plus important et nous purgeons toujours les conduites. Pour pouvoir tout reconstruire, il faudra également une coordination générale, car les chantiers sont liés à des aménagements d'infrastructures communales. Nous espérons un retour à la normale durant l'hiver", développe Gil Simon. Environ 10.500 foyers, dont 2.500 à Embourg, sont toujours privés de gaz. De gros travaux attendent les équipes de RESA durant les prochains mois. Les kilomètres de réseau à reconstruire pour le réseau électrique sont estimés à 50 km, pour 7.500 compteurs à changer. Un coût qui s'élève à 20 millions d'euros, selon la première estimation. Pour le gaz, le coût grimperait à 45 millions d'euros avec 45km de conduites à remplacer.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le nombre de personnes portées disparues remonte à 116

Après avoir été réduit à 70 dans la journée de lundi, le nombre de personnes portées disparues en raison des fortes inondations qui ont touché la Belgique la semaine dernière est remonté à 116 mardi matin, indiquent le cabinet de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden et le Centre de crise, confirmant une information de VTM.

Il était attendu que ce chiffre fluctue pendant quelques jours. D'une part, parce que des individus allaient être retirés de la liste lorsqu'ils auraient donné signe de vie (une cinquantaine lundi) et d'autre part, parce que de nouvelles personnes allaient être portées disparues par des proches ou des amis qui s'inquiètent de rester sans nouvelle depuis plusieurs jours. Le nombre de morts s'élève toujours à 31 mardi après-midi. Parmi eux, 29 ont été identifiés, a déclaré Yves Stevens, porte-parole du Centre de crise. Un nouvel état des lieux va être réalisé plus tard dans la journée.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le corps retrouvé à Hampteau est celui de l'adolescente portée disparue

Le corps retrouvé samedi par un agriculteur à Hampteau, dans la province de Luxembourg, a été formellement identifié. Il s'agit de celui de la jeune fille de 15 ans portée disparue après avoir été emportée par l'Ourthe en crue, a indiqué le parquet du Luxembourg mardi, confirmant une information de la RTBF.

Le corps sans vie a été découvert samedi à Hampteau, une section de la commune de Hotton. La dépouille a été identifiée par la Cellule personnes disparues de la police fédérale comme étant celle de la jeune fille signalée disparue quelques kilomètres en amont, à Marcourt, après avoir été emportée par l'Ourthe le mercredi précédent, a précisé le parquet du Luxembourg.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Hommage aux victimes (vidéo)

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le Roi et la Reine à Verviers

Le roi Philippe et la reine Mathilde sont à Verviers pour l'hommage aux victimes des inondations.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

"Dans les moments difficiles, les liens humains sont notre plus grande force"

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Les drapeaux du Palais royal en berne

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Les sinistrés pourront transférer leur courrier gratuitement

Les personnes victimes des inondations meurtrières qui ont ravagé une partie de la Belgique la semaine dernière pourront transférer leur courrier gratuitement pendant 12 semaines, annonce bpost. Pour bénéficier de ce transfert gratuit, il faut joindre le service clientèle de bpost au 02/278/51.29. L'entreprise postale transfèrera alors le courrier à l'adresse où les victimes ont été relogées. Bpost signale que les victimes devront avoir leur carte d'identité à portée de main lors de leur appel, afin de fournir quelques données telles que leur numéro de carte.

Les lettres et colis des personnes domiciliées dans les zones sinistrées seront en outre gardés au sein de bpost pendant quelques jours. Ils seront distribués dans les rues accessibles. Sans demande de transfert temporaire, le courrier sera renvoyé à l'expéditeur avec la mention "inondation". Par ailleurs, une dizaine de bureaux de poste restent fermés, ayant été lourdement touchés par les inondations. Dix-neuf points poste et point colis ont également été endommagés, dont une dizaine assez sévèrement. Le bureau de Trooz n'était toujours pas accessible mardi, on ignore dès lors l'étendue des dégâts. Ceux de Theux, Pepinster, Verviers ou Dolhain resteront hors service pendant plusieurs semaines.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Les membres du gouvernement rendent hommage aux victimes

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le Premier ministre s'adresse aux sinistrés

Revenant sur les "effroyables intempéries que la Belgique a endurées", et tout en sachant que "les mots ne panseront pas les plaies", le Premier ministre Alexander De Croo a adressé, via la presse locale, une lettre aux sinistrés et à leurs sauveteurs, pour assurer que le gouvernement n'abandonnera pas les familles et communautés touchées.

>> Retrouvez le contenu de la lettre ici

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

La Belgique en deuil en mémoire des victimes

La Belgique observe une journée de deuil national ce mardi à la suite des intempéries et inondations dévastatrices qui ont frappé le pays la semaine dernière et qui ont coûté la vie à 31 personnes jusqu'à présent, selon le dernier bilan officiel. Le pays se figera pour une minute de silence et de recueillement à midi, et les drapeaux seront mis en berne.

>> Tout savoir sur cette journée d'hommage

Encore 3.400 foyers privés d'eau potable

A la suite des intempéries qui ont durement touché la Belgique, 3.400 foyers n'ont toujours pas accès à de l'eau potable, selon le dernier bilan de la Société wallonne des eaux (SWDE). Seuls 150 ménages, uniquement à Pepinster, sont encore victimes d'une coupure totale.

En province de Liège, la situation est revenue à la normale à Geer et à Berloz. En province de Namur, certaines zones de Profondeville, Celles, Dave, Ham-sur-Sambre et Floreffe sont encore privées d'eau potable. La SWDE rappelle que l'eau déclarée non-potable ne peut pas être consommée, même bouillie.

En dehors des 150 foyers qui sont toujours sans eau à Pepinster, seule la commune de Profondeville connait encore des coupures ponctuelles. La situation est revenue à la normale à Olne.

Enfin, la Société wallonne des eaux effectue des distributions de bouteilles d'eau pour les communes qui subissent encore des perturbations. Les habitant de Rivière et de Dave peuvent se rendre à la gare de Lustin. Pour les habitants de Floriffoux, c'est aux services communaux de Floreffe que se déroule la distribution. A Pepinster, les distributions de bouteilles ont lieu dans les rues qui restent sans eau.

La situation s'améliore rapidement par rapport à la veille où 3.700 ménages n'avaient toujours pas d'eau potable et où l'alimentation était toujours coupée pour 1.200 personnes.

La colère gronde au sein de certaines zones de secours

Le SLFP Zones de secours fait part lundi, par le biais d'un communiqué, de la colère qui gronde au sein de certains services. Plusieurs voix s'élèvent pour dénoncer les différentes réformes que les zones de secours ont connues ces dernières années et leur manque de moyens en termes de matériel et de personnel, souligne le syndicat.

Le syndicat rappelle que la réforme de la protection civile élaborée en 2017 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Jan Jambon (N-VA), et instaurée en 2019 a supprimé quatre des six casernes de la protection civile et 694 postes d'agents professionnels et volontaires. Seules les casernes de Brasschaat (province d'Anvers) et de Crisnée (province de Liège) ont été conservées avec 645 véhicules.

Au mois de juin, le SPF Intérieur a confirmé que 20% des zones ne disposent pas d'une analyse des risques ou de schéma d'organisations opérationnelles, poursuit le SLFP Zones de secours. "Sans analyse des risques mise fréquemment à jour, comment connaître les risques présents sur la zone, posséder le matériel et le personnel adéquats pour les prévenir et y faire face ?", interroge Eric Labourdette, dirigeant responsable SLFP.

Le syndicat plaide pour une analyse des risques récurrents et ponctuels, tels que les violentes intempéries qui se sont abattues dès mardi et jusqu'en fin de semaine sur la Belgique, provoquant la crue de nombreux cours d'eau et des inondations dévastatrices. "Outre une description du territoire, cette analyse doit toujours comporter un inventaire et une évaluation des risques sur le territoire de la zone de secours", explique-t-il.

"L'heure n'est pas à la polémique", ajoute M. Labourdette. "Il faudra encore travailler sur le terrain pendant des semaines ou des mois mais dès ce travail terminé, il faudra répondre aux nombreuses questions des agents opérationnels des zones de secours. Il est grand temps pour le gouvernement d'écouter les véritables spécialistes en la matière. Nous ne demandons qu'à être écoutés ! Il faudra également avoir le courage politique pour avouer que de mauvaises décisions ont été, parfois, prises par le passé. La pandémie et ces inondations ont démontré notre incapacité à faire face à des évènements d'une telle ampleur", déplore-t-il encore. Et de conclure : "nous ne pouvons pas rester sans réactions face à la colère de nos agents."

Lors d'inondations, la protection civile est chargée du colmatage et du renforcement de digues artificielles, du pompage de haute capacité, et en cas de débordement de cours d'eau, elle est chargée de l'évacuation de la population par bateau, de la distribution et du placement des sacs de sable et d'autres moyens de protection, ainsi que de la distribution de vivres et d'eau potable.

Déjà 3,9 millions d'euros collectés par la Croix-Rouge

Les Belges ont déjà versé 3,9 millions d'euros de dons sur le compte spécial ouvert par la Croix-Rouge de Belgique et la "Rode Kruis-Vlaanderen" pour venir en aide aux victimes des inondations. L'argent récolté sera utilisé très prochainement de manière à soutenir efficacement les sinistrés.

Le roi Philippe et le Premier ministre observeront la minute de silence à Verviers

Une cérémonie officielle sera organisée ce mardi à Verviers à l'occasion de la journée de deuil national décrétée à la suite des intempéries et inondations dévastatrices de la semaine passée, qui ont coûté la vie à 31 personnes selon le dernier bilan officiel. Le roi Philippe, le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre-président wallon Elio Di Rupo, entre autres, seront présents et y observeront une minute de silence à 12h01, signale lundi le SPF Intérieur.

Cette journée de deuil national fait suite aux inondations qui ont touché le pays ces derniers jours et aura lieu en témoignage de compassion envers les victimes et leurs proches.

Une cérémonie officielle aura lieu dès 11h00 à la caserne de sapeurs-pompiers de la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau à Verviers, ville très fortement touchée par une Vesdre déchaînée.

Y seront également présents Annelies Verlinden, ministre de l'Intérieur, Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Hervé Jamar, gouverneur de la province de Liège et plusieurs bourgmestres des localités touchées.

Les autorités et le Roi s'entretiendront avec des victimes. Mais aussi avec des délégations de pompiers, des ambulanciers, de la Protection civile, de la police, du réseau des zones de secours installées en Wallonie (ReZonWal) et des bourgmestres.

Les sirènes de la caserne retentiront à 12h00 précises, moment suivi d'une minute de silence.

Toutes les routes sont ouvertes en provinces de Luxembourg et du Hainaut

La mobilité reste fortement entravée dans la province de Liège, à la suite des inondations de la semaine dernière, rappellent lundi après-midi le Service public de Wallonie Mobilité et Infrastructures (SPW MI) et la Sofico. Ces deux instances annoncent par contre l'ouverture de toutes les routes en provinces de Hainaut et de Luxembourg.

Cinquante personnes portées disparues ont repris contact avec les autorités

Les autorités ont pu reprendre contact dans les dernières heures avec une cinquantaine de personnes dont elles étaient sans nouvelles depuis les inondations meurtrières de la fin de la semaine dernière, a annoncé lundi le Premier ministre Alexander De Croo.

Le bilan provisoire de la catastrophe s'établit donc actuellement à 31 morts et 70 disparus, a-t-il précisé à l'entame d'une conférence de presse consécutive à la réunion du comité de concertation.

L'alimentation électrique rétablie chez de nombreuses victimes des inondations

La réparation des réseaux de distribution d'énergie se poursuit. Un retour complet à la normale prendra encore du temps, mais la situation évolue positivement et l'alimentation électrique a pu être rétablie chez de nombreux clients.

Ce week-end, les équipes d'Ores, gestionnaire wallon de réseaux de distribution, ont poursuivi le travail de réparation des infrastructures de distribution d'électricité. De nombreux clients, touchés par les inondations, ont déjà vu leur alimentation électrique se rétablir. Dans les provinces de Namur, du Luxembourg et du Brabant-Wallon, tous les clients d'Ores victimes d'inondations, ont à nouveau accès à l'électricité depuis ce week-end. Dans la vallée de la Vesdre, 8.500 consommateurs ont retrouvé accès au courant. Ils sont encore environ 6.500 à en être privés. Ce chiffre devrait baisser dans les prochaines heures, en fonction de l'accès aux cabines de distribution. Certaines d'entre elles sont encore inaccessibles à l'heure actuelle. A Eupen, environ 150 clients restent privés de courant. Le personnel technique se mobilise sur place pour venir en aide aux zones les plus touchées et analyser la situation chez les citoyens concernés. Ores invite à consulter son site web (www.ores.be) pour se tenir au courant de l'avancement de la situation et des perspectives de rétablissement de l'alimentation électrique. Les citoyens qui rencontreraient encore des problèmes, après avoir retrouvé accès à l'électricité, peuvent contacter Ores au 078/78.78.00.

Le principal opérateur en province de Liège, Resa, n'avait, lui, pas encore fourni de bilan actualisé vers 16h30 lundi.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Les opérations de recherche sont terminées dans la vallée de la Vesdre

Cinq jours après les inondations du 14 juillet, les opérations de recherche de survivants sont terminées dans la vallée de la Vesdre, a indiqué à Pepinster, Alain Barbier, le chef de corps de la zone de police Vesdre. "Si on espère évidemment toujours retrouver des survivants, il faut être réaliste. Les recherches, avec des moyens techniques, pour retrouver des personnes vivantes se sont arrêtées et aujourd'hui, d'autres recherche pour retrouver des corps ont débuté", a indiqué le chef de zone qui précise que parmi les 31 victimes, 19 ont été identifiées. Parmi celles-ci, il y aurait cinq Verviétois et trois Pepins.

Alors que plusieurs dizaines de maisons doivent encore être inspectées par des experts en stabilité, la zone de police Vesdre soutenues par des collègues de tout le pays, veille 24 heures sur 24 à la sécurisation des biens des sinistrés. "Cela nous permet de garantir la présence de 70 policiers, jour et nuit pour tenter de dissuader les pilleurs sans scrupule. Nous demandons aux citoyens de ne pas intervenir mais d'être attentifs et d'observer la situation en n'hésitant pas à poser questions aux inconnus qui se promènent dans le quartier et appeler la police en cas de doute", conseille le chef de corps qui est lui-même originaire de Pepinster.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Quatre centres ouverts à Liège pour venir en aide aux sinistrés

La ville de Liège a indiqué que quatre centres étaient actuellement ouverts de 09h00 à 20h00 afin d'être au plus proche de victimes. Les centres se trouvent à Grivegnée, hall omnisports, rue Nicolas Spiroux 55, Chênée, centre culturel, rue de l'Église 1, Angleur, au hall omnisports rue sous le bois et à Kinkempois, centre scolaire, rue des écoles au n°9.

"Ces centres sont gérés par des agents communaux et les personnes victimes des inondations peuvent y trouver des denrées alimentaires, des produits d'entretien et des vêtements. En ce qui concerne les dons, la priorité va aux produits d'hygiène et d'entretien. Nous avons également besoin de lampes de poches et de piles. Ces produits peuvent être apportés directement dans les centres", précise la Ville. En partenariat avec le GLAMO, des permanences médicales vont être assurées à Angleur et Chênée, dès mardi. Les médecins pourront notamment prescrire les médicaments nécessaires et collaboreront avec les pharmacies. De même, des permanences juridiques seront prochainement organisées pour toutes les questions liées aux assurances. La Ville rappelle en outre que le car Ethias se trouve à Angleur (place Andréa Jadoulle) lundi et sera à Chênée (place Joseph Willem) mardi.

Un call center est également disponible au 04 221 81 11 pour toute demande d'aide.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Focus sur les premières phases de la gestion de crise

À mesure que la phase de sauvetage avance en Belgique, le bilan des inondations s'alourdit. Comment s'organisent les premières phases de la gestion de crise d'une telle ampleur ?

Le point avec Antoine Iseux, porte-parole du Centre de crise, à lire via ce lien

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

127 personnes toujours portées disparues

Le directeur du centre fédéral de crise, Bart Raeymaekers, n'a pas caché que ce bilan s'alourdirait encore dans les heures et jours qui viennent puisque 127 personnes sont portées disparues ou injoignables.

La police fédérale entre ce lundi dans une phase de recherche structurée des victimes. Elle va commencer à Pepinster et dans le camping d'Esneux en province de Liège, deux endroits où beaucoup de victimes sont recensées. D'autres lieux seront déterminés dans les jours qui viennent. Des chiens pisteurs seront déployés. Le service "Disaster Victim Identification" (DVI) s'appuiera sur son équipe de 25 personnes qui recevra le renfort de 50 autres personnes issues des laboratoires et des assistants de police, et 25 personnes d'autres disciplines (médecins, odontologues, protection civile).

Le travail s'articule en deux volets, le premier "ante mortem" qui consiste à collecter des éléments ayant trait aux victimes (vêtements, objets, dentition, etc.) et le second post mortem, qui concerne les éléments liés aux corps retrouvés. Une équipe est chargée de faire la jonction entre ces deux volets selon des standards établis internationalement et particulièrement stricts, selon M. Demesmaeker. Cette tâche est difficile et atypique, a fait remarquer le commissaire général, Marc De Mesmaeker. Le nombre de victimes est considérable, le courant a transporté des corps sur des kilomètres et les a sans doute démembrés, bon nombre d'endroits sont en outre toujours dangereux.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Deuil national: une minute de silence mardi à 12h01

Toute la population est appelée, si elle le souhaite, à respecter une minute de silence mardi en milieu de journée, par solidarité avec les victimes des inondations et leurs proches, a communiqué le SPF Intérieur. La minute de silence se tiendra de 12h01 à 12h02. Mardi a déjà été décrété jour de deuil national, en "témoignage de compassion envers les victimes et leurs proches", rappelle le SPF.

Différentes organisations ont déjà indiqué qu'elles feront un geste symbolique mardi pour témoigner de leur soutien aux personnes touchées. La Foire du Midi arrêtera la musique et les attractions durant cinq minutes à partir de 19h00. Les véhicules de la Stib seront eux aussi à l'arrêt, durant la minute de silence officielle à 12h01.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Allemagne: le bilan s'alourdit à 165 morts

Les inondations dévastatrices dans l'ouest de l'Allemagne ont coûté la vie à au moins 165 personnes, alors que de nombreuses personnes sont toujours portées disparues.

Dans la région de Rhénanie-Palatinat, la plus touchée par le sinistre, "le nombre des morts est désormais à 117", contre 112 dénombrés auparavant, "et il y a 749 blessés", a indiqué à l'AFP Verena Scheuer, une porte-parole de la police de Coblence. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le dernier bilan dimanche faisait état d'"au moins" 47 morts, tandis qu'un décès était à déplorer en Bavière, au sud du pays, touchée par d'importantes crues ce week-end.

>> Lire aussi: Merkel découvre un sinistre "surréaliste" laissée par les inondations en Europe

L'Allemagne reste sous le choc face à cette plus grande catastrophe naturelle de l'histoire récente du pays. Dimanche, la chancelière Angela Merkel s'est rendue sur place, dans le village de Schuld, non loin de Bonn, où la rivière Ahr, transformée en torrent furieux, a détruit une partie du centre historique. "La langue allemande a du mal à trouver les mots pour décrire la dévastation causée", a confié la chancelière, décrivant une dévastation "surréaliste" promettant le soutient de l'Etat fédéral.Mme Merkel a appelé dimanche à faire un "très grand effort" pour accélérer les politiques climatiques.

belga
© belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Les assurances promettent de dédommager rapidement les sinistrés

Le montant des dommages à couvrir par les assurances s'élève déjà au moins à 150 millions d'euros. Le montant définitif pourrait toutefois se chiffrer à plusieurs centaines de millions d'euros. Les sinistrés dont les dommages s'élèvent à plus de 5.000 euros peuvent prétendre rapidement à une avance via leur assurance, selon la compagnie Assuralia, citée par les journaux De Morgen et Het Belang van Limburg.

D'après les demandes d'indemnisation déjà rentrées auprès des assureurs, il est déjà acquis que le montant record atteint lors des inondations de 2016 sera dépassé. À l'époque, 27.000 déclarations avaient été émises, pour un total de 143 millions d'euros. "Cette fois, nous devrions dépasser les 150 millions d'euros", estime "prudemment" Wauthier Robyns de l'assurance groupe Assuralia. Pour les ménages confrontés à des dégâts supérieurs à 5.000 euros, des avances peuvent être libérées rapidement afin de couvrir des frais directs comme l'achat de vêtements ou d'un frigo, ajoute M. Robyns. "Les dégâts complets seront couverts plus tard."

>> Lire aussi: Le détail des procédures d'aides et d'assurances

Les assurances se pencheront en priorité sur les dossiers les plus graves afin d'administrer ces avances. En principe, l'assurance incendie couvre les dégâts subis par le bâtiment et les biens mobiliers puisqu'elle intervient en cas de catastrophe naturelle. Les véhicules pour lesquels une omnium ou une petite omnium a été souscrite sont également assurées. Des véhicules plus anciens, les abris de jardin, les serres et autres hangars ou granges n'entrent, par contre, pas toujours dans les conditions ouvrant la voie à un dédommagement. La seule option est alors d'introduire une demande en ce sens auprès du Fonds des calamités publiques. Une franchise de 500 euros permet d'être remboursé pour des biens non couverts par la police d'assurance incendie.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Après les inondations: que faire en cas de dégâts?

Suite aux fortes inondations, de nombreux Belges ont été amenés à évacuer leur habitation. Aujourd'hui, l'heure est au nettoyage et à un état des lieux. Que faire lorsque l'on retrouve son domicile après ces événements ?

Le Centre de crise appelle à la prudence et donne quelques conseils, à retrouver via ce lien

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Un nouveau bilan de 36 morts

Le bourgmestre de Chaudfontaine Daniel Bacquelaine a confirmé au micro de La Première un nouveau bilan provisoire de 36 décès constatés dans le cadre des graves inondations de ces derniers jours. Ce nombre reste provisoire car plus d'une centaine de personnes sont encore présumées disparues.

Selon les journaux Sudpresse du jour, 32 décès sont survenus en province de Liège, un en province de Luxembourg, deux en province de Namur et un dans la région de Charleroi (Hainaut).

Dimanche soir, le Centre de crise parlait encore de 31 morts et 163 personnes portées disparues. Selon le bourgmestre de Chaudfontaine et député fédéral MR, dont la commune comptabilise cinq décès, "les disparus sont surtout des personnes dont on n'a pas de nouvelles, qui peuvent avoir quitté la commune juste avant les inondations ou pendant". Il lance un appel lundi matin à ceux qui ont eux-mêmes veillé à se loger ailleurs à se signaler à l'administration communale ou à la police locale.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Toutes les maisons d'Angleur et de Chênée vérifiées

Les inspections des lieux dans les zones les plus touchées de Liège ont continué durant la journée de dimanche. Le porte-parole de la zone de police a indiqué que les maisons d'Angleur et de Chênée avaient été inspectées. "La journée a permis à nos policiers, toujours accompagnés de leurs collègues bruxellois venus spontanément en renfort, de terminer les vérifications des habitations impactées par les inondations dans les quartiers d'Angleur et de Chênée. Le bilan définitif est de deux victimes, retrouvées toutes deux à Angleur vendredi dans l'après-midi et en début de soirée", a précisé le porte-parole.

Lundi dès 7h00, rue des Grands Prés, une première opération de déblaiement d'envergure aura lieu. Afin de permettre à la colonne de camions grappin et d'engins d'évacuer les encombrants, il est demandé aux citoyens de faire le maximum pour rendre les tas de déchets accessibles. Cette opération sera réalisée plusieurs fois dans tous les secteurs sinistrés.

Un barriérage sera également mis en place à l'entrée de la rue des Grands Prés à Chênée en provenance de la N61 : "L'accès sera impossible pour les véhicules de plus de 3m50 de haut puisque le passage sous le viaduc du quai Henri Borguet sera impossible. Il est dès lors conseillé aux camions d'envisager un autre itinéraire pour accomplir leur trajet".

Il est à noter que la rue des Grands Prés sera aussi fermée à partir de 7h00 au départ du boulevard de Beaufraipont, de même que la rue du Gravier.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

"Les recherches s'orienteront désormais vers la recherche de corps"

"Les recherches vont désormais s'orienter vers la recherche de corps. Nous devons être honnêtes", a affirmé Alain Remue, le responsable de la Cellule des personnes disparues, dimanche, dans le journal de la VRT.

La Belgique compte actuellement 31 morts et 163 personnes portées disparues à la suite des inondations meurtrières qui ont frappé le pays en fin de semaine dernière. "Nous allons nous intéresser à tous les endroits où l'eau s'est engouffrée. C'est une zone immense. Ce n'est pas seulement une commune mais toute la province de Liège et aussi celles de Namur et du Luxembourg. C'est quelque chose que nous n'avons jamais fait", a-t-il admis.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

CHU de Liège: 184 personnes admises en raison des inondations

Depuis les inondations de la semaine dernière, 184 personnes ont été admises au CHU de Liège, a indiqué dimanche soir le porte-parole de l'établissement, Louis Maraite.

Les deux tiers des patients ont été admis du côté du site ND Bruyères, situé à proximité des zones touchées par la Vesdre, et un tiers au Sart-Tilman. "Environ 20 % de ces patients ont fait l'objet d'une hospitalisation. Nous dénombrons un cas où le pronostic vital est engagé. Pour le reste, il s'agit essentiellement d'hypothermies, de patients en manque de médicaments ou en hypo-oxygénation", a précisé le porte-parole.

L'activité a été intense et il en sera de même dans les prochaines heures. Certaines personnes qui arrivent aux urgences nécessitent, en plus du soutien médical, un soutien psychosocial. Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, s'est rendu dimanche au CHU sur le site des Bruyères. Accompagné du bourgmestre de Liège Willy Demeyer, il s'est ensuite déplacé au centre de Chénée pour aller à la rencontre des sinistrés.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

"Evitez de vous rendre dans les provinces touchées"

"Evitez de vous déplacer dans les provinces touchées. ?De nombreuses routes sont inondées ou dangereuses", a demandé le centre de crise. Par ailleurs l'afflux de personnes, y compris des curieux, avait causé des bouchons et gêné samedi la circulation des services de secours. Alors que de nombreux Belges se sont mobilisés ces derniers jours pour apporter spontanément de l'aide aux sinistrés, les autorités invitent à privilégier des dons financiers à la Croix-Rouge.

Belga Images
© Belga Images
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Des trains toujours perturbés

Concernant la circulation des trains, 45% des lignes au niveau national étaient concernées par des perturbations du trafic jusqu'à dimanche soir, selon le gestionnaire du réseau ferré Infrabel. Sur "beaucoup de tronçons, il reste des travaux très lourds en cours" ou à prévoir, a indiqué à l'AFP une porte-parole, Jessica Nibelle, évoquant par exemple un pont effondré avec 6 km de voies à refaire entièrement. Mais elle a indiqué que les grandes lignes entre Charleroi, Namur et Liège allaient rouvrir ce lundi.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

163 personnes présumées disparues

"163 citoyens sont présumés portés disparus" dimanche, contre 103 la veille, a souligné le centre de crise. Dans les zones sinistrées, essentiellement dans le Sud et l'Est du pays, des policiers ont été mobilisés pour aller frapper aux portes des habitations afin de découvrir d'éventuelles nouvelles victimes. "De nombreuses personnes se trouvent actuellement sans moyen de communication suite à la perte de leur téléphone, ou l'absence de moyens pour recharger leur batterie" et certaines autres "ont été emmenées dans un hôpital sans papiers d'identité", mais l'inquiétude grandit avec les heures qui passent.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Au moins 31 morts en Belgique

Les inondations historiques qui ont frappé la Belgique en milieu de semaine ont fait au moins 31 morts, selon un bilan officiel publié dimanche soir par les autorités, qui ont annoncé la fin des opérations de sauvetage. "Le danger n'est plus imminent dans les zones touchées. Les opérations de sauvetage sont terminées mais des opérations de recherche sont toujours en cours dans un certain nombre de zones", a annoncé le centre de crise dans un communiqué dimanche soir. "Les importants travaux de nettoyage et l'estimation des dégâts matériels sont maintenant au centre des préoccupations", a-t-on précisé de même source.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Plus de 1.000 personnes ont dû quitter leur maison à Pepinster

Les opérations de recherches se poursuivent ce dimanche à Pepinster, l'une des communes wallonnes les plus touchées par les intempéries du 14 juillet. Si des cris avaient été entendus samedi soir dans les décombres et qu'un chien avait marqué un endroit particulier, la victime n'a pas encore été retrouvée, indique le maïeur, Philippe Godin qui précise qu'un autre corps a été retrouvé ce dimanche.

Un bilan humain qui risque de s'alourdir alors que plusieurs dizaines de personnes sont encore portées disparues. "Par ailleurs, plus de 1.000 personnes ont dû quitter leur habitation", souligne le bourgmestre très touché par la solidarité qui se met en place. "La mobilisation est énorme. Beaucoup de citoyens sont venus de Flandre, de Wallonie ou même de France pour aider." Même si la concentration de volontaires ralentit parfois les opérations de déblayage, pas question pour Philippe Godin de refuser un tel élan de générosité.

Pour faciliter le travail des équipes qui évacuent le mobilier endommagé et les débris, les autorités communales ont interdit la circulation au centre de Pepinster. D'autres communes, comme Limbourg, ont pris la même décision.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Conseils pour les sinistrés

Le centre de crise avance par ailleurs une série de conseils pour les sinistrés qui voudraient rentrer chez eux. "N'entrez que si la lumière du jour est suffisante; portez des bottes en caoutchouc s'il y a plus de 5 cm d'eau afin d'éviter les risques d'électrocution ou de coupures et quittez les lieux si vous sentez une odeur de gaz", explique-t-il. Les autorités rappellent enfin le numéro d'information gratuit 1771 pour les questions sur les démarches à entreprendre et assurent que le moyen le plus simple d'aider reste d'effectuer un don sur le compte de la Croix-Rouge BE70 0000 0000 2525 ou de s'inscrire sur la plateforme des volontaires de crise de la Croix-Rouge.

belga
© belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Nouveau bilan: 31 morts et 163 personnes toujours présumées portées disparue

Le bilan des inondations meurtrières qui ont frappé la Belgique en fin de semaine dernière s'alourdit encore ce dimanche: on dénombre désormais 31 morts et 163 personnes sont toujours présumées portées disparues, selon un nouveau bilan du centre de crise.

Ce dernier encourage les citoyens qui n'ont pas encore eu de contacts avec leurs proches à se signaler le plus rapidement possible aux services de secours. "Si vous êtes sans nouvelles d'un proche, nous vous invitons à prendre contact avec votre zone de police locale qui rassemble les informations sur les personnes disparues", indiquent les autorités. A l'heure actuelle, le danger n'est plus imminent dans les zones touchées. Les opérations de sauvetage sont terminées mais des opérations de recherche sont toujours en cours dans un certain nombre de zones, ajoutent-elles en soulignant que "les importants travaux de nettoyage et l'estimation des dégâts matériels sont maintenant au centre des préoccupations".

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

3.700 foyers toujours privés d'eau potable; situation en "nette amélioration"

Dimanche en fin d'après-midi, 3.700 foyers restaient privés d'eau potable en Wallonie et l'alimentation était toujours coupée pour 1.200 ménages, selon le dernier bilan de la Société wallonne des eaux (SWDE). "La situation est en très nette amélioration" par rapport aux 24.000 foyers concernés hier/samedi, souligne-t-elle.

A la mi-journée, la SWDE avait déjà annoncé que l'eau était à nouveau totalement disponible à Ciney, qui connaissait des coupures d'alimentation. Par contre, à Pepinster, 1.100 foyers sont encore sans eau. Les communes de Olne et de Profondeville sont également toujours impactées. Certaines rues de Geer et de Berloz, une partie de Profondeville, de Celles (Houyet), de Dave, Jemeppe-sur-Sambre et Floriffoux sont pour leur part confrontées à une absence d'eau potable.

"Là où l'eau a été déclarée potable, une odeur de chlore un peu plus forte que d'habitude pourrait apparaître au robinet. Cela ne présente aucun risque pour la santé", assure enfin la SWDE.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Le bilan en Belgique passe à 31 morts

Le bilan des inondations s'élève à 31 morts, selon le Centre de crise. Il y a encore 163 personnes "présumées disparues ou portées disparues".

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Province de Liège: Quel est l'état des routes ?

Le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry, le Service public de Wallonie Mobilité et Infrastructures (SPW) ainsi que la SOFICO ont dressé dimanche un état des lieux concernant les principaux axes (auto)routiers et voies navigables en province de Liège.A lire ici.
Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Réunion avec les assureurs lundi pour garantir la rapidité (De Croo)

Une réunion est prévue lundi entre le gouvernement et les assureurs concernant le traitement des dossiers de dommages liés aux inondations, a indiqué dimanche le Premier ministre Alexander De Croo sur VTM Nieuws. "Nous voulons nous assurer que toutes les compagnies d'assurance puissent travailler de la même manière, pour que les gens puissent être dédommagés le plus vite possible", a déclaré Alexander De Croo. Il est trop tôt pour une analyse de l'efficacité des services de secours, a encore estimé le Premier ministre, alors que certains pointent la réforme de la protection civile. "Les conditions climatiques étaient très compliquées, les hélicoptères ne pouvaient pas voler et les petits bateaux des pompiers n'étaient parfois pas assez puissants pour le courant. Nous devons regarder ce qui à ce qui s'est bien passé, et ce qui peut être mieux fait dans le futur. Il y a un lien avec le changement climatique, nous devons y préparer nos services."

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Vingt-trois corps retrouvés dans la vallée de la Vesdre après les inondations

Quatre jours après les inondations du 14 juillet, le bilan humain est de 23 corps retrouvés dans la vallée de la Vesdre, a indiqué dimanche Muriel Targnion, la bourgmestre de Verviers. Elle précise que quatre corps ont pu être formellement identifiés. Ce bilan devrait malheureusement encore s'alourdir puisqu'une cinquantaine de personnes sont encore portées disparues. Un 24e corps aurait d'ailleurs été retrouvé ce dimanche.

Pour faciliter le travail des engins de chantier qui déblayent la ville, certaines rues sont temporairement fermées à la circulation. La bourgmestre insiste cependant sur les évolutions positives. "Depuis ce samedi 11h00, l'eau de distribution est potable sur tout le territoire de la commune. L'électricité revient elle aussi progressivement mais le travail risque d'être encore long car tous les compteurs qui ont été immergés doivent être remplacés, avant que l'électricité ne puisse être rétablie dans la rue", poursuit Muriel Targnion. Pour venir en aide aux sinistrés, des colis alimentaires sont distribués, le stade de Bielmont est accessible pour se doucher et la bibliothèque, par exemple, permet aux sinistrés de recharger leurs téléphones portables. Les personnes qui doivent être relogées sont invitées à prendre contact avec la commune via sa page Facebook, les moyens de communication étant inaccessibles. La commune est actuellement à la recherche d'hydrocureuses afin de déboucher les égouts et permettre l'évacuation des eaux.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Intradel ouvrira exceptionnellement 27 de ses recyparcs lundi

L'intercommunale liégeoise Intradel ouvrira exceptionnellement 27 de ses recyparcs ce lundi afin de pouvoir déjà accueillir les nombreux déchets consécutifs aux intempéries et inondations qui ont touché la province de Liège, indique-t-elle sur son site internet. Seules les installations de Trooz et Limbourg restent inaccessibles pour le moment.

Intradel, chargée de la gestion des déchets, a décidé de ne pas comptabiliser les quotas pour une période de 15 jours. La limite de 2m³ max., toutes matières confondues, par visite, est d'application. Toutefois, l'intercommunale en appelle à la patience des usagers (le risque d'une affluence particulièrement importante est grand) et au civisme (laisser la priorité aux personnes sinistrées). Des conteneurs, d'ordinaire destinés aux déchets verts, ont été mis à la disposition des communes afin d'évacuer les déchets causés par les inondations, dont les déchets encombrants et d'équipement électronique et les inertes. Intradel demande donc d'éviter d'apporter des déchets verts durant quelques jours. Les collectes en porte-à-porte n'ont pu être réalisées sont annulées. Les citoyens sont invités à consulter leurs calendriers afin de connaître la date du prochain ramassage. "Si vos conteneurs ont été emportés, nous vous invitons à contacter notre call center soit par mail (info@intradel.be) ou par téléphone (04/240.74.74) afin que nous puissions vous en fournir de nouveaux. Dans l'intervalle, les déchets ménagers peuvent être déposés en sacs dans les conteneurs encombrants mis à disposition par les communes", indique l'intercommunale, conseillant aux personnes concernées de suivre ses pages Facebook et Instagram afin d'être averties des changements possibles à l'organisation mise en place. Intradel est une association intercommunale qui regroupe aujourd'hui 72 communes de la province de Liège

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Elio Di Rupo et Christie Morreale en visite à Verviers

Elio Di Rupo et Christie Morreale se sont rendus ce dimanche matin à Verviers et plus spécifiquement à Ensival. Le ministre-président wallon et la vice-présidente du gouvernement wallon y ont constaté l'ampleur des dégâts consécutifs aux inondations. "'Ce qui s'est produit dépasse l'entendement et, selon les experts météo, c'était totalement imprévisible", a indiqué Elio Di Rupo, qui tient à faire passer un message à la population. "La vague de solidarité née après cette catastrophe est extraordinaire. Mais aujourd'hui, nous demandons à la population de ne plus faire de dons de vêtements ou autres meubles. Ce dont les sinistrés ont besoin, c'est d'argent. Un compte a été ouvert par la ville à cet effet et nous demandons à tous ceux qui souhaitent aider et se rendre utiles, de faire un don sur ce compte", a exhorté le ministre-président.

Elio Di Rupo a insisté sur le caractère inouï de cette catastrophe: "sur 262 communes wallonnes, 240 ont été touchées, à des niveaux divers, par les inondations. Les dégâts vont se chiffrer en centaines de millions d'euros voire en milliards. Il va donc falloir de l'argent et beaucoup d'organisation", a-t-il prévenu.

Le chef du gouvernement wallon a assuré que l'exécutif serait aux côtés des citoyens et que tout serait mis en oeuvre en ce sens.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Le niveau des eaux dans le Limbourg et le Brabant flamand reste très élevé

Le niveau de l'eau est encore très élevé dans de nombreux endroits du Limbourg et du Brabant flamand. Il faudra encore plusieurs jours avant que la situation ne se normalise, indique l'Agence flamande de l'environnement (VMM) dimanche après-midi. À certains endroits, des routes et des maisons sont encore sous l'eau, mais en général, le niveau de l'eau diminue progressivement. Dans le bassin du Démer, les niveaux d'eau sont élevés à très élevés. Tous les réservoirs sont utilisés. Le niveau d'eau sur le Winge et le Grote Losting à Rotselaar a atteint son maximum.

La Gette et la Velpe ont également atteint leur maximum. A plusieurs endroits le long de ces deux cours d'eau, des mesures ont été prises pour utiliser une capacité tampon supplémentaire. À Sint-Joris-Weert, dans le Brabant flamand, la Dyle a dépassé le niveau d'alarme. Le long de la Neerijsebaan, les inondations sont critiques, bien que le niveau baisse également à cet endroit. Le réservoir d'Egenhoven est rempli à ras bord, ce qui provoque l'inondation d'une partie du parking situé le long de l'autoroute E40 près de Louvain. L'eau est en partie évacuée dans le canal Leuven-Dyle.

Dans le bassin de l'Escaut inférieur, des inondations importantes et non critiques sont attendues à Londerzeel au cours de la journée. En raison des précipitations prolongées, les parties en aval de ces cours d'eau pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période, souligne la VMM.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Intempéries : Les opérations de sauvetage pratiquement terminées

La situation s'améliore très progressivement sur tout le territoire après les intempéries et les inondations des derniers jours. Les recherches se poursuivent dans les zones touchées mais les opérations de sauvetage sont pratiquement terminées, communique dimanche le Centre de crise fédéral. Un peu plus de 37.000 ménages sont toujours sans électricité, dans les provinces de Liège et du Brabant wallon. Les énormes ravages provoqués par les inondations se dévoilent petit à petit et les opérations de nettoyage ont commencé, avec l'aide de nombreux bénévoles, indique le Centre de crise. A lire ici

belga
© belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Pas de train entre Namur et Gembloux avant le lundi 26 juillet

Aucun train ne pourra circuler entre Namur et Gembloux avant le lundi 26 juillet, et non ce lundi 19 comme initialement communiqué, en raison des dégâts causés par les fortes intempéries, signale dimanche matin Infrabel, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. Environ 80% des lignes dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg souffraient toujours des conséquences de ces fortes pluies et des inondations.

Dans le Hainaut, environ 30% des lignes sont encore touchées par des perturbations, pour 45% du réseau impacté au niveau national. Infrabel prévoit de communiquer une nouvelle mise à jour en fin de journée. Vendredi, l'entreprise ferroviaire et la SNCB avaient annoncé avoir mis en place un plan de remise en service du trafic ferroviaire, ligne par ligne, après les fortes intempéries. Le trafic reprendra ainsi progressivement sur les lignes touchées entre ce lundi 19 juillet et le 30 août prochains. Les trains rouleront à vitesse réduite à certains endroits. Là où le trafic ferroviaire ne peut pas encore reprendre, des bus de remplacement seront mis en circulation, dans la mesure du possible. Toutes les infos pratiques sont disponibles sur le site internet de la SNCB

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Le niveau de la Velp a fortement baissé, celui de la Gette à Halen monte encore légèrement

Le niveau d'eau de la Velp, sur le territoire de Halen, a commencé à baisser plus fortement dans la nuit de samedi à dimanche, avec un effet positif sur le niveau d'eau dans le centre. "L'eau se retire lentement là-bas. La Gette continue de monter légèrement et sort de son lit en plusieurs endroits", indique dimanche Erik Van Roelen (CD&V), le bourgmestre de cette localité limbourgeoise.

Pendant ce temps, la protection civile, présente sur place, continue de pomper les caves pour y maîtriser la situation. Elle dispose encore d'un stock important de sacs de sable, tandis qu'elle récupère aussi les sacs inutilisés dans les rues où le danger est passé.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Un corps retrouvé à Hampteau, l'identification toujours en cours

Un corps sans vie a été retrouvé samedi près du village d'Hampteau (près de Hotton), quelques kilomètres en aval du lieu où une jeune fille de 15 ans a disparu mercredi, emportée par les flots, remportent plusieurs médias locaux. Il n'a pas encore été formellement identifié, précise le parquet du Luxembourg dimanche matin.

Le service d'identification des victimes ne dispose pas de suffisamment d'éléments pour confirmer qu'il s'agit bien de la jeune fille de 15 ans tombée dans l'Ourthe mercredi, précise le parquet du Luxembourg. Le corps a été découvert par un agriculteur à environ trois kilomètres du lieu où l'adolescente, originaire de la Région bruxelloise, a été emportée par les flots.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Seul le niveau d'eau de la Mehaigne inquiète encore un peu

Comme samedi soir, seule la Mehaigne et ses affluents dans les provinces de Namur et de Liège restaient en phase d'alerte de crue dimanche matin, selon la dernière mise à jour, à 9h00, de la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques. Les niveaux sont cependant à la baisse et la tendance devrait se poursuivre.

Tous les niveaux des cours d'eau encore en pré-alerte de crue poursuivaient, eux, leur décrue. Dans la plupart des provinces, "les niveaux sont orientés à la baisse et la tendance va se poursuivre dans les prochaines heures", précise ainsi le service public wallon. Cela concerne notamment la Sambre, la Meuse, l'Eau d'Heure, La Lesse, la Lhomme, l'Ourthe, l'Amblève et la Vesdre

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

80% des maisons d'Angleur et de Chênée inspectées par la police

Les opérations de nettoyage, de déblayage et les inspections des lieux dans les zones les plus touchées de Liège ont continué durant toute la journée de samedi. Le porte-parole de la zone de police a indiqué samedi soir que les maisons d'Angleur et de Chênée avaient été inspectées à 80 %.

Si la situation et l'accès à ces zones restent parfois délicats, le travail des secours et des citoyens ne fait que commencer. Alors que le niveau de l'eau ne cesse de baisser, avec par exemple l'ouverture des portes de flots de la station de pompage permettant l'évacuation des eaux de Kinkempois (Angleur) vers la Meuse, les citoyens découvrent l'ampleur des dégâts.

Mobilisée depuis le début de ces intempéries, la zone de police a déjà visité des centaines d'habitations afin de s'assurer que personne ne se trouvait encore à l'intérieur des bâtiments. Des autocollants ont été apposés pour laisser une trace du passage des policiers. Samedi soir, aucune nouvelle découverte macabre n'était à signaler après les deux décès confirmés à Angleur vendredi.

Au niveau de la circulation, le tunnel de Cointe était toujours inondé. La zone de police de Liège a également refait un point concernant la mobilité en soirée: l'axe formé par la rue de la Station, le boulevard de Beaufraipont et le boulevard de l'Ourthe à Chênée est rouvert à la circulation sur une bande dans chaque sens et permet le passage sur la E25 entre Chênée et les Ardennes; le quai des Ardennes et le pont de Chênée sont accessibles; la E25 est à nouveau accessible dans le sens Cheratte vers Liège, sur une seule bande de circulation à partir de Wandre; la liaison E25 entre Embourg et Burenville reste fermée dans les deux sens; les quais de la Dérivation et de la Meuse à Liège sont rouverts à la circulation; la route du Condroz (N680) vers Liège est quant à elle rouverte dans les deux sens.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

11.000 ménages toujours privés d'électricité en région liégeoise

Samedi soir, il reste 157 cabines d'alimentation électrique hors tension en région liégeoise, ce qui correspond à quelque 11.000 ménages toujours privés d'électricité, indique le gestionnaire des réseaux de gaz et d'électricité Resa. Par contre, 222 cabines ont pu être rétablies, permettant à 15.500 foyers de retrouver du courant, précise-t-il.

"Mis à part quelques cas critiques, notamment à Pepinster ou dans certains villages ou quartiers de Trooz ou presque tout est détruit, nous pouvons espérer rétablir l'électricité provisoirement dans pratiquement toutes les communes sinistrées de façon progressive et pour la fin de la semaine prochaine dans les zones les plus critiques. Mais nous restons prudents car nous ne sommes pas à l'abri de problèmes extrêmes",, précise Gil Simon, le directeur général de Resa.

En ce qui concerne le réseau gazier, après les premiers diagnostics posés au niveau des zones les plus sinistrées et la coupure de l'alimentation en gaz naturel dans celles-ci, des équipes ont vérifié les installations toujours alimentées en gaz mais impactées par les inondations. Les mesures de sécurisation ont été prises. De nombreuses interventions ont également eu lieu suite à des appels relatifs à des risques d'effondrement et des problèmes de stabilité, poursuit le gestionnaire.

"La priorité actuelle est la poursuite de la sécurisation des réseaux, et donc des citoyens, ainsi que de continuer le diagnostic pour avoir un constat plus précis et prendre les mesures les plus adéquates", ajoute-t-il en qualifiant la situation de "très problématique" pour les 3.600 ménages privés de gaz depuis les inondations.

Aucune solution provisoire n'est en effet possible pour une réalimentation en gaz. Le rétablissement passe nécessairement pas une reconstruction du réseau avec d'importants travaux de génie civil partout où il a été arraché ou endommagé. "Cette reconstruction nécessitera des semaines voire des mois de travail à la suite de quoi nos équipes devront passer dans tous les foyers sinistrés afin de s'assurer de la parfaite étanchéité des installations avant de relancer le gaz dans les conduites", souligne enfin le gestionnaire.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Halen espère une stabilisation de la Gette durant la nuit

Le niveau de la rivière Gette continuait à monter samedi soir à Halen (Limbourg), a indiqué son bourgmestre selon qui cette crue devrait toutefois s'arrêter dans le courant de la nuit.

La Velpe, qui traverse aussi la commune, a elle commencé à baisser, a-t-il ajouté. "Cela a baissé d'un centimètre ces quatre dernières heures. Cela peut sembler peu, mais nous sommes déjà bien contents avec cela pour le moment". "A l'heure actuelle, le niveau de la Gette continue à monter d'un centimètre par heure. Ce midi, on était encore à deux centimètres par heure. La décrue est donc en vue". Face à la menace des eaux, la commune a mis tout en oeuvre pour protéger son territoire avec force sacs de sable notamment aux endroits les plus vulnérables.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Halen espère une stabilisation de la Gette durant la nuit

Le niveau de la rivière Gette continuait à monter samedi soir à Halen (Limbourg), a indiqué son bourgmestre selon qui cette crue devrait toutefois s'arrêter dans le courant de la nuit.

La Velpe, qui traverse aussi la commune, a elle commencé à baisser, a-t-il ajouté. "Cela a baissé d'un centimètre ces quatre dernières heures. Cela peut sembler peu, mais nous sommes déjà bien contents avec cela pour le moment". "A l'heure actuelle, le niveau de la Gette continue à monter d'un centimètre par heure. Ce midi, on était encore à deux centimètres par heure. La décrue est donc en vue". Face à la menace des eaux, la commune a mis tout en oeuvre pour protéger son territoire avec force sacs de sable notamment aux endroits les plus vulnérables.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Halen espère une stabilisation de la Gette durant la nuit

Le niveau de la rivière Gette continuait à monter samedi soir à Halen (Limbourg), a indiqué son bourgmestre selon qui cette crue devrait toutefois s'arrêter dans le courant de la nuit.

La Velpe, qui traverse aussi la commune, a elle commencé à baisser, a-t-il ajouté. "Cela a baissé d'un centimètre ces quatre dernières heures. Cela peut sembler peu, mais nous sommes déjà bien contents avec cela pour le moment". "A l'heure actuelle, le niveau de la Gette continue à monter d'un centimètre par heure. Ce midi, on était encore à deux centimètres par heure. La décrue est donc en vue". Face à la menace des eaux, la commune a mis tout en oeuvre pour protéger son territoire avec force sacs de sable notamment aux endroits les plus vulnérables.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Halen espère une stabilisation de la Gette durant la nuit

Le niveau de la rivière Gette continuait à monter samedi soir à Halen (Limbourg), a indiqué son bourgmestre selon qui cette crue devrait toutefois s'arrêter dans le courant de la nuit.

La Velpe, qui traverse aussi la commune, a elle commencé à baisser, a-t-il ajouté. "Cela a baissé d'un centimètre ces quatre dernières heures. Cela peut sembler peu, mais nous sommes déjà bien contents avec cela pour le moment". "A l'heure actuelle, le niveau de la Gette continue à monter d'un centimètre par heure. Ce midi, on était encore à deux centimètres par heure. La décrue est donc en vue". Face à la menace des eaux, la commune a mis tout en oeuvre pour protéger son territoire avec force sacs de sable notamment aux endroits les plus vulnérables.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Halen espère une stabilisation de la Gette durant la nuit

Le niveau de la rivière Gette continuait à monter samedi soir à Halen (Limbourg), a indiqué son bourgmestre selon qui cette crue devrait toutefois s'arrêter dans le courant de la nuit.

La Velpe, qui traverse aussi la commune, a elle commencé à baisser, a-t-il ajouté. "Cela a baissé d'un centimètre ces quatre dernières heures. Cela peut sembler peu, mais nous sommes déjà bien contents avec cela pour le moment". "A l'heure actuelle, le niveau de la Gette continue à monter d'un centimètre par heure. Ce midi, on était encore à deux centimètres par heure. La décrue est donc en vue". Face à la menace des eaux, la commune a mis tout en oeuvre pour protéger son territoire avec force sacs de sable notamment aux endroits les plus vulnérables.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Seuls la Mehaigne et ses affluents restent en phase d'alerte de crue samedi soir

Les niveaux des cours d'eau en Wallonie continuaient à être orientés à la baisse samedi soir, seule la Mehaigne et ses affluents dans les provinces de Namur et de Liège restant en phase d'alerte de crue, selon le dernier bilan de la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques publié peu avant 19h00.

Dans la plupart des provinces, "les niveaux sont orientés à la baisse et la tendance va se poursuivre dans les prochaines heures", précise le service public wallon. (

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

L'armée reste mobilisée pour aider les victimes des inondations

L'armée reste mobilisée pour aider les victimes des inondations

L'armée est restée mobilisée ce samedi pour aider les victimes des inondations, indique la Défense en soirée. En région liégeoise, une cinquantaine de militaires participent toujours au déblayage et au nettoyage à Liège même, Trooz et Esneux. Dix-huit autres sont présents à Limbourg et Pepinster. Jusqu'à 14h00, l'armée était également active à Verviers. Elle y fournit pompes, camions et excavatrices.

Dans la province de Namur, des dizaines de militaires travaillaient depuis vendredi à la reconstruction de la route àThon-Samson. Ils y ont également construit une digue pour protéger les habitations et ont pompé l'eau des caves. Dans la province de Luxembourg, 4 militaires coordonnent le hub logistique de Marche-en-Famenne tandis que dans le Brabant wallon, une quarantaine d'entre eux participent au déblayage et au nettoyage des zones touchées.

Plusieurs hélicoptères sont également en stand-by sur les bases de Beauvechain et Bierset. Un hélicoptère de la protection civile française, lui, est stationné à Liège, au côté d'un appareil italien.

Enfin, la caserne de Spa est prête à accueillir des sinistrés pour la nuit, précise la Défense.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

27 victimes confirmées et 103 personnes présumées disparues

Le bilan des inondations qui ont ravagé la Belgique ces derniers jours s'est encore alourdi samedi soir. Selon le centre de crise, on compte désormais 27 victimes confirmées et 103 personnes, qui restent injoignables, sont présumées portées disparues.

Plusieurs facteurs peuvent toutefois expliquer ce nombre élevé: de nombreuses personnes se trouvent actuellement sans moyen de communication à la suite de la perte de leur téléphone, ou en raison de l'absence de moyens pour recharger leur batterie. Certaines d'entre elles ont également pu être emmenées dans un hôpital sans papiers d'identité et n'ont pas encore eu l'occasion de se manifester auprès de leurs proches. Les autorités encouragent dès lors les personnes qui n'ont pas encore eu de contacts avec leurs proches pour ces différentes raisons de se signaler le plus rapidement possible aux services de secours.

"Et si vous restez sans nouvelles d'un proche, nous vous invitons à prendre contact avec votre zone de police locale qui rassemble les informations sur les personnes disparues", ajoutent-elles. Par ailleurs, les citoyens ayant des questions pratiques sur les démarches à entreprendre après l'inondation de leur habitation peuvent appeler gratuitement le numéro d'information 1771 pour obtenir des informations. Via cette ligne, une personne en détresse peut également obtenir un soutien moral, rappellent les autorités.

Ces dernières soulignent enfin que "le moyen le plus simple d'aider est d'effectuer un don sur le compte de la Croix-Rouge BE70 0000 0000 2525" ou de s'inscrire sur la plateforme des volontaires de crise de la Croix-Rouge. "Ne vous rendez pas sur les zones sinistrées. Cela pourrait mettre en danger les opérations de sauvetage des services de secours. Attendez un appel spécifique de la Croix-Rouge ou d'une commune pour donner ou apporter du matériel", avertissent-elles.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

"La Belgique va demander l'activation du fonds de solidarité de l'UE"

La Belgique va demander l'activation du fonds de solidarité de l'Union européenne, a annoncé samedi le Premier ministre Alexander de Croo en marge d'une visite à Maaseik. "Les premiers contacts ont déjà été pris et il en ressort que la Belgique a de grandes chances de pouvoir bénéficier de cette aide", a assuré le Premier ministre selon qui les dégâts devraient se monter à plusieurs centaines de millions d'euros.

"Il y a beaucoup de dégâts dans tout le pays. Les communes ne peuvent pas à elles seules supporter le coût de la reconstruction et nous allons les aider avec ce mécanisme européen de solidarité", a ajouté Alexander De Croo en saluant une nouvelle fois le travail des services de secours et des volontaires.

"Le grand nettoyage reste à faire. L'eau est partie, en laissant derrière elle beaucoup de boue et de misère", a poursuivi le Premier ministre qui a par ailleurs promis une analyse approfondie du travail des secours et du fonctionnement des bassins d'eau.

Egalement présent à Maaseik, le ministre-président flamand Jan Jambon a assuré que le fonds flamand pour les catastrophes interviendrait également pour dédommager les victimes. "Il n'y a aucun doute que c'est une catastrophe naturelle. Nous allons essayer d'intervenir le plus rapidement possible afin de répondre aux besoins des gens", a-t-il dit.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Un habitant de Mettet décède à l'hôpital après être tombé dans la Biesme

Un habitant de Mettet est décédé samedi matin des suites de sa chute dans la Biesme jeudi, indique le chef de corps de la zone Val de Sambre, Marc Gilbert, confirmant une information du journal L'Avenir. L'homme qui allait avoir 70 ans avait été emporté sur plusieurs dizaines de mètres, avant d'être secouru par des témoins secondés par des pompiers.

Resté plus de 30 minutes dans la Biesme en pleine crue, il avait avalé beaucoup d'eau. Hospitalisé dans état critique, il a finalement perdu la vie samedi. C'est la seconde victime dénombrée à la suite des intempéries en province de Namur. Une autre personne est également décédée à Philippeville.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Eau à nouveau potable à Lincent et Hélécine

L'eau est à nouveau potable, samedi soir, à Lincent et Linsmeau (Hélécine) . La situation est par ailleurs rétablie à Verviers et à Dison, indique la Société wallonne des Eaux (SWDE). En début d'après-midi, elle avait déjà annoncé que deux-tiers des raccordements (environ 2.000) qui étaient directement touchés par les inondations de ces derniers jours étaient à nouveau alimentés en eau. En province de Liège, l'eau reste non-potable à Hannut, Lincent, Braives (sauf Fumal, quartier de Pitet et Tourinne), Geer (rue Bajot, rue de Lens-Saint-Remy et Boehle) et au hameau de Crenwick à Berloz. En province de Namur, l'eau n'est pas potable dans le centre de Dinant (excepté à l'hôpital), à Beauraing, à Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, dans le haut de Dave, aux Isnes, à Beuzet, Bossières, Longzée, Mazy, Jemeppe et Ham-sur-Sambre, à Floreffe (sauf dans le zoning) et à Sambreville (sauf Moignelée, Keumiée et Arsimont). Dans le Hainaut, seuls les habitants de Viesville (Pont-à-Celles) sont privés d'eau potable. La situation n'y sera pas rétablie avant le début de la semaine prochaine. Dans ces zones, l'eau du robinet ne peut pas être utilisée à des fins alimentaires même bouillie, rappelle la SWDE.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Trois corps retrouvés à Esneux et une autre victime à Hamoir

Le bilan des victimes continue de grimper après les inondations vécues en province de Liège. Samedi à 15h30, trois corps sans vie avaient été découverts à Esneux et une victime était à déplorer à Hamoir. Du côté d'Esneux, le plan d'évacuation est arrivé à son terme vendredi soir à 22h00. Désormais, les secours font le tour des habitations : "Après deux premières victimes, un troisième corps a été retrouvé vers 14h00. Le risque est que ce bilan augmente au fil des heures", redoute la bourgmestre Laura Iker. La commune reste difficilement accessible et les autorités demandent à la population de ne pas se déplacer pour permettre le nettoyage et le déblayage. Des sociétés privées ont proposé leur aide et plusieurs conteneurs sont utilisés pour permettre aux riverains de se débarrasser de leurs déchets. Deux centres accueillent en outre les personnes sinistrées. Durant cette période sombre, Laura Iker tient à souligner la solidarité collective qui existe à Esneux. Un soutien également perçu avec la venue de pompiers italiens - qui, selon l'agence de presse italienne Ansa ont sauvé une quarantaine de personnes à Tilff - français, autrichiens ou encore néerlandais. "Depuis ce samedi, nous pouvons aussi compter sur l'apport de 25 militaires et du SPW", précise la maïeure.

À Hamoir, le bourgmestre f.f. Michel Legros a confirmé le décès d'une septuagénaire à Comblain-la-Tour, comme l'indique Sudpresse. "La malheureuse nouvelle est tombée aux alentours de 23h30 la nuit dernière. Nous espérions éviter ce genre de drame, mais ce n'est pas le cas." Michel Legros met cependant en évidence le travail titanesque réalisé par l'ensemble de la population et des secours sur le territoire. "La décrue est importante et nous sommes entrés dans la phase de nettoyage. Nous constatons une incroyable solidarité sur place avec des soutiens techniques, matériels et humains. C'est magnifique de voir cela dans ces moments si douloureux."

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Problèmes de réseau: les opérateurs se mobilisent

Malgré la décrue entamée, les problèmes rencontrés au niveau du réseau fixe dans les régions de Liège, de Verviers et de Rochefort "ne pourront pas être résolus tout de suite", indique samedi Proximus. Dans les jours à venir, l'opérateur offrira dès lors un forfait de 50 Gb de données mobiles à ses clients dans les zones touchées. Au niveau du réseau mobile, "la situation s'améliore nettement grâce aux efforts de toutes nos équipes, mais actuellement les problèmes persistent encore à Trooz, Nessonvaux et Pepinster", ajoute Proximus, qui assure "tout mettre en oeuvre pour y rétablir la connectivité au plus vite". Autre opérateur actif en Belgique, Orange Belgium a de son côté décidé d'ouvrir des points de collectes pour les dons aux familles en difficulté dans une centaine de ses magasins. L'opérateur offre également 5Gb de données mobiles à ses clients touchés par les inondations.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

De Croo : "Il est important de se rendre sur place"

Le Premier ministre Alexander De Croo et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, accompagnés du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet, du commissaire européen Didier Reynders et de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, se sont rendus ce samedi dans plusieurs communes dévastées par les inondations. A midi, ils étaient à Pepinster après s'être arrêtés à Rochefort.

Alexander De Croo y a souligné à quel point il était important de se rendre sur place, d'une part pour soutenir les sinistrés et d'autre part, pour se rendre compte de l'ampleur des dégâts. "C'est notre devoir d'aider les gens dans une situation comme celle-ci à retrouver leur dignité. Nous devons aussi aider à reconstruire cette ville dont le centre est détruit", a indiqué le Premier ministre. Ce dernier a aussi insisté sur la présence de la présidente de la Commission européenne. "La Commission dispose de moyens qui seront utiles à la reconstruction. C'est important de faire cela rapidement", a-t-il dit.

A proximité de l'endroit où une vingtaine de maisons se sont effondrées, une famille a expliqué aux autorités comment elle s'était réfugiée, avec des voisins - à 19 personnes au total - sur le toit avant d'être secourue 9 heures plus tard.

"J'admire le courage des citoyens avec lesquels nous avons discutés. Je veux leur dire que nous, les Européens, sommes avec vous dans ces moments difficiles. Votre deuil est le nôtre mais c'est aussi ensemble que nous nous en sortirons. L'Europe aide déjà et continuera de le faire. Plus de 170 sauveteurs de différents pays européens ont été déployés et on a activé le mécanisme de protection civile européen", a détaillé la présidente de la Commission. "L'Union européenne sera aux côtés de la Belgique pour la reconstruction", a-t-elle ajouté.

Ce samedi, la délégation officielle doit également se rendre à Eupen, chef-lieu de la Communauté germanophone lui aussi été dévasté par les inondations.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

La plateforme Aidehulp14-7 lance un appel à "une meilleure coordination" des initiatives

Les initiatrices de la plateforme Aidehulp 14-7 lancent ce samedi "un appel urgent" aux autorités pour une meilleure coordination des initiatives d'aide après les inondations meurtrières qui ont frappé le pays ces derniers jours. "Nous recevons constamment des appels téléphoniques et des courriels de personnes qui veulent rendre service, mais ne savent pas où le faire", soulignent Lien De Leenheer et Ilse Van Dyck, selon qui "ce déluge de solidarité risque d'être un boulet pour les autorités communales".

"L'absence de coordination fait que l'attention et les ressources sont concentrées sur des initiatives qui n'offrent pas de solutions efficaces aux problèmes immédiats. Les initiatives civiles sont plus rapides que celles du gouvernement mais vont parfois hélas dans la mauvaise direction, même si leurs intentions sont excellentes", poursuivent-elles.

Fortes de ce constat, elles appellent les bourgmestres et les gouverneurs des régions non touchées à organiser des dépôts centralisés où peuvent être stockés les biens donnés, en attendant d'être redistribués. À partir de ces dépôts, l'aide appropriée pourra ensuite être envoyée aux communes affectées par le biais de transports organisés.

La plateforme aidehulp14-7. com a été visitée par 360.000 personnes ces derniers jours et 2.500 propositions d'aide y ont été publiées.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Eau potable: deux-tiers des raccordements touchés sont à nouveau alimentés

Deux-tiers des raccordements (environ 2.000) qui étaient directement touchés par les inondations de ces derniers jours sont à nouveau alimentés en eau, indique samedi midi la Société wallonne des eaux (SWDE).

Les communes où l'eau reste non-potable samedi à la mi-journée sont: Hélécine, Hannut, Lincent, Braives (sauf Fumal, quartier de Pitet et Tourinne), Geer (rue Bajot, rue de Lens-Saint-Remy et Boehle) et le hameau de Crenwick à Berloz. L'eau est par contre redéclarée potable sur Ensival. En province de Namur, l'eau n'est pas potable dans le centre de Dinant (excepté à l'hôpital), à Beauraing, à Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, dans le haut de Dave, aux Isnes, à Beuzet, Bossières, Longzée, Mazy, Jemeppe et Ham-sur-Sambre, à Floreffe (sauf dans le zoning) et à Sambreville (sauf Moignelée, Keumiée et Arsimont). Dans le Hainaut, seuls les habitants de Viesville (Pont-à-Celles) sont privés d'eau potable. La situation n'y sera pas rétablie avant le début de la semaine prochaine. Dans ces zones, l'eau du robinet ne peut pas être utilisée à des fins alimentaires même bouillie, rappelle la SWDE.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Inondations: les raisons du bilan si meurtrier

"Catastrophique", comme "à la guerre", "sans précédent": les inondations qui ont frappé l'Allemagne, la Belgique et une partie de l'Europe cette semaine suite à des pluies diluviennes sont d'une ampleur rarement vue, avec plus de 150 morts au total. Comment un tel événement a-t-il pu se produire et faire autant de dégâts? On refait le point. A lire ici.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

De nouvelles évacuations dans le Limbourg néerlandais

Les habitants des zones basses situées le long de la Meuse à Beesel, dans le Limbourg néerlandais, ont été priés de partir samedi matin.

"Même si l'eau n'a pas encore atteint le sommet, il y a déjà une pression sur les digues", a justifié la municipalité. "La pression d'une telle quantité d'eau est grande, et il y a donc toujours un risque qu'une digue s'effondre. Et l'eau s'écoulera alors rapidement dans la zone." Les résidents sont donc invités à quitter la zone. Ce n'est qu'en fin de soirée que l'on saura si l'eau va baisser et si le pic est passé. La zone du vieux village de Beesel est l'un des points faibles de la défense contre la montée des eaux de la Meuse. L'onde de crue de la rivière, qui traverse auparavant la Belgique, devrait quitter la province du Limbourg lundi matin, selon les prévisions. Le niveau d'eau de la Meuse près de Maastricht a atteint son niveau le plus élevé jeudi soir avec un débit de 3.260 mètres cubes par seconde. C'est un plus haut historique pour le fleuve depuis le début des mesures en 1911. Ce n'est qu'en 1926 et 1993 que le débit avait également dépassé de peu les 3.000 mètres cubes par seconde. D'ici dimanche, le débit à proximité de Maastricht devrait retomber en dessous de 1.500 mètres cubes par seconde.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Wanze reste un lieu critique et son centre est toujours sous eaux.

Alors que la décrue avait débuté à certains endroits vendredi, ce n'était pas le cas de la Mehaigne. "Le niveau de la rivière a continué de monter jusqu'à minuit et même si cela s'est stabilisé, le centre de la commune reste inondé", développe le capitaine Christophe Jadot.

Aux maisons touchées par cette montée des eaux s'ajoute un problème de cabine à haute tension. "De nombreux domiciles se retrouvent sans électricité et plusieurs évacuations ont dû être effectuées", ajoute le capitaine. Les pompiers de la zone Hemeco ont d'ores et déjà reçu le soutien de leurs collègues de Courtrai et une aide en provenance de Coxyde (commune jumelée à Wanze) est également attendue. La situation reste critique au niveau de la chaussée de Tirlemont ou encore la rue Joseph Wauters. La situation au niveau de la Meuse se stabilise et cela devrait permettre l'écoulement de la Mehaigne.

Une cellule de crise wanzoise s'est réunie samedi en matinée afin de faire le point. Les autorités rappellent qu'un accueil est prévu pour les sinistrés. "Des locaux sont mis à la disposition des citoyens sinistrés au sein des bâtiments de la Maison communale. Les personnes concernées ont ainsi la possibilité d'utiliser des sanitaires, de recharger les GSM, de se réchauffer, de prendre un café et de manger quelque chose. Les citoyens peuvent se faire connaître avant leur arrivée en téléphonant au 085/27.35.10 afin que nous puissions les accueillir au mieux."

Les hommes du feu de la zone Hemeco restent sur le pont et les équipes se relaient également du côté des communes de Ferrières, Hamoir ou encore Comblain-au-Pont. "La décrue de l'Ourthe a bien avancé. Nous venons en aide aux citoyens et sommes désormais à la recherche de corps."

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Le point sur la situation

Selon le centre de crise, les opérations de sauvetage sont pratiquement terminées en province de Liège, l'effort se concentrant principalement désormais sur le sauvetage des animaux et sur les opérations techniques.

Des problèmes de réseaux, ainsi que d'alimentation en eau, sont toujours signalés en province de Luxembourg. La situation est assez semblable en province de Namur, tandis que Wavre et Tubize restent les points critiques du Brabant wallon. La situation se stabilise dans le Hainaut.

En Flandre, le niveau de la Meuse baisse lentement dans le Limbourg, le point d'attention reste principalement Maaseik où l'on craint que des maisons puissent être inondées. Dans le Brabant flamand, ce sont les entités de Rotselaer et Zoutleeuw qui craignent encore une aggravation de la situation dans l'après-midi en raison du trop plein du bassin du Démer.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

24 décès confirmés en Belgique

Le nombre de décès confirmés en Belgique après les inondations de ces derniers jours est de 24, indique samedi matin le centre de crise. "Malheureusement, nous devons tenir compte du fait que ce nombre va encore augmenter dans les heures et les jours à venir. Les différents services d'urgence poursuivent leurs recherches sur le terrain."
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

De Croo à Rochefort

Le Premier ministre Alexander De Croo s'est rendu ce samedi matin à 10h00 à Rochefort pour constater les dégâts provoqués par les inondations. La Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le vice-Premier ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne et la bourgmestre faisant fonction de Rochefort Corine Mullens étaient également présents.

Le rendez-vous était fixé à l'arsenal des pompiers de Rochefort où les politiques ont pu échanger avec les secours, sur le pont depuis mardi soir. Le Premier ministre a ensuite pu s'apercevoir de la violence des inondations en s'arrêtant là où une habitation s'est entièrement effondrée, rue du Hableau. Il s'est ensuite rendu sur la Place Ste-Marguerite à Jemelle où le pont de la rue du Kiosque, qui permet de passer au-dessus de la Wamme, s'est entièrement soulevé. "C'est impressionnant", a-t-il déclaré face à l'ampleur des dégâts. Il est encore allé à la rencontre de quatre personnes qui nettoyaient l'église Ste-Marguerite d'Antioche à Jemelle. "Vous faites un bon boulot. Ce n'est pas fini mais vous avez raison, il faut y aller de suite", leur a-t-il indiqué. Alexander De Croo a terminé sa visite à Rochefort en retournant rue du Hableau où la Lhomme a emporté avec elle plusieurs tonnes de pierres. Il doit également se rendre à Pepinster, Eupen puis à Maaseik plus tard dans la journée.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Une cellule de coordination de solidarité mise en place en province de Liège

Une cellule de coordination de solidarité mise en place en province de Liège

Le Collège provincial et le Gouverneur de Liège ont signalé samedi la mise en place d'une cellule de coordination de solidarité pour faire face aux conséquences des intempéries et inondations.

Cette Cellule de coordination provinciale de solidarité est "chargée de faire le lien entre les propositions d'aides émanant des entreprises, associations ou citoyens et les besoins des sinistrés recensés par les communes et les CPAS", précise le communiqué. Celle-ci est joignable par téléphone au 04/279.49.90 ou par e-mail : solidarite@provincedeliege.be, de 8h00 à 20h00 tous les jours à partir de ce 17 juillet.

Le Collège provincial et le Gouverneur saluent "le calme, le courage et la solidarité manifestés par la population et plus particulièrement les nombreux sinistrés". Ils témoignent également de leur inconditionnel soutien aux personnels des services de secours et d'intervention ainsi qu'à toutes celles et tous ceux qui oeuvrent aux problématiques liées à la Sécurité civile.

De plus, la province de Liège rappelle que ses services et infrastructures sont à la disposition tant du comité de coordination provincial, présidé par le Gouverneur, que des communes. Les bâtiments provinciaux de Wégimont et de La Reid ont d'ailleurs déjà été ouverts à l'hébergement de personnes sinistrées.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

La plaie que sont les touristes de catastrophes

La commune néerlandaise de Ruremonde (Roermond) menace d'amendes les personnes qui continuent à se rendre dans les zones sinistrées à des fins de tourisme déplacé. Les appels répétés de la municipalité et des autorités sécuritaires de la région aux personnes pour qu'elles ne s'approchent pas des zones où elles n'ont rien à faire, ne font en effet guère d'effet. La localité menace désormais de leur imposer des amendes.

Bien qu'un règlement d'urgence soit en vigueur, destiné à contrer le tourisme de catastrophe, le Maasboulevard dans la banlieue de Ruremonde a été bondé toute la journée de vendredi. Jusqu'à tard dans la soirée, d'innombrables promeneurs en voiture ou en vélo électrique étaient venus sur le mur du quai pour prendre des photos de la marina et d'eux-mêmes. Les résidents locaux sont extrêmement agacés par ces "observateurs de singes", comme on les appelle.

Malgré les plaintes déposées auprès de la commune, aucune mesure n'a été prise à ce jour. Mais, samedi matin, Ruremonde a mis en garde contre les amendes. Elle constate également que de nombreux touristes visitent les zones sinistrées, indique-t-elle su sa page Facebook. "Nous demandons à nouveau à chacun de ne pas agir de la sorte et de laisser à tous les services d'urgence l'espace nécessaire pour faire leur travail", insiste la commune. "Des règlements d'urgence sont en vigueur dans plusieurs zones. Si les gens ne les respectent pas, des amendes pourront être infligées."

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

La situation reste critique à Halen et Rotselaer

Le risque d'inondation reste présent ce samedi dans certaines parties du Brabant flamand et du Limbourg. Les entités de Halen et Rotselaer sont dans une situation qualifiée de critique par la Vlaamse Milieumaatschappij (VMM), l'Agence flamande de l'environnement. Des maisons sont toujours menacées d'inondation à proximité des bassins du Démer, de la Meuse et de la Dyle. Bien qu'il ne pleuve plus, et que les prévisions de l'Institut royal météorologique soient optimistes, d'importantes quantités d'eau arrivent toujours en amont et certains bassins d'attente sont presque pleins. Les niveaux d'eaux sont très élevés dans le Limbourg et dans le Brabant flamand, certains cours d'eau ont un peu débordé de leur lit. A Rotselaer, la Winghe continue de grossir, le pic de crue devrait être atteint dans la nuit de samedi à dimanche. A Halen et Herck-la-Ville, la Gette et la Fleppe menacent, le pic est également encore attendu. Du côté de Maaseik, le bourgmestre craint une montée des eaux souterraines et les habitants sont appelés à évacuer. Il faudra des jours avant un retour à la normale, même si les prévisions météos annoncent une semaine sèche et ensoleillée.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

L'électricité devrait être rétablie partout à Wavre avant midi

Toute l'entité de Wavre devrait à nouveau être alimentée en électricité d'ici la fin de la matinée, indique samedi matin la Ville brabançonne dans un communiqué.

L'heure est désormais à la constatation des dégâts et au nettoyage. "Pour permettre un accord plus aisé aux personnes venues prêter main forte aux sinistrés, et aux sinistrés eux-mêmes qui doivent pouvoir accéder à leurs habitations et commerces sans frein, tous les parkings seront gratuits tout le week-end", précise la Ville.

Kevin Dochain
© Kevin Dochain
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Inondations... quand l'invisible ne l'est plus

Malheureusement, il ne s'agit pas du tout d'une mise en garde supplémentaire de Gaia ou de la Nature quant aux comportements destructeurs et de prédation de l'Homme sur son environnement, ni encore moins d'un phénomène naturel "normal" dont on ne devrait pas s'inquiéter. Non, la réalité est bien plus simple et glaçante à la fois... Ces intempéries exceptionnelles ne sont ni les sirènes d'alarme que la Nature nous fait entendre pour nous faire éviter le pire, ni le cours "normal" de la vie... C'est au contraire, la concrétisation implacable de la catastrophe qui est déjà là ! Ce que nous expérimentons, c'est cette catastrophe annoncée depuis le début de l'ère industrielle et modélisée depuis les années septante dans le rapport du Club de Rome ("Halte à la croissance)... Depuis lors, la communauté scientifique n'a cessé de nous alerter, envers et contre tout... mais la force du consumérisme, de la prédation et de "l'après-nous les mouches" a tout écrasé sur son passage, dont notre capacité de résistance, d'indignation et d'action politique.

Une opinion à lire ici

belga
© belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

La situation reste critique à Geetbets et Rotselaar

La plupart des entités de Flandre touchées par les crues cette semaine peuvent à nouveau respirer plus ou moins au sec, à l'exception de Geetbets et Rotselaer, dans le Brabant flamand, où l'eau est toujours présente en grande quantité.

"L'eau s'est complètement retirée du centre de Tirlemont", a déclaré la bourgmestre Katrien Partyka. "Le pire semble être derrière nous, mais il y aura beaucoup de travail pour pomper l'eau des caves et des maisons." Vendredi, les pompiers locaux ont reçu l'aide de leurs confrères de Zaventem et du Westhoek.

Les nouvelles ne sont pas encore réjouissantes du côté de Geetbets, où plusieurs rues sont toujours inondées. "Les routes d'accès à Saint-Trond, Zoutleeuw et Glabbeek sont toujours fermées en raison des inondations", précise le bourgmestre Jo Roggen.

La situation est assez semblable à Rotselaer, où des habitations situées à proximité de la E314 sont menacées par les flots. "Nous entendons que le niveau d'eau baisse en amont", se rassure le bourgmestre Dirk Claes. Si cette baisse se poursuit, l'entité devrait également retrouver ses rues d'ici ce soir.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Seules la Mehaigne, la Meuse, l'Ourthe et la Basse Lesse toujours en alerte de crue

Les niveaux des cours d'eau en Wallonie s'orientaient à la baisse samedi matin, même si les seuils d'alerte de crue restent atteints dans certains endroits, selon le dernier bilan du service public publié vers 9H. Seules la Mehaigne, la Meuse, l'Ourthe et la Basse Lesse se trouvent toujours en alerte de crue.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Accès gratuit au parking de plusieurs gares jusqu'à la fin des perturbations

La SNCB a décidé de donner un accès libre, et donc gratuit, à plusieurs de ses gares jusqu'à la fin des perturbations consécutives aux intempéries et aux inondations qui ont touché une bonne partie de la Wallonie, indique-t-elle sur son site internet. Ce dernier renseigne également le plan de transport alternatif mis en place pour le week-end.

Dans le détail, cela concerne les gares de Ans, Arlon, Braine-l'Alleud, Braine-Le-Comte, Charleroi-Sud, Enghien, Gembloux, Genval, Huy, La Hulpe, Louvain, Liège-Guillemins, Luttre, Marchienne-au-Pont, Mons, Namur, Nivelles, Ottignies, Rixensart et Verviers. La circulation des trains reste en effet toujours très perturbée en Wallonie à la suite des intempéries qui ont touché les provinces de Liège, Namur, Luxembourg, Brabant wallon et Hainaut, avec certaines lignes encore à l'arrêt. Infrabel, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, et la SNCB travaillent dès lors activement à la mise en place d'alternatives, en tenant compte de la situation sur leur réseau mais aussi sur les routes, indiquent-elles. Raison pour laquelle certains parkings sont désormais librement accessibles.

Pour rappel, en raison du mauvais temps, et pour la sécurité des voyageurs et du personnel de la SNCB et d'Infrabel, toutes les circulations sont interrompues depuis jeudi en dessous de Charleroi, Ottignies, Namur, Liège et entre ces gares. Le site de la SNCB renseigne le plan de transport alternatif mis en place, avec différentes adaptations vers et depuis Liège, Namur, Libramont, Charleroi et Ottignies.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Les opérations de déblayage et de nettoyage se poursuivent dans les communes liégeoises

Ainsi, du côté de Trooz, le constat est implacable et les dégâts sont innombrables, comme le détaillait le bourgmestre Fabien Beltran: "Plusieurs ponts se situent sur la commune et deux d'entre eux se sont effondrés tandis que d'autres ont dû être fermés par sécurité. Actuellement, nous tentons de dégager ce qu'il reste des rues et plusieurs bâtiments sont complètement détruits. En plus des habitations, le hall omnisports et d'autres lieux n'existent plus. C'est une véritable catastrophe et on ne peut s'en rendre compte que lorsque l'on se trouve ici."

Sur Aywaille, les dernières évacuations ont eu lieu durant la nuit de jeudi à vendredi et aucun autre décès n'est pour l'instant à déplorer, après celui constaté mercredi soir. "Désormais nous pansons les plaies. Le travail s'est surtout concentré sur la remise en état des axes principaux et des voiries communales pour permettre aux citoyens de rejoindre leurs habitations. Il reste néanmoins des désagréments avec le ruisseau entre Harzé et Aywaille, qui est sorti de son lit, et entre Nonceveux et Sedoz où des éboulements se sont produits", exposait le maïeur Thierry Carpentier.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Le niveau de l'eau peut encore monter à certains endroits

Si en Wallonie et dans le Limbourg, la Meuse se calme et que le pire semble passé, cela ne vaut pas pour toutes les communes de notre pays. Les municipalités situées un peu plus loin le long des rivières sont toujours menacés et courent toujours le risque de recevoir beaucoup d'eau. C'est notamment le cas de Halen et de Rotselaar. Vous pouvez trouver plus d'informations sur waterinfo.be.

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Le bilan officiel grimpe à 133 morts en Allemagne, 153 en Europe

Le bilan des intempéries dévastatrices en Allemagne a encore grimpé samedi, atteignant au moins 133 morts dans le pays, a annoncé samedi la police locale dans un communiqué, ce qui porte à 153 le nombre de décès officialisés en Europe. "Selon les informations actuelles 90 personnes ont perdu la vie pendant la catastrophe", dans la région de Rhénanie-Palatinat, l'une des plus touchées, a indiqué la police de Coblence. Ce bilan s'ajoute aux 43 décès survenus en Rhénanie-du-Nord Westphalie, une autre région allemande frappée par la catastrophe, et aux 20 morts officiellement annoncés par le fédéral en Belgique. Selon le décompte des entités touchées par les inondations, ce nombre a cependant déjà été dépassé hier dans le Plat pays

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Les niveaux des cours d'eau à la baisse en Wallonie

Les niveaux des cours d'eau en Wallonie s'orientaient à la baisse samedi matin, même si les seuils d'alerte de crue restent atteints dans de nombreux endroits, selon le dernier bilan du service public publié à 7h45. Seules les eaux de l'Eau d'Heure et ses affluents pourraient voir leur baisse de niveau légèrement ralentir, voire se réorienter très légèrement à la hausse sur l'aval.

Les niveaux d'eaux sont globalement en train de se stabiliser ou de diminuer en Wallonie. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, prévoit la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques.

Les risques de crue et de débordements concernent toujours principalement les rivières de la Mehaigne, la Meuse, le Viroin, l'Eau Blanche, l'Eau d'Heure, la Lesse, Lhomme et l'Ourthe

Belga
© Belga
Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Un second corps sans vie retrouvé à Angleur (Liège)

La zone de police de Liège a fait un nouveau point sur la situation à Liège samedi matin: "La nuit a été assez calme, nos policiers étaient présents pour sécuriser les quartiers sinistrés et éviter les pillages. Malheureusement, une autre personne âgée a été retrouvée décédée en début de soirée à Angleur", a précisé le porte-parole.

Vendredi, le bourgmestre Willy Demeyer signalait un premier décès avéré du côté d'Angleur. "Le corps d'une personne âgée a été retrouvé et il ne faut pas exclure d'autres découvertes macabres lors des inspections des habitations", redoutait le maïeur. Samedi matin, la baisse du niveau des eaux se poursuivait à Liège, permettant la réouverture de la rue de Tilff à Angleur.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Évacuation à Wassenberg (Allemagne) suite à la rupture d'un barrage

Près de la ville allemande de Wassenberg, proche de la frontière néerlandaise, un barrage s'est rompu vendredi soir et quelque 700 habitants ont été évacués, rapporte le radiodiffuseur WDR. Les autorités locales ont déclaré à WDR que le barrage s'est rompu parce que les barrages de la Ruhr, du côté néerlandais, étaient fermés. Selon le radiodiffuseur, les autorités locales ont pris contact avec les autorités néerlandaises pour qu'elles rouvrent les vannes. (

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le niveau et le débit de la Meuse dans le Limbourg continuent de baisser

Le niveau et le débit de la Meuse continuent de baisser, signalait vendredi soir le bourgmestre de Lanaken Marino Keulen (Open Vld). La tendance à la baisse se poursuit d'ailleurs tout le long de la Meuse dans le Limbourg belge.

Le niveau d'eau du cours d'eau à Smeermaas (Lanaken) a en effet baissé de 33 centimètres par rapport à la nuit de jeudi à vendredi. Le débit y est actuellement de 2.750 mètres cubes par seconde. C'est 500 mètres cubes par seconde de moins que le point critique à 3 heures du matin la nuit dernière. Les points principaux d'attention se trouvent désormais à Geistingen et Kessenich à Kinrooi. Près de Heppeneert (Maaseik), le niveau de l'eau a baissé de 7 centimètres par rapport à 13h00.

On s'attend à ce que la tendance à la baisse se poursuive sur les communes du Limbourg en bord de Meuse. Ce qui se passe à Smeermaas se manifeste en effet avec un retard de 8 à 12 heures à Maaseik et Kinrooi.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Trois nouveaux corps retrouvés à Chaudfontaine

Le bilan continue de s'alourdir dans les communes fortement touchées par les inondations en province de Liège. Vendredi vers 20h00, le bourgmestre de Chaudfontaine Daniel Bacquelaine indiquait que trois nouveaux corps avaient été retrouvés à Vaux-sous-Chèvremont et à Chaudfontaine-Source. Ce qui porte le bilan provisoire à cinq décès sur la commune, après la découverte de deux corps jeudi soir.

La cité calidifontaine fait partie des localités les plus touchées par ces inondations et le déblayage a débuté. "C'est une vision apocalyptique. Les dégâts sont colossaux et nous constatons que les voiries sont éventrées alors que les trottoirs ont disparu", raconte Daniel Bacquelaine. Les carcasses des véhicules jonchent en outre les routes de même que des dizaines d'objets. "Il nous faudra du temps pour tout reconstruire et ce sera un travail de longue haleine, de plusieurs années", a prévenu le bourgmestre de Chaudfontaine.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le point sur la situation des cours d'eau wallons

Les niveaux des cours d'eau en Wallonie s'orientaient à la baisse vendredi soir, même si les seuils d'alerte de crue restent atteints dans de nombreux endroits, selon le dernier bilan du service public publié à 20h00. Seules les eaux de la Senne et de la Mehaigne, en aval, continuent à monter.

Les niveaux d'eaux sont globalement en train de se stabiliser ou de diminuer en Wallonie. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, prévoit la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques. Les niveaux de la Senne et de ses affluents sont cependant toujours orientés à la hausse. Le niveau maximum est attendu en fin de journée. C'est aussi le cas en aval de la Mehaigne, où le niveau devrait se stabiliser en fin de soirée. Les risques de crue et de débordements concernent toujours principalement les rivières de la Senne, la Dyle, la Gette, l'Eau d'Heure, l'Eau blanche et l'Eau noire, la Basse et la Haute Lesse, la Lhomme, l'Ourthe, l'Amblève, la Vesdre et la Meuse.

InfoCrue
© InfoCrue
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Alexander De Croo en visite samedi dans les régions touchées

Le Premier ministre Alexander De Croo se rendra samedi en visite dans les régions touchées par les intempéries en Flandre, en Wallonie et en Communauté germanophone. Il ira en matinée à Rochefort (à 10h00) et Pepinster (à 12h30), accompagné de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

À Rochefort, ils seront rejoints par le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, et le vice-Premier ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne. A Pepinster, c'est le ministre-président de la Communauté française, Pierre-Yves Jeholet, et M. Di Rupo qui se joindront à eux.

Dans l'après-midi, M. De Croo se rendra à Eupen (à 14h00), avec le ministre-président de la Communauté germanophone, Oliver Paasch. Il clôturera ses visites par Maaseik, où le ministre-président flamand, Jan Jambon, sera également présent. Le Premier ministre s'entretiendra avec les habitants sinistrés, les services de secours et les pouvoirs locaux afin de leur apporter un peu de réconfort et de leur assurer le soutien des autorités fédérales, a précisé le cabinet du chef du gouvernement.

>> Lire aussi: Alexander De Croo: "Les inondations les plus dramatiques de l'histoire"

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Limbourg, Brabant flamand: encore des inondations malgré l'arrêt de la pluie

Les inondations se poursuivaient vendredi soir dans les provinces du Limbourg et du Brabant flamand, même si les pluies ont cessé, a annoncé l'Agence flamande de l'environnement (VMM). Comme beaucoup d'eau arrive encore en amont, de la Wallonie, et que les bassins d'attente sont remplis dans la plupart des endroits, les niveaux d'eau restent élevés.

Aucune autre précipitation significative n'est prévue pour la semaine à venir, pointe, plus positivement, la VMM. "Mais, en raison des précipitations prolongées, les cours d'eau inférieurs pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période", prévient l'agence flamande dans sa dernière mise à jour.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

L'eau à nouveau potable à Huy et Marchin: et les autres communes?

L'eau des communes de Huy et de Marchin est à nouveau potable, a annoncé vendredi soir la Compagnie intercommunale liégeoise des Eaux (Cile). La potabilité et l'approvisionnement de l'eau reste toutefois problématique dans de nombreuses localités, rappelle la Société wallonne des eaux.

"Une odeur de chlore peut apparaître", avertit la Cile, qui a intensifié le traitement des eaux. "Le chlore est volatil: il s'échappe de l'eau dans les quelques minutes de son prélèvement au robinet", précise-t-on.

La distribution d'eau à Sprimont a également pu être rétablie, a indiqué la Société wallonne des eaux, mais beaucoup d'autres communes font encore face à des manques d'eau ou aux problèmes de non-potabilité.

Selon le dernier bilan de la SWDE, sont toujours impactées les communes de Dison, Stavelot, Pepinster, Verviers, Aywaille, Hannut, Lincent, Hélècine, Braisves, certaines rues de Geer et Verviers-Ensival (province de Liège), Dinant centre, Beauraing, Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, Gembloux, Jemeppe-sur-Sambre et Floreffe, Arbre (province de Namur) et Pont-à-Celles (Hainaut).

Depuis jeudi soir, sont également concernées les communes de Berloz, Sambreville, Yvoir, Ciney, Marche-en-Famenne, Courcelles, et Orp-le-Grand.

La situation ne devrait pas être rétablie avant la semaine prochaine.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Un décès à Angleur

Le corps sans vie d'une personne a été découvert à Angleur, a indiqué vendredi, en fin d'après-midi, la Ville de Liège lors d'un premier bilan de la situation après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région.

"De mémoire de Liégeois et Liégeoises, nous faisons face à une situation inédite", a d'emblée commenté le bourgmestre Willy Demeyer. Le maïeur a donné des précisions sur l'évolution des intempéries ces dernières heures. "En une journée, nous avons dû faire face à l'équivalent de deux mois de pluie et la préparation du matériel ainsi que des effectifs s'est finalement montrée dérisoire."

Alors que la décrue a débuté durant la journée de vendredi, plusieurs endroits restaient périlleux et fortement touchés, notamment à Chênée ou Angleur, où une aide structurelle a été organisée. "Les dégâts sont conséquents et il est encore impossible de pouvoir se rendre sur place. Le corps d'une personne âgée a été retrouvé à Angleur et il ne faut pas exclure d'autres découvertes macabres lors des inspections des habitations", redoute Willy Demeyer.

À Liège, plusieurs sinistrés ont été priés de quitter leur domicile jeudi et se sont retrouvés dans différents centres, comme à Grivegnée et au Sart-Tilman. Au départ de ces centres, 153 personnes ont pu être logées à l'hôtel, a précisé l'échevine en charge des Solidarités Julie Fernandez Fernandez. Les autorités ont remercié les partenaires publics et privés pour le soutien et les dons déjà récoltés. D'autres initiatives vont prochainement voir le jour avec un centre d'appels et un système de repas à domicile. De plus, les personnes qui le souhaitent peuvent également faire un don sur le compte de l'ASBL Solidarité Sinistrés Liège (créée lors de la catastrophe de la rue Léopold).

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Plusieurs tronçons autoroutiers toujours fermés à la circulation

De nombreux tronçons routiers et autoroutiers étaient toujours fermés à la circulation vendredi après-midi en raison des inondations, signalaient en début de soirée le Service public de Wallonie Mobilité et Infrastructures et la Sofico. C'est surtout la province de Liège qui a été touchée.

Dans toutes les provinces wallonnes, des tronçons routiers ont été fermés à la circulation en raison des inondations. Si des inspections ont déjà pu être entamées sur certaines zones redevenues sèches, il est par contre toujours nécessaire d'attendre que l'eau se retire à de nombreux endroits pour pouvoir dresser des bilans plus précis et intervenir. En fonction des types de dégâts constatés, les bilans et interventions de remise en service pourront prendre un certain temps, préviennent le SPW MI et la Sofico.

La province de Liège est particulièrement touchée. La liaison E25-E40/A602 est toujours fermée dans les deux sens. Le niveau de l'eau doit en effet avoir suffisamment diminué pour que l'eau soit pompée des tunnels inondés (Kinkempois et Grosses-Battes) et qu'un état des lieux puisse ensuite être dressé. Plusieurs autres tronçons, accès ou sorties sur l'E25 sont fermés, notamment à Wandre en direction de Liège, à Tilff en venant de Bastogne, à Embourg ou Ensival.

Plusieurs autres zones sont totalement à éviter : Trooz, Remouchamps, Esneux, Aywaille, Jalhay, Pepinster, Liège (quai de Rome vers Avroy, quai de l'Ourthe vers La Boverie), Houffalize, Chênée ou Angleur. Sont également concernés les centres de Spa et Theux, Chaudfontaine, Verviers, Modave et Tilff

Il est recommandé d'éviter la province de Liège à cause la fermeture de la liaison E25-E40/A602 par le tunnel de Cointe. Pour les usagers en transit venant de Luxembourg vers Liège, il est demandé de continuer sur l'E411 vers Namur, pour reprendre la direction Liège sur l'E42 via l'échangeur de Daussoulx. Ceux en provenance de l'Allemagne et des Pays-Bas qui veulent rejoindre le Luxembourg doivent continuer sur la E42 en direction de Namur et reprendre la direction de Luxembourg.

En province de Luxembourg, le SPW MI et la Sofico citent des axes routiers à Virton, entre Hotton et Rendeux et à Bomal.

En province de Namur, Nismes, Villers-sur-Lesse, Houyet, Houx, Gelbressée et Marche-les-Dames sont notamment des zones à éviter.

Enfin, dans le Brabant wallon et le Hainaut, le SPW MI et la Sofico évoquent le cas du centre-ville de Wavre, de Court-Saint-Etienne et d'Acoz, près de Gerpinnes.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

La Croix-Rouge lance un appel aux dons

Face à la catastrophe naturelle nationale que constituent les inondations actuelles, la Croix-Rouge de Belgique et la "Rode Kruis Vlanderen", ont décidé d'unir leurs forces. Elles ont lancé depuis vendredi un appel aux dons financiers "TousUnis: solidarité avec les victimes des inondations", à faire en ligne sur le site de l'organisation ou à verser sur le compte bancaire BE70 0000 0000 2525. Les dons serviront à apporter une aide concrète aux personnes touchées par la catastrophe.

L'organisation humanitaire est présente dans de nombreux endroits et peut donc agir rapidement et localement pour fournir une aide d'urgence sur le terrain. Depuis le début des inondations, plusieurs centaines de bénévoles, secouristes et ambulanciers poursuivent leurs interventions de secours de première urgence ainsi que les évacuations des personnes sinistrées. Plusieurs locaux de l'organisation sont eux-mêmes victimes des inondations, principalement en province de Liège et de Namur. Les équipes logistiques de la Croix-Rouge ont déjà fourni 1.500 lits de camps et brancards pour équiper les centres d'accueil d'urgence, plus de mille couvertures et des milliers de bouteilles d'eau.

Un don unique de 1€ peut également être fait par SMS au 4330 avec la mention "Solidarity".

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Les souverains, les pieds dans l'eau pour soutenir les sinistrés (photo)

Le couple royal s'est rendu vendredi après-midi à Pepinster, l'une des communes les plus touchées par les inondations de ces derniers jours.

Arrivés vers 15h30, les souverains se sont rendus dans la rue Neuve, l'une des plus affectées, où le roi Philippe et la reine Mathilde ont pu se rendre compte de la puissance de flots qui ont traversé la commune faisant, au passage, s'écrouler une vingtaine de maisons. Le Roi et la Reine ont eu l'occasion de rencontrer des habitants et des commerçants de la rue. Ils n'ont d'ailleurs pas hésité à rentrer dans certaines maisons ou établissements. Le couple royal a répondu à toutes les sollicitations prêtant une oreille attentive à chacun tout en les encourageants pour les longues heures de travail et les démarches futures des assurances.

Après plus de deux heures à Pepinster, les souverains ont repris la route.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

La remise en service du trafic ferroviaire sera progressive

Infrabel et la SNCB ont mis en place un plan de remise en service du trafic ferroviaire, ligne par ligne. Le trafic reprendra ainsi progressivement sur les lignes touchées entre le 19 juillet et le 30 août prochains. Les trains rouleront à vitesse limitée à certains endroits. Là où le trafic ferroviaire ne peut pas encore reprendre, des bus de remplacement seront mis en circulation, dans la mesure du possible.

La SNCB invite les voyageurs à se rendre sur son site internet, qui sera mis à jour régulièrement.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Comment venir en aide aux victimes des inondations

Avec les inondations inédites qui ont frappé le pays, nombreuses sont les personnes à avoir besoin d'aide. Et nombreuses sont aussi celles prêtes à tendre la main, maintenant et dans les semaines à venir. Nous avons recensé quelques initiatives, pour apporter une aide réelle, sans gêner les professionnels.

>> En voici quelques unes

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le Bal national n'aura pas lieu

La Ville de Bruxelles a décidé d'annuler les festivités du bal national prévues mardi prochain, le 20 juillet, en raison de l'instauration d'une journée de deuil national et par respect et solidarité avec les victimes des inondations, a annoncé vendredi le bourgmestre de,al Ville de Bruxelles Philippe Close.

Par ailleurs, la Ville de Bruxelles ouvrira un livre de condoléances dès samedi à 10h30, à l'Hotel de Ville de Bruxelles.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

"La Belgique doit activer le Fonds de solidarité de l'UE"

La délégation belge du groupe PPE du Parlement européen a écrit à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour lui demander d'activer au plus vite tous les moyens financiers disponibles au niveau européen pour soutenir les régions de Belgique et des autres États membres touchées par les inondations des deux derniers jours.

"Dans ce cadre, le Fonds de solidarité de l'Union européenne peut être amené à jouer un rôle essentiel pour exprimer la solidarité financière de l'Europe à l'égard des régions sinistrées, en soutenant financièrement un État membre ou une région en cas de catastrophe naturelle majeure", ont indiqué Benoît Lutgen (cdH), Pascal Arimont (CSP), Cindy Franssen et Tom Vandekendelaere (tous deux CD&V) dans un communiqué. C'est au gouvernement fédéral qu'il appartient d'élaborer un dossier de demande de financements et d'activation de ce Fonds auprès de la Commission européenne, raison pour laquelle les élus PPE ont également écrit un courrier au Premier ministre Alexander De Croo et aux ministres concernés.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Aide, prêts: le gouvernement wallon détaille ses mesures

Le gouvernement wallon a détaillé les différentes mesures prises afin de faire face aux conséquences des inondations qui ont touché la Région ces derniers jours.

L'exécutif a ainsi décidé d'initier, de sa propre initiative, une procédure de reconnaissance de calamité publique. Dans ce cadre, le Centre régional de Crise a été chargé de demander à l'Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d'inondations sur l'ensemble du territoire wallon. Dés réception de ce rapport, le gouvernement prendra un arrêté de reconnaissance des inondations comme calamité publique.

>> Toutes les infos ici

"Cela arrive statistiquement une fois en 200 ans"

L'Institut royal météorologique (IRM) a enregistré un record de précipitations sur 48 heures en province de Liège, avec plus de 271 mm relevés à Jalhay et 217 mm à Spa. "C'est exceptionnel", a annoncé vendredi le responsable des prévisions météorologiques David Dehenauw sur Twitter.

"Cela arrive statistiquement une fois en 200 ans. Normalement on relève 100 mm en juillet dans ces régions", a-t-il ajouté.

Selon l'IRM, les quantités de précipitations relevées entre les 13 et 15 juillet dans l'est et le centre du pays, sont pour la plupart très abondantes et même extrêmes pour certaines.

Les quantités de précipitations relevées en 48 heures dans les stations de Jalhay (271,5 mm), Spa (217,1 mm), du Mont Rigi (192,4 mm) et à Neu-Hattlich (189,0 mm) font état d'une période de retour largement supérieure à 100 ans.

De Croo: "Les inondations les plus dramatiques de l'histoire"

Le Premier ministre et ses collègues ont dressé le bilan des inondations qui ont tué au moins 20 personnes et causé d'innombrables dégâts.

Compte-rendu complet à lire ici.

La gare de Liège-Guillemins rouverte au public

La gare de Liège-Guillemins, fermée jeudi après-midi, tout comme les autres gares liégeoises, à la suite des fortes intempéries, est rouverte aux voyageurs et les trains circulent à nouveau jusque Welkenraedt, signale vendredi après-midi la SNCB.

En raison du mauvais temps, et pour la sécurité des voyageurs et du personnel de la SNCB et d'Infrabel, toutes les circulations sont interrompues en dessous de Charleroi, Ottignies, Namur, Liège et entre ces gares, avait indiqué jeudi la SNCB. Celle-ci demandait donc aux voyageurs de ne pas se rendre en gare et de ne pas prendre le train dans les provinces de Namur, Luxembourg et Liège. Un message qu'elle répète ce vendredi après-midi.

Aucun transport alternatif n'est en effet possible jusqu'à nouvel ordre, insiste l'entreprise ferroviaire.

Les gares de Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert sont fermées, au contraire de celle de Liège-Guillemins, qui est désormais rouverte, selon une mise à jour de la SNCB. Les trains peuvent à présent circuler jusque Welkenraedt.

Le bilan provisoire s'élève à 20 morts et 20 disparus

Le bilan provisoire des inondations et intempéries des deux derniers jours en Belgique s'élève à 20 morts et 20 disparus, a annoncé vendredi la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden.

Le mardi 20 juillet sera un jour de deuil national

Le gouvernement fédéral a décrété un jour de deuil national ce mardi 20 juillet pour les victimes des inondations meurtrières des deux derniers jours, a annoncé vendredi le Premier ministre Alexander De Croo.

Le chef du gouvernement a salué le "vrai élan de compassion qui traverse aujourd'hui notre pays", face à des inondations dont "il se pourrait qu'elles soient les plus catastrophiques que notre pays ait jamais connues".

Les festivités nationales du 21 juillet, déjà limitées pour cause de coronavirus, seront encore réduites, non seulement par respect pour les victimes, mais aussi parce que de nombreuses forces humaines et matérielles devront toujours être mobilisées sur le terrain des inondations, a indiqué le Premier ministre.

La conférence de presse du Centre de crise en direct (vidéo)

Le Premier ministre, la ministre de l'Intérieur et les ministres-présidents concernés s'expriment en direct, à 16h, après les inondations qui ont tué au moins 23 personnes et causé d'innombrables dégâts. A suivre par ici en direct.

Une péniche emportée par la Meuse à Liège

Le courant dans la Meuse reste problématique à Liège. Une péniche amarrée au Port des yachts a d'ailleurs coulé vendredi en début d'après-midi, comme l'indiquent Sudpresse et RTC Télé-Liège.

La péniche "Dove", longue de 26 mètres, appartient à une nonagénaire anglaise. Cette dernière n'était pas à bord au moment des faits, précise Hélène Thiébaut, porte-parole du port autonome de Liège. Sous les yeux des riverains et des passants, la péniche a été emportée par le courant.

"Cela va perturber la navigation fluviale et nous avons donc directement contacté le SPW pour que la batellerie soit prévenue", ajoute encore la porte-parole. Deux autres péniches menaçaient aussi de couler: la péniche Quintus Quarter et la péniche Vauban.

Une plateforme pour proposer son aide

La plateforme S.O.S Inondations permet aux personnes épargnées par les intempéries de ces derniers jours d'offrir leur aide aux victimes. Ceux qui souhaitent soutenir les victimes peuvent dresser la liste de leurs services et de leurs articles à offrir via le site www.aidehulp14-7.be. Il est également possible de répondre à des demandes d'aide spécifiques ou de se porter volontaire pour aider sur place.

Plusieurs personnes, principalement originaires de Flandre et de Bruxelles, offrent gratuitement des vêtements, des jouets et des meubles. Ils se proposent également pour le nettoyage des maisons, le transport des marchandises ou encore le soin des animaux. Ceux qui souhaitent répondre à des demandes d'aide spécifiques peuvent se rendre sur Facebook, où plusieurs groupes répartissent les demandes par régions.

Tellement d'impuissance (humeur)

"C'est douloureux. De ne pas reconnaître sa ville. Coulée, paniquée, impuissante. Mais surtout de se dire que dans chaque maison engloutie par l'eau boueuse déchaînée, il y a des gens."

Une humeur de Mélanie Geelkens à lire ici.

Décryptage: il faut apprendre à habiter autrement

Dopées par le réchauffement climatique en cours, les inondations de forte intensité vont s'inviter de plus en plus souvent dans les lieux de vie. Elles nous condamnent à repenser en profondeur notre façon de nous loger et d'exploiter la terre. Des pistes existent pour concevoir un terrain d'entente entre l'eau et l'homme.

Analyse par ici.

Boris Johnson: "Choquant de voir les inondations dévastatrices"

La décrue s'amorce en province de Luxembourg

La décrue s'amorce progressivement en province de Luxembourg mais la prudence reste de mise, a indiqué le gouverneur qui faisait le point sur la situation consécutive aux intempéries des jours précédents.

Les débits d'eau sur l'Ourthe avaient diminué vendredi matin par rapport à la veille, sauf à Durbuy où ils restaient semblables à ceux relevés jeudi. "La plus grande prudence reste donc de mise. Ne vous approchez pas des cours d'eau", insiste le gouverneur de la province du Luxembourg par voie de communiqué.

"La zone de secours a encore dû procéder à quelques opérations de secours durant la nuit pour des personnes s'étant mises en danger inutilement." Des opérations techniques étaient encore en cours vendredi matin.

"Concernant la mobilité, les axes principaux sont accessibles. Sur le réseau secondaire, la N833 (Rendeux-Hotton), la N86 (Bomal) et la N811 (Virton) sont toujours fermées. Plusieurs petites routes annexes sont encore inondées et inaccessibles."

Mercredi, le gouverneur a déclenché la phase provinciale de gestion de crise à 15h00. La phase fédérale a été déclenchée par la ministre de l'Intérieur jeudi à 14h30. La cellule de crise provinciale est toujours réunie et coordonne les actions. Le call-center 1771 est accessible de 08h00 à 22h00 pour répondre à toutes les questions administratives qui se posent, conclut le communiqué du gouverneur.

19 disparus en Belgique

Les inondations qui ont dévasté une bonne partie de la Belgique depuis mercredi ont fait au moins 18 morts, tandis que 19 personnes étaient portées disparues, selon un bilan officiel du centre de crise national, vendredi à la mi-journée.

C'est le dernier bilan communiqué par la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, a précisé à l'AFP Antoine Iseux, porte-parole du centre de crise.

Les violentes intempéries et inondations qui frappent la Belgique depuis plusieurs jours ont fait au moins 23 morts dans le sud du pays, d'après un autre bilan provisoire établi vendredi à la mi-journée. La province de Liège paie le plus lourd tribut avec 20 décès et plusieurs personnes portées disparues.

L'eau se retirait progressivement des zones inondées vendredi et les secours s'attendaient à découvrir d'autres victimes. "On peut s'attendre à de mauvaises surprises", a dit M. Iseux.

getty
© getty

Macron: "Notre soutien est déployé en Belgique"

La France est "solidaire" dans l'"épreuve" traversée par l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, touchés par de graves inondations qui ont fait plus d'une centaine de morts, a tweeté vendredi le président français Emmanuel Macron, en promettant l'aide de Paris où ce sera "utile".

Le Premier ministre Jean Castex avait assuré jeudi soir l'Allemagne et la Belgique du "soutien" et de la "solidarité" de la France, en précisant que 40 militaires français de la sécurité civile (Uiisc1, régiment mis à disposition du ministère de l'Intérieur) et un hélicoptère avec une équipe de sauvetage étaient arrivés à Liège, particulièrement touchée par les intempéries.

L'ensemble de ces pays déplorent à ce stade au moins 126 décès.

Procédures d'aides et d'assurances: que faire?

Avec la décrue vient la découverte des dégâts, et la question que tous se posent: "qu'est-ce que je vais faire maintenant?". Assurances, aides publiques, Fonds de calamité, Le Vif analyse les détails, cas par cas, étape par étape, des différentes procédures.

Toutes les informations ici.

Une conférence de presse à 16h

Une conférence de presse conjointe réunira le Premier ministre, les ministres-présidents Jambon et Di Rupo et la ministre de l'Intérieur, aujourd'hui à 16h00.

Walibi et Aqualibi, "fermés jusqu'à nouvel ordre" (photos)

Walibi et Aqualibi resteront fermés jusqu'à nouvel ordre, a annoncé vendredi le parc d'attraction wavrien. Les inondations qui ont fortement impacté le site ne permettent pas d'envisager une réouverture rapide.

Walibi avait déjà prévenu jeudi que ses portes resteraient fermées ce vendredi à cause des intempéries. Cependant, selon le communiqué, les infrastructures sont lourdement touchées et les dégâts sont trop importants pour permettre une réouverture à court terme. De plus, les inondations ont engendré des problèmes techniques et le parc n'est donc joignable ni par téléphone, ni par mail. Toutes les informations pratiques concernant les tickets, abonnements, réservations et autres sont actualisées sur le site internet et les réseaux sociaux du parc d'attraction.

Les intempéries ont fait au moins 23 morts en Wallonie

Les intempéries ont fait 20 morts dans la province de Liège, ce qui porte le bilan à au moins 23 décès en Wallonie, a confirmé vendredi le gouverneur de la province de Liège Hervé Jamar dans les journaux télévisés de la mi-journée d'RTL-TVI et de la RTBF.

"Seules 6 personnes sur les 20 qui ont perdu la vie dans la province de Liège ont pu être identifiées pour l'instant", a-t-il précisé.

Le gouverneur a conseillé aux personnes qui n'ont pu avoir de nouvelles d'un proche d'appeler le numéro d'information gratuit 1771, mis en place par la Cellule de crise nationale et destiné aux personnes sinistrées.

"Il y a encore des gens sur les toits dans la province de Liège, qui sont depuis 36 heures sans boire et sans manger", a souligné le gouverneur.

"Toutes les conditions sont réunies pour une indemnisation pour cause de catastrophe", a-t-il encore assuré.

belga
© belga

De nouvelles inondations ne sont pas à exclure

Aucune nouvelle précipitation n'est attendue dans les bassins du Démer, de la Meuse, de la Dyle et de la Nèthe, mais ceux-ci pourraient conserver leur niveau d'eau élevé à cause des précipitations prolongées des derniers jours. De nouvelles inondations ne sont donc pas à exclure.

Gaz et électricité: pas de retour à la normale avant plusieurs jours

Durant la nuit de jeudi à vendredi et vendredi matin, 90 cabines électriques ont pu être relancées, a renseigné par voie de communiqué Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz dans la région liégeoise. Il reste cependant 289 cabines hors tension, ce qui correspond à un peu plus de 20.000 ménages sans électricité pour l'instant dans la province de Liège. Les équipes travaillent d'arrache-pied et des solutions provisoires sont mises en place, mais au vu de l'ampleur des dégâts, un retour à la normale n'est pas garanti avant plusieurs jours.

Même si la décrue s'amorce, le poste haute tension d'Elia de Pepinster est toujours sinistré, perturbant fortement l'alimentation en électricité des communes de Pepinster, Trooz, Aywaille, Olne et Sprimont. Au-delà, la plupart des communes localisées dans la vallée de la Vesdre, de l'Ourthe et de l'Amblève sont aussi en partie sans électricité essentiellement à Tilff, Esneux, Chaudfontaine, Comblain, Chênée et Angleur.

Des efforts sont menés, cabine par cabine, pour tenter de ramener le courant et des groupes électrogènes sont réquisitionnés pour reconstruire le réseau, mais il faudra attendre plusieurs jours avant de pouvoir rétablir le courant partout. Ores, gestionnaire de réseaux de distribution d'électricité et de gaz en Wallonie, indiquait jeudi soir également que plus de 21.000 ménages dans les communes de Baelen, Barvaux, Bomal, Cheoux, Durbuy, Eupen, Hampteau, Hodister, Hotton, Houffalize, Houyet, Limbourg, Marcourt, On (Marche-en-Famenne), Raeren, Rendeux, Rochefort, Warrizy, Spa, Theux et Verviers, étaient également touchées par ces coupures de courant. Ce qui porte donc le total pour ces deux opérateurs, à 41.000 foyers sans électricités en Wallonie. Il est vivement conseillé aux personnes sinistrées qui reprennent possession de leur maison de ne pas tenter de relancer leurs installations électriques sans l'aval d'un électricien ou d'un organisme agréé.

Au niveau du réseau gazier, la conduite emportée par les eaux à Chênée ne pourra être réparée avant plusieurs jours et la décrue complète. Ainsi les communes et villages de Chaudfontaine, Trooz, Fraipont, Nessonvaux, Tilff et Embourg ne sont toujours pas alimentées en gaz. Il est impossible à l'heure actuelle, selon Resa, d'estimer le délai de rétablissement.

150 secouristes de France, d'Italie et d'Autriche, avec bateaux et hélicos

Belga Images
© Belga Images

Quelque 150 secouristes venus de France, d'Italie et d'Autriche sont impliqués dans le cadre du mécanisme de protection civile de l'Union européenne pour les inondations en Belgique, avec bateaux à moteur et hélicoptères, a indiqué vendredi la Commission européenne.

La Belgique avait activé dès mercredi le mécanisme de protection civile de l'Union européenne pour faire face aux dégâts provoqués par les inondations meurtrières dans le sud du pays. Dans la foulée, la France a annoncé envoyer de l'aide, dont 40 sapeurs-sauveteurs, ainsi qu'un hélicoptère avec des sauveteurs aquatiques. L'Autriche envoie quant à elle plusieurs embarcations et l'Italie des équipes de sauvetage, hélicoptères et bateaux, a détaillé la Commission lors de son point presse quotidien.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo avait pointé du doigt, vendredi matin sur La Première (RTBF), le manque de bateaux à moteur suffisamment puissants au sein de la Défense et de la Protection civile belges, appelant à tirer les leçons de la tragédie. D'autres offres d'aide provenant d'autres pays de l'UE sont à l'étude pour évaluer si elles peuvent utilement rejoindre les équipes en Belgique, a ajouté la Commission, qui coordonne l'envoi de l'aide et finance partiellement son transport.

De nombreuses routes inaccessibles

Le bilan grimpe à 103 morts en Allemagne

Le bilan des intempéries dévastatrices en Allemagne a encore grimpé, dépassant le seuil de la centaine de victimes avec 103 morts, ont annoncé vendredi les autorités.

"Nous avons à l'heure actuelle 60 morts" dans la seule région de Rhénanie-Palatinat, l'une des plus touchées par les inondations, a annoncé la cheffe de son gouvernement régional, Malu Dreyer, ce qui porte le bilan national à 103 décès.

Au moins 23 morts en Belgique

Le bilan, au niveau national, est porté à 23 morts, annonce Le Soir, qui précise également que 41.000 ménages wallons sont actuellement privés d'électricité.

Une minute de silence

Le Sénat et le Parlement francophone bruxellois réunis vendredi, chacun, en séance plénière ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes des inondations mais aussi en l'honneur des personnes qui ont dû quitter leur domicile et de celles qui font preuve de solidarité dans ces moments difficiles.

Chacune dans leur assemblée, la présidente du Sénat, Stephanie D'Hose et son homologue du Parlement francophone bruxellois, Magali Plovie ont "également remercié les services de secours de tout le pays et de l'étranger qui se sont mobilisés pour venir en aide aux victimes.

Le pape prie pour les victimes des intempéries

Le pape François a exprimé vendredi son soutien aux victimes des intempéries qui ont frappé la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne. Les personnes décédées sont dans ses pensées, a-t-il déclaré, avant d'adresser ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées.

Le souverain pontife s'est dit profondément attristé par les inondations provoquées par les pluies diluviennes, dans un télégramme signé par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Saint-Siège.

Le pape a ajouté qu'il prierait pour les nombreuses personnes toujours portées disparues et blessées, ainsi que pour celles qui sont dans le besoin ou qui ont perdu leurs moyens de subsistance.

La décrue semble en bonne voie à Namur

Les niveaux de la Meuse et de la Sambre sont en baisse vendredi matin à Namur et le pire semble être passé, indiquent les autorités communales.

La zone NAGE (Namur, Andenne, Gembloux, Eghezée) a opéré plus de 1.000 interventions durant les dernières 48 heures, dont 80 à caractère urgent. Les dégâts matériels sont importants par endroits, notamment à Malonne, Wépion ou encore La Plante, mais aucune perte humaine n'est à déplorer.

Quelques personnes ont été relogées par le dispositif d'urgence sociale (DUS). Le centre d'accueil temporairement ouvert à Bouge a pu être fermé vendredi matin. Le DUS reste joignable au besoin au 0800 12 420.

La plupart des routes barrées jeudi sont à nouveau ouvertes. Les tronçons qui restent problématiques sont la chaussée de Dinant près du magasin Carrefour de Wépion, la rue Armand de Wasseige à Wépion, la rue du Rivage à Dave et l'avenue de La Pairelle à La Plante.

Les services communaux sont mobilisés pour les opérations de pompage et de nettoyage. En raison de ces opérations, le réseau d'eau courante risque d'être saturé, ce qui pourrait provoquer des baisses ou une absence totale de pression. Les autorités communales encouragent donc les particuliers à utiliser d'autres sources d'eau (piscines, puits, citernes...).

La solidarité continue également de s'organiser au CPAS. Les dons de vêtements sont centralisés en son siège à Jambes, en collaboration avec la Croix-Rouge.

Des containers vont également être placés par la Ville à proximité des endroits les plus impactés afin que les déchets dus aux inondations puissent y être déposés.

La cellule de crise communale se réunira à nouveau dans l'après-midi afin d'envisager la suite des opérations.

Kevin Dochain
par Kevin Dochain

Wavre sous eau: les rues après les intempéries (photos)

Autant d'inquiets que de curieux, des alarmes qui sonnent à tous les coins de rue, des poubelles qui flottent et une forte odeur d'essence un peu partout où la Dyle a quitté son lit: nous avons arpenté les rues de la capitale du Brabant Wallon après le déluge pour constater les dégâts après la crue de cette nuit.

>> Voir notre reportage photo

Le Codeco reporté à lundi

Le Comité de concertation (codeco) qui était initialement prévu ce vendredi aura lieu lundi prochain à 14h00, a confirmé le cabinet du Premier ministre. On en avait annoncé le report jeudi, à cause des graves inondations qui ravagent une partie du pays.

Le gouvernement fédéral et ceux des entités fédérées devaient normalement se pencher sur un état des lieux de la pandémie de Covid-19, avec une attention particulière pour les modalités des grands évènements comme les festivals.

Le Premier ministre Alexander De Croo avait décidé jeudi de remettre cette réunion à plus tard, vu que plusieurs vice-Premiers ont d'autres chats à fouetter en raison des inondations qui sont encore en cours ce vendredi.

Belga
© Belga

Le Roi et la Reine se rendront vers 15h30 à Pepinster

Le Roi et la Reine se rendront vers 15h30 à Pepinster, durement touchée par les inondations, annonce le Palais royal à Belga.

Pepinster a été ravagée par les inondations qui ont touché la Belgique ces derniers jours. Une personne a perdu la vie tandis que d'autres sont encore portées disparues.

Une barque des services de secours, avec à son bord cinq pompiers et trois rescapés, a notamment chaviré jeudi. Si les hommes du feu ont pu être secourus, les trois autres personnes n'ont pas été retrouvées.

Le souverain et la souveraine s'était déjà rendu jeudi à Chaudfontaine, autre commune liégeoise saccagée par les intempéries. La presse est attendue à 15h00 à l'hôtel de ville de Pepinster, précise le Palais royal.

belga
© belga

Le risque d'inondation autour de la centrale de Tihange "sous contrôle"

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire a tenu à rassurer ce vendredi matin : les intempéries qui ont ravagé la région liégeoise ne mettent pas en danger la centrale de Tihange. "Le risque d'inondation autour de la centrale nucléaire de Tihange reste sous contrôle et il n'y a pas de danger immédiat pour la centrale nucléaire", a tweeté l'AFCN.

Peu d'amélioration dans le Brabant flamand

Dans l'est du Brabant flamand, la situation était stabilisée vendredi matin, bien que l'eau ne semblait pas vouloir se retirer tout de suite, après les intenses précipitations qui ont frappé la Belgique depuis mercredi, provoquant d'impressionnantes crues.

La situation s'améliore légèrement à Aarschot, où le Démer était encore haut mais plus menaçant, et à Hoegaarden. La Gète, qui était sortie de son lit, voit à présent son niveau baisser. Les communes de Rotselaar, Geetbets et Tirlemont scrutaient, elles, par contre avec inquiétude le niveau de l'eau, qui doit encore arriver du sud du pays.

Le bilan monte à 15 morts, 21.000 personnes sans électricité

Les inondations qui touchent la Belgique, principalement l'est et le sud du pays, ont fait au moins quinze morts.

Vendredi matin, le bilan des victimes s'établissait à 15 décès : un mort à Eupen, un à Aywaille, un à Philippeville, deux à Chaudfontaine, six à Verviers, un à Pepinster et trois à Trooz.

La Wallonie est particulièrement touchée et reste en grande partie en état d'"alerte de crue" selon une carte actualisée vendredi matin par les autorités régionales.

Plus de 21.000 personnes étaient privées d'électricité dans la région, selon le gestionnaire des réseaux de distribution d'électricité et de gaz en Wallonie (Ores), faisant état de l'inondation de 300 cabines de distribution.

L'eau courante était par ailleurs jugée non potable en raison des conditions météorologiques dans plusieurs communes de la province de Liège (voir le détail des localités touchées plus bas dans notre live).

D'après la police fédérale, des dizaines de tronçons routiers restaient fermés à la circulation, et une majeure partie du trafic ferroviaire était interrompu en Wallonie.

Aucun TGV Thalys ne circulera vendredi entre la Belgique et l'Allemagne.

A Liège, quatrième ville la plus peuplée de Belgique, les autorités locales avaient appelé jeudi après-midi des milliers d'habitants des quartiers bordant la Meuse à quitter leur logement, en prévision d'une forte montée du niveau du fleuve.

Le niveau de l'eau en centre-ville n'a finalement pas augmenté durant la nuit et commençait à baisser "tout doucement" dans le quartier le plus touché, a indiqué vendredi la police liégeoise, tout en rappelant que de nombreux axes routiers alentours restaient fermés.

La Meuse, au niveau de Liège, est le réceptacle des eaux provenant de la grande majorité des rivières du sud et de l'est de la Belgique.

Ces cours d'eau, notamment l'Ourthe et la Vesdre, ont vu leur débit énormément augmenter avec les pluies diluviennes des derniers jours.

Des communes bordant ces rivières se sont retrouvées sous l'eau depuis mercredi, dans les régions de Liège et Verviers, notamment Theux, Pepinster ou la ville thermale de Spa.

Des évacuations ont eu lieu à Ottignies, Grez-Doiceau, Jodoigne, Mont-Saint-Guibert, Court-Saint-Etienne et Tubize.

Six personnes ont trouvé la mort dans le seul arrondissement de Verviers (Est). Les corps de trois personnes ont été découverts à Trooz et deux autres à Chaudfontaine (deux communes de la province de Liège).

La bourgmestre de Verviers Muriel Targnion, a indiqué ce vendredi matin, que six dépouilles avaient été retrouvées à Verviers. Avec la décrue, la bourgmestre craint que de nouveaux corps sans vie soient retrouvés, d'autant que plusieurs personnes sont encore portées disparues.

belga
© belga

L'Allemagne dévastée

Dans l'ouest de l'Allemagne, zone particulièrement affectée par les inondations subites causées par des pluies diluviennes, le nombre de victimes a augmenté à au moins 81, selon la police.

La situation en Hainaut est "gérable"

La situation des intempéries en Hainaut est "gérable", ont indiqué les instances provinciales. La phase fédérale a été enclenchée dans la province jeudi à 14h30 pour gérer la situation causée par les intempéries. Cinq cours d'eau en Hainaut étaient sous étroite surveillance en raison d'un risque de crue: l'Eau d'Heure, l'Eau Blanche, la Haute Sambre et ses affluents, la Basse Sambre et ses affluents, la Senne et le Canal de Charleroi-Bruxelles.

En images: Liège après les inondations

Une nuit à surveiller la montée des eaux pour être certain d'être éveillé en cas de dégâts. C'est avec beaucoup de fatigue dans les yeux que de nombreux habitants du bassin liégeois découvrent les dégâts de l'inondation à Liège, la ville dans laquelle il vive. Du pont Maghin (Saint-Léonard) à la Belle Liégeoise, la Meuse semble avoir descendu de niveau, mais la situation reste toutefois préoccupante par endroits. Sur le chemin, des curieux et des "oufti, on a eu de la chance".

Retrouvez toutes les photos ici.

Vers une reconnaissance de calamité en Flandre

En Flandre aussi, on se dirige vers une reconnaissance comme calamité des inondations. Elles y ont touché principalement la province du Limbourg. La procédure prend cependant du temps, et le gouvernement flamand attend les avis du Fonds des calamités flamand, de l'Institut royal météorologique (IRM) et de l'administration en charge de l'environnement (Vlaamse Milieumaatschappij), a indiqué le ministre-président Jan Jambon (N-VA) vendredi matin à la VRT (Radio 1, De Ochtend).

Sans vouloir s'avancer sur ces avis, il indique que les paramètres pointent clairement dans le sens d'une reconnaissance de calamité.

Le gouvernement wallon envisage "des avances aux citoyens"

Le gouvernement wallon a déjà annoncé une série d'aides pour faire face aux conséquences les plus directes des graves inondations, principalement le déblocage immédiat de 2,5 millions d'euros pour les communes (sélectionnées par les gouverneurs).

Ce montant doit "permettre aux communes d'engager du personnel, du soutien logistique, pour assurer les déblais, venir aider les citoyens le plus rapidement possible,... Le montant est liquidé tout de suite", précise vendredi matin le ministre Christophe Collignon (PS) au micro de la radio Bel RTL.

Ce n'est cependant qu'un début, assure le ministre wallon des Pouvoirs locaux. Comme l'a indiqué également Elio Di Rupo, l'exécutif wallon s'entretient vendredi matin avec un représentant d'Assuralia, porte-parole du secteur des assurances.

Et "le gouvernement, ce matin, va décider que l'on attribue des avances à destination des collectivités, pour permettre de remettre en ordre les biens collectifs, chaussées, infrastructures, etc.", ajoute Christophe Collignon. Par ailleurs, "on se penchera sur la possibilité d'adresser des avances aux citoyens pour leurs biens immeubles".

Le ministre appelle pour le reste à la patience. Eau potable, électricité,... : "tout cela prendra un certain temps avant d'être remis en ordre".

belga
© belga

Premiers bras de fer politiques

L'étendue du drame provoqué par les inondations n'est pas encore connue que commencent déjà les prermières bagarres politiques. Plus d'informations ici.

Un premier hélicoptère de la Défense engagé

Un hélicoptère NH90 de la Défense a décollé vendredi matin de Bierset (Liège) pour participer aux missions de sauvetage et d'évacuation dans les zones inondées où des personnes attendent encore les secours. Kurt Verwilligen, porte-parole de la composante aérienne, l'a indiqué en matinée sur Radio 1 (VRT). La Défense le communique également via son site vendredi matin: l'hélicoptère est venu en aide à des personnes bloquées sur un toit à Pepinster (province de Liège).

Jeudi, les hélicoptères n'avaient pas pu être utilisés à cause des conditions météorologiques. Ce qu'avait confirmé la Défense jeudi soir dans son état des lieux de l'aide engagée.

"Plusieurs hélicoptères de la Défense sont en stand-by pour des missions de sauvetage et d'évacuation dans la province de Liège, dont un hélicoptère de sauvetage NH90 NFH de la 40e Escadrille Search and Rescue de la base de Coxyde. Il est stationné avec son équipage à l'aéroport de Liège depuis jeudi matin", indiquait alors l'armée.

C'est cet hélicoptère qui a finalement effectué sa première mission vendredi matin. Il y a aussi un hélicoptère de sauvetage de la protection civile française qui avait rejoint Liège jeudi.

La météo limitait jeudi la visibilité, ce qui rendait dangereux de faire décoller les appareils. "Les lignes à haute tension sont indiquées sur les cartes mais pas, par exemple les grues de chantier", a expliqué le porte-parole vendredi. D'autres hélicoptères pourraient encore être engagés vendredi.

Les militaires sont aussi à pied d'oeuvre avec du personnel en nombre, des camions, des bateaux (dont plusieurs ont dû rentrer à la caserne jeudi car ils n'étaient pas assez puissants face au courant), des sacs de sable.

La Belgique a fait appel au mécanisme européen de protection civile, ce qui lui permet de recevoir les offres d'aide d'autres pays. C'est dans ce cadre que la France a par exemple envoyé une équipe de dizaines de sapeurs-sauveteurs, et un hélicoptère de sauvetage.

belga
© belga

Eau non potable dans plusieurs localités: le point

L'eau de distribution est jugée non potable en raison des conditions météorologiques dans plusieurs communes de la province de Liège, de Namur, ainsi qu'à Hargimont en province du Luxembourg et Viesville sans le Hainaut, a communiqué vendredi matin la Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux (CILE).

"La potabilité de l'eau qui vous est distribuée sur les communes de Huy et de Marchin ne peut plus, dès à présent, être garantie sans prendre le soin de la faire bouillir au préalable pendant 5 minutes minimum pour les besoins alimentaires, l'hygiène dentaire et les soins médicaux", a prévenu la CILE. L'eau n'est pas non plus potable à Hannut, Lincent, Hélècine, Braives, dans certaines rues de Geer et le village de Boehle et dans le hameau de Crenwick. À Sprimont, la situation est par contre rétablie.

À Marche, le village d'Hargimont est privé d'eau suite à une rupture de canalisation en raison d'un glissement de terrain.

En province de Namur, le centre de Dinant, Beauraing, Rivière (Profondeville), Houye, Rochefort, Gembloux, Jemmes-sur-Sambre et Floriffoux étaient également privés d'eau potable.

Dans le Hainaut, c'est aussi le cas pour Viesville (Pont-à-Celles).

Ailleurs, certaines communes connaissent aussi des manques partiels d'eau mais la qualité de l'eau du robinet n'y est pas altérée.

La situation ne sera pas rétablie avant 48 heures, prévient la CILE.

L'intercommunale indique en outre étudier avec les centres provinciaux de crise les possibilités de leur mettre à disposition des moyens d'alimentation en eau potable alternatifs. Les cellules de crise provinciales organiseront avec les communes concernées les distributions de bouteilles d'eau.

La phase provinciale de gestion de crise a été enclenchée mercredi sur l'entièreté du territoire liégeois et la situation reste catastrophique. Au moins une 14 personnes ont perdu la vie dans les intempéries au sud de la Belgique.

belga
© belga

Le bilan des intempéries en Europe grimpe à près de 100 morts

Le bilan des intempéries dévastatrices en Europe a grimpé vendredi matin à 95 morts, la plupart en Allemagne, où les secours continuent en outre à rechercher des centaines de personnes portées disparues.

Dans l'ouest de l'Allemagne, zone particulièrement affectée par les inondations causées par des pluies diluviennes, le nombre de victime a augmenté à au moins 81, selon la police.

"Je crains que nous ne voyions toute l'étendue de la catastrophe que dans les prochains jours", a prévenu jeudi soir la chancelière Angela Merkel depuis Washington, où elle effectue une visite.

"Les inondations de la mort", titrait vendredi le quotidien Bild, le plus lu d'Allemagne après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur plusieurs régions, semant désolation et terreur chez les habitants surpris par les crues subites.

La Belgique, avec au moins 14 morts selon un nouveau bilan vendredi, le Luxembourg et les Pays-Bas, où plusieurs quartiers de Maastricht ont dû être évacués, ont également durement été touchés par les intempéries en Europe, qui ont à ce stade fait au moins 95 morts.

getty
© getty

Sauvetage des sinistrés: "Il faudra tirer les leçons" (Di Rupo)

"Quand tout sera terminé", il faudra "tirer les leçons" des situations d'impuissance observées à certains endroits face aux inondations ravageuses de ces derniers jours, que ce soit au niveau de la Protection civile, de la Défense ou encore des zones de secours, a indiqué vendredi matin sur La Première (RTBF) le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS).

"Que des maisons s'effondrent, c'est dû à la force de l'eau. Mais que l'on ne soit pas capable d'atteindre des personnes sinistrées, ça, c'est une leçon que nous devons tirer", a-t-il indiqué en radio, lançant d'emblée que la réforme des secours "était une erreur".

Le ministre-président régional rappelle que jeudi soir, il y avait encore "des centaines de personnes" coincées chez elles, que les services engagés sur le terrain n'avaient pas encore pu atteindre physiquement pour les évacuer. Les hélicoptères n'avaient pas pu être utilisés à cause des conditions météorologiques, et la puissance des courants a parfois posé problème aux embarcations de sauvetage, comme l'a aussi indiqué Christigne Defraigne, première échevine de Liège (et bourgmestre ff en l'absence de Willy Demeyer).

Ce qui fait dire à Elio Di Rupo que "même au niveau de l'armée, il faut des barquettes avec des moteurs deux, trois fois plus puissants". "Ni l'armée, ni la Protection civile n'avaient le matériel ad hoc", constate-t-il vendredi matin.

La situation des cours d'eau est "un peu meilleure ce matin", mais le travail reste énorme, et le socialiste craint que le bilan des victimes ne s'alourdisse au fil des heures et de l'accès aux personnes qui n'ont pas encore été atteintes par les secours. On parle actuellement de 12 victimes (le bilan est passé à 14, ndlr), a-t-il confirmé de même que Christine Defraigne, toujours au micro de la RTBF.

Elio Di Rupo annonce pour ce vendredi matin "un gouvernement de crise avec le patron d'Assuralia (fédération des entreprises d'assurances, NDLR), pour examiner comment faire en sorte que les personnes sinistrées voient rapidement quels pourraient être les montants" disponibles pour les réparations et reconstructions.

Trois corps sans vie retrouvés dans la commune de Trooz, le bilan grimpe à 14 morts

Le bilan continue de s'alourdir. La situation est particulièrement dramatique en province de Liège, où trois corps sans vie ont été retrouvés sur la commune de Trooz vendredi matin, a indiqué le bourgmestre Fabien Beltran. Le dernier bilan national fait état de 14 décès.

À Trooz, la première victime se trouvait dans un champ à l'entrée de la localité tandis que les deux autres personnes ont été découvertes à l'intérieur de leur domicile par les secours. Jeudi soir, une femme est également décédée rue de l'Église. Toutefois, selon les informations du maïeur, le décès ne serait pas lié aux inondations mais à un problème cardiaque.

La situation reste dramatique sur place et il faudra du temps pour tout reconstruire. "Les personnes qui le souhaitaient ont toutes pu être sauvées durant la nuit. Des routes et des voiries entières ont disparu en raison de la montée des eaux et nous essayons de faire de notre mieux, alors que nous manquons de matériel. Ce qui est certain, c'est qu'il nous faudra des mois et des années pour nous en remettre", a déploré Fabien Beltran.

Vendredi matin, le bilan des victimes grimpait donc à 14 décès: un mort à Eupen, un à Aywaille, un à Philippeville, deux à Chaudfontaine, cinq à Verviers, un à Pepinster et trois à Trooz.

Le rail reste perturbé dans l'ensemble des provinces wallonnes

Plus d'une vingtaine de lignes ferroviaires étaient encore touchées vendredi matin par des coupures de circulation liées aux intempéries, a informé vendredi matin le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel. Alors que les ingénieurs doivent inspecter les infrastructures sous le coup de torrents et de coulées de boue, les réparations pourraient prendre des semaines.

Le Hainaut connait aussi désormais des perturbations sur plusieurs lignes, à savoir celles reliant Charleroi-Sud à Couvin (L.132/L.134), à Ottignies (L.140), à Namur (L130) et à Châtelet (L130C). La ligne entre Fleurus et Auvelais (L147) est aussi pertubée.

Les perturbations ferroviaires sont aussi généralisées sur le territoire de la province de Liège, à savoir sur les lignes Namur - Liège-Guillemins (L125), Liège-Guillemins - Bomal (L43), Rivage - Gouvy (L42), Liège-Guillemins (L37) - Welkenraedt , Pepinster - Spa-Géronstère (L44), Chênée - Hammerbrücke (L3), Voroux - Kinkempois (L.36A), Kinkempois - Flémalle-Haute (L.125A), Liège-Guillemins - Visé (L.40) et Visé - Maastricht.

Les dessertes ferroviaires en provinces de Namur, Luxembourg et Brabant wallon restent aussi concernées par des coupures de circulation liées aux intempéries, à savoir sur les lignes entre Gembloux et Jemeppe-sur-Sambre (L144), Ottignies et Gembloux (161), Gembloux et Namur (161), Ottignies et Sint-Joris-Weert (L139), Rochefort-Jemelle et Libramont (L162), Bomal et Marloie (L43), Namur et Dinant (L.154), Dinant et Bertrix (L.166), Namur et Marloie (L.162).

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge estime que "plusieurs semaines" seront nécessaires pour la réparation de certaines infrastructures endommagées par les inondations et intempéries, selon de premières prévisions. "Trois jours après le début des inondations qui ont touché la Wallonie, Infrabel n'est pas encore en mesure d'évaluer avec précision l'ampleur des dégâts car certaines zones sinistrées sont difficilement accessibles", explique le gestionnaire sur son site internet vendredi matin.

L'infrastructure doit être inspectée en détails, les ingénieurs doivent en effet vérifier "la stabilité des voies et des ponts, tunnels, aqueducs qui ont pu être fragilisés par les torrents d'eau et les coulées de boue", conclut Infrabel.

Revue de presse: l'impuissance et la solidarité en "une" des quotidiens

Les inondations inquiètent pour l'avenir avec la lente reconstruction et le danger climatique. Mais la communion des Wallons, et au-delà, donne confiance.

>> Lire notre revue de presse

Belga
© Belga

Plusieurs ponts menacent de s'effondrer en Brabant wallon

Plusieurs ponts menacent de s'effondrer en raison des intempéries, notamment à Wavre, a-t-on appris vendredi matin auprès de la zone de secours du Brabant wallon.

Les secouristes brabançons wallons ont encore été fortement mobilisés durant la nuit de jeudi à vendredi. Selon l'estimation d'un dispatcheur de la zone, pas moins de 200 à 300 appels auraient été enregistrés à la centrale de la zone.

Les inondations de caves et de voiries se comptent par dizaines, notamment dans les environs de Wavre et de Court-Saint-Étienne. "En certains endroits, les ambulances ne parviennent plus à circuler pour aller chercher les patients à emmener à l'hôpital", précisent les pompiers.

Malgré les appels à la prudence, des habitants d'immeubles wavriens ont utilisé les ascenseurs qui se sont bloqués. L'intervention des services de secours a dès lors été sollicitée.

La Senne a débordé à Tubize et à Ittre. La Dyle est également sortie de son lit à Wavre où deux à trois ponts menacent de s'effondrer. Un autre pont semble instable à Mont-Saint-Guibert.

La tendance largement à la stabilisation, voire à la baisse, pour les cours d'eaux wallons

La tendance est à la baisse ou à la stabilisation pour de multiples cours d'eau ayant atteint des seuils de crues inouïs en Wallonie, selon une mise à jour de l'état des eaux en Wallonie vers 07h00, vendredi, par la direction générale opérationnelle des voies hydrauliques wallonnes.

Dans les provinces de Hainaut et du Brabant wallon, les niveaux sont toujours orientés à la hausse pour la Senne et ses affluents. Le maximum est attendu en cours de matinée.

Sur le canal Bruxelles-Charleroi, le niveau des flots est à la baisse et la tendance devrait se poursuivre dans la matinée.

Le bassin de la Haine est aussi entré en phase d'alerte en province de Hainaut, sur les communes de Honnelles, La Louvière, Le Roeulx et Mons. Les niveaux maximums sont atteints en certains endroits ou sont toutefois en phase de stabilisation.

Dans le Brabant wallon les rivières de la Gette et de la Dyle se stabilisent également.

Sur le fleuve mosan, les débits sont désormais orientés à la baisse en haute Meuse, en province de Namur. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, estime la DG. La Meuse moyenne et la basse Meuse sont en phase de stabilisation, au fil des provinces de Namur et Liège.

En province de Liège, les niveaux d'eau qui étaient encore à la hausse en cours de nuit pour la Mehaigne et ses affluents, près de Burdinne, Huy et Wanze, sont globalement en phase de stabilisation et vont progressivement s'orienter à la baisse durant les prochaines heures, selon la DG .

En province de Liège toujours, les niveaux d'eau de la Vesdre, de l'Amblève et de leurs affluents sont en baisse et la tendance va se poursuivre au cours des prochaines heures alors que les entités d'Eupen, Pepinster, Theux, Verviers ou encore Aywaille, entre autres, ont été gravement inondées.

Sur l'Ourthe, en province de Liège et Luxembourg, la tendance à la baisse progressive se confirme à Hamoir, Durbuy, Erezée, Hotton et Rendeux, Houffalize, La Roche-en-Ardenne, mais aussi Chaudfontaine, Comblain-au-pont, Esneux et Sprimont, localités qui avait aussi été gravement touchées les heures passées.

Plus au sud, en province du Luxembourg, la baisse de la Lesse, de la Lhomme et de leurs affluents se poursuit.

À la frontière luxembourgeoise, les débits maximums dans le bassin de la Chiers sont atteints et la tendance y aussi est à une lente baisse.

Dans la botte du Hainaut, les niveaux de l'Eau d'Heure et ses affluents sont globalement en phase de stabilisation voire de baisse, une tendance qui va se poursuivre. La stabilisation est déjà en cours pour l'Eau blanche et l'Eau Noire est en baisse lente.

En dépit des constats plus optimistes, la majeure partie du territoire wallon reste placé en alerte de crue par la direction générale opérationnelle des voies hydrauliques wallonnes.

Liège: le niveau de l'eau se stabilise

Le niveau de l'eau dans le centre-ville de Liège n'a pas augmenté durant la nuit, a indiqué vendredi matin la zone de police de Liège. Du côté de Chênée, une des localités les plus touchées par les inondations, il commençait également à baisser.

Jeudi soir, l'eau était encore montée le long de plusieurs quais en bordure de Meuse: quai de Maastricht, quai de la batte, quai Gloesener, quai des Ardennes.

Plusieurs routes ont par la suite été fermées et le restaient encore vendredi en matinée. Ces fermetures concernent la A25 dans le sens de Cheratte vers Liège à hauteur de Wandre, la liaison E25 entre Embourg et Burenville dans les deux sens, les rives droite et gauche de la dérivation, le quai sur Meuse jusque Coronmeuse dans les deux sens. Dans le sens Seraing-Herstal, la rive gauche de la Meuse est fermée à hauteur du rond-point Armand Stevart, sur la rive droite, la rue d'Ougrée est elle aussi inaccessible jusqu'au quai Mozart. Tous les axes vers Chênée et Angleur sont également condamnés.

BELGA IMAGE
© BELGA IMAGE

En Allemagne, le bilan monte à au moins 81 morts

Les autorités régionales de Rhénanie-Palatinat en Allemagne ont fait état vendredi matin de 50 morts suite aux intempéries, faisant grimper le bilan national à au moins 81 personnes décédées, alors que des dizaines d'autres sont encore portées disparues.

"Le nombre de morts a augmenté à 50", contre 28 dans cette région particulièrement affectée par les inondations, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur de Rhénanie-Palatinat, Timo Haungs.

BELGA IMAGE
© BELGA IMAGE

Plus de 20.000 personnes privées d'électricité

Plus de 21.000 personnes sont sans électricité au sud du pays en raison des intempéries. "Les conditions d'accès au réseau de distribution électrique sont très compliquées", décrit Ores, le gestionnaire de réseaux de distribution d'électricité et de gaz en Wallonie, sur son site internet.

Pas moins de 300 cabines de distribution sont inondées et "il est impossible pour nos équipes d'y accéder", déplore Ores. Le gestionnaire assure que ses techniciens "réalisent l'impossible" pour maintenir au mieux l'alimentation électrique dans ces conditions.

Les communes qui sont touchées sont Baelen, Barvaux, Bomal, Cheoux, Durbuy, Eupen, Hampteau, Hodister, Hotton, Houffalize, Houyet, Limbourg, Marcourt, On (Marche-en-Famenne), Raeren, Rendeux, Rochefort, Warrizy, Spa, Theux et Verviers.

Elia, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en Belgique, affirmait aussi mercredi soir via Twitter rester "en haute alerte" et "surveiller de près les niveaux d'eau de la Meuse, de la Dyle et de la rivière Démer. "Nous travaillons ardemment pour maintenir les lumières allumées", poursuit le message.

Eau de distribution non potable à Huy et Marchin

L'eau de distribution est jugée non potable en raison des conditions météorologiques dans les communes de Huy et Marchin, en province de Liège, communique la Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux (CILE) dans la nuit de jeudi à vendredi.

"La potabilité de l'eau qui vous est distribuée sur les communes de Huy et de Marchin ne peut plus, dès à présent, être garantie sans prendre le soin de la faire bouillir au préalable pendant 5 minutes minimum pour les besoins alimentaires, l'hygiène dentaire et les soins médicaux", prévient la CILE.

L'intercommunale indique en outre ne pas mettre en oeuvre de "moyens alternatifs d'alimentation en eau" afin de pouvoir concentrer son personnel technique sur "le rétablissement de la situation".

Brabant Wallon: toutes les personnes évacuées ont été prises en charge

Pour faire face aux inondations et alertes de crue des cours d'eau en province du Brabant wallon, les équipes d'intervention étaient toujours à pied d'oeuvre vers 23h00 jeudi, communique le centre de crise provincial. Toutes les personnes évacuées ont été prises en charge, soulignent les autorités, qui invitent à la prudence.

Des évacuations ont eu lieu à Ottignies, Grez-Doiceau, Jodoigne, Mont-Saint-Guibert, Court-Saint-Etienne et Tubize.

Des débordements sont constatés à Wavre et à Limal, mais des évacuations ne sont pas prévues à ce stade. Des sacs de sable sont distribués, et les autorités mettent en garde contre de possible coupures de courant.

Alors que la Senne monte à Rebecq, des sacs de sable y sont aussi distribués, de même qu'à Tubize où la "situation s'aggrave, la vallée est noyée dont une partie du centre-ville", selon le centre de crise.

Des routes y restent fermées de même qu'à Ottignies, Mont-Saint-Guibert, Chaumont-Gistoux, Court-Saint-Etienne et Grez-Doiceau.

Néanmoins, la décrue est constatée dans de nombreuses communes brabançonnes, dont Beauvechain, Hamme-Mille, Genappe, Villers-la-Ville et Walhain.

Si la situation s'améliore à Chastre, avec la réouverture des tronçons fermés, des opérations de nettoyage pour les coulées de boue devront se poursuivre vendredi.

L'eau de distribution est jugée non-potable à Hélécine, signale encore le centre de crise provincial.

Hormis à Tubize, plusieurs centres de vaccination restent accessibles, signale encore le centre de crise.

Vendredi aux premières heures, la direction générale opérationnelle des voies hydrauliques wallonnes indiquait que les niveaux des cours d'eaux étaient orientés à la hausse pour la Senne et ses affluents, mais que les rivières de la Gette et de la Dyle entraient en phase de stabilisation.

Le point sur la situation sur les routes

BELGA PHOTO GERARD GAUDIN
© BELGA PHOTO GERARD GAUDIN

La mobilité reste gravement perturbée au sud du pays avec des dizaines de tronçons routiers fermés à la circulation en raison des inondations, selon un bilan de la police fédéral tiré à 01h00 du matin vendredi.

La province de Liège est particulièrement impactée avec les centres de Spa et Theux inaccessibles. Un trou dans la chaussée et un éboulement en travers de la route sont aussi constatés dans cette province.

Le centre de Spa est fermé à la circulation et celui de Theux est inaccessible, signale la police fédérale. La N690 est fermée à Pepinster, où les voies de chemin de fer sont également sous eau. Plusieurs chaussées restent aussi fermées à Verviers et Stavelot.

La police signale un trou dans la chaussée sur la E42 reliant Saint Vith à Liège à hauteur de Polleur en direction de Liège. Néanmoins la chaussée est libre et la circulation est normalisée.

En raison d'un éboulement en travers de la chaussée, le passage est impossible, selon la police, sur la N633 à hauteur du lieu-dit "Ninglinspo". Une réparation en urgence va être effectuée, avertit la police.

Les chaussées inondées forcent toujours la fermeture de multiples autres chaussées dans des localités liégeoises. C'est le cas du tunnel Kinkempois dans les deux sens à Liège, de la sortie 5 à Ensival, sur la E42, de la sortie 41 à Tilff, sur la E411 en direction de Luxembourg. La voirie est aussi fermée sur la E25 à hauteur de Wandre en direction de Liège, mais une déviation est mise en place.

Des routes sont fermées depuis Aywaille vers Harzé, à cause de coulée de boue, et vers Targnon.

Enfin, la N61 à hauteur de Chaudfontaine est fermée dans les deux sens et de même que la N621 à hauteur de Fléron, et la N673 à hauteur de Trooz, la N672 à Jalhay, la N633 à Esneux et Comblain au Pont , la N641 à Modave.

Ailleurs en Wallonie, la police signale d'autres chaussées inondées et fermées. En province de Namur, c'est le cas de la N99 à hauteur de Nismes, de la N86 entre Rochefort et Han-sur-Lesse, de la N911 à Beauraing. La chaussée est aussi inondée à Focant. La police recommande d'éviter la sortie 22 à Rochefort de la E411 vers Beauraing. La route est aussi inondée sur la N98 à hauteur de Velaine en direction de Fosses-la-Ville. La bande de droite est en outre obstruée à hauteur de la Bk 4.

Dans la province voisine du Luxembourg, les axes fermés sont la N833 (La Roche - Rendeux) à hauteur de Hotton et Rendeux, de la N86 à Bomal et de la N811 à Virton.

En province de Hainaut, les fermetures concernent la N567 à hauteur de Fleurus, et la N563 à Quevy.

Dans le Brabant wallon, le centre de crise provincial signalait en fin de nuit jeudi de multiples routes fermées, dont à Chaumont-Gistoux, Rebecq ou Mont-Saint-Guibert. Les centres de Court-Saint Etienne, Tubize et Grez-Doiceau sont fermés, et des axes coupés à Ottignies.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Limbourg: les communes le long de la Meuse doivent évacuer

Toutes les communes le long de la Meuse dans le Limbourg procéderont à des évacuations préventives dans les zones exposées aux inondations, confirme jeudi soir le gouverneur du Limbourg, Jos Lantmeeters. Cela concerne les communes de Maasmechelen, Lanaken, Maaseik, Dilsen- Stokkem et Kinrooi.

En raison des fortes précipitations de ces derniers jours, le débit de la Meuse n'a jamais été aussi élevé. Les prévisions indiquent que la situation ne fera qu'empirer. On prévoit un débit possible allant jusqu'à 3.750 mètres cubes par seconde, ce qui ne s'est pas produit depuis 100 ans.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Débordement de la Meuse à Liège: stabilisation de la situation jeudi soir

En raison des fortes précipitations, le niveau de la Meuse continue de s'élever dans le centre-ville de Liège et l'eau a débordé à différents endroits, signalait la porte-parole de la zone de police de Liège jeudi soir.

Une montée constatée le long de plusieurs quais en bordure de Meuse: quai de Maastricht, quai de la batte, quai Gloesener, quai des Ardennes. Une situation vécue durant un temps sur le quai Timmermans vers Sclessin. Peu après 22h30, le niveau de l'eau semblait se stabiliser dans le centre de Liège selon la zone de police.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Deux corps sans vie retrouvés sur la commune de Chaudfontaine

La province de Liège reste fortement touchée par les inondations et les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le territoire. Jeudi soir, les pompiers des différentes zones de secours étaient toujours sollicités et sur le pont. Lont d'ailleurs été découverts à Chaudfontaine.

La cité calidifontaine fait partie des localités les plus touchées par ces inondations. En soirée, un corps sans vie a été retrouvé au niveau du quadrilatère de la Rochette, comme l'indique Sudpresse, tandis que la seconde victime se trouvait rue Emile Vandervelde, précise le bourgmestre Daniel Bacquelaine.

À Trooz, le maïeur Fabien Beltran a pu compter sur la venue des sapeurs-pompiers envoyés par la Direction Générale de la Sécurité Civile française: "Les évacuations peuvent désormais se tenir de manière plus soutenue en raison de la décrue. Les personnes sont redirigées vers les différents centres accessibles et je tiens à souligner la solidarité des communes avoisinantes et celles des habitants. À l'image d'une maison qui s'est effondrée, une reconstruction matérielle et personnelle aura lieu dans les prochaines semaines et prochains mois."

Du côté de la commune d'Aywaille, où le corps sans vie d'un quinquagénaire a été retrouvé plus tôt, le bourgmestre Thierry Carpentier rapportait que le nettoyage de certains carrefours était envisagé: "Plusieurs campings ont été vidés et les personnes sinistrées ont pu être transportées vers l'un des trois centres installés. Les évacuations continuent et nous pouvons débuter le déblayage à quelques endroits."

À Herstal, plusieurs habitants ont dû quitter leur domicile à la suite de l'arrêté de police de la Gouverneure f.f. Une évacuation également ordonnée pour certains quartiers de Visé et Oupeye. Sur la zone Hemeco, les pompiers comptabilisaient plus de 400 interventions depuis mercredi sur les localités de Huy, Anthisnes, Amay, Hamoir, Comblain-au-Pont ou encore Ferrières. Les hommes du feu sont notamment intervenus pour le sauvetage d'une septuagénaire du côté de Wanze. Cette dernière, emportée par le courant de la Mehaigne, n'a cependant pas pu être secourue.

En Hesbaye, des interventions importantes sont à noter du côté de Hannut, Braives, Burdinne ou encore Donceel. Les pompiers, fatigués, comptaient se concentrer sur les interventions urgentes durant la nuit pour pouvoir reprendre le reste des opérations vendredi matin. Le conseiller communal cdH de Liège, Benjamin Bodson, a par ailleurs déclaré qu'un convoi de 103 pompiers et de 26 bateaux en provenance d'Autriche était attendu sur la province.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

La vigilance reste de mise à Liège

La ville de Liège a fait le point sur la situation des inondations jeudi soir. À l'heure actuelle, la vigilance reste de mise et le travail continuera toute la nuit "après une journée extrêmement difficile".

"Les consignes de prudence communiquées aujourd'hui ont été bien respectées par les Liégeoises et les Liégeois. La situation dans les quartiers du centre-ville est, à l'heure actuelle, stable. Les quartiers de Chênée et Angleur sont les plus touchés par la montée des eaux. À cet égard, les premières pensées des autorités communales vont aux victimes de ces terribles inondations", a exprimé le Collège.

Les autorités locales indiquent que plus de 1.000 personnes ont pu être secourues par les services de secours et redirigées au centre de crise ouvert à Grivegnée: "Les agents de la Ville de Liège et du CPAS ont pu fournir des vêtements chauds, des couvertures, des boissons et de la nourriture aux citoyens. Un centre d'hébergement a également été ouvert au Sart-Tilman, avec l'aide de l'Université de Liège", précise le communiqué. Des chambres d'hôtel ont été réservées pour les familles n'ayant pas pu être accueillies.

Les autorités communales remercient l'ensemble des services publics locaux, régionaux et fédéraux qui sont mobilisés depuis nombreuses heures pour venir en aide à la population. Des interventions provenant de toutes les régions du pays, et des pays voisins: "Elles ont permis de sauver des centaines de vies, à la fois dans les habitations privées mais aussi dans les collectivités, comme les maisons de repos ". De plus, la Ville met en avant la générosité et la solidarité dont font preuve les Liégeoises et les Liégeois ces dernières heures. Un formulaire en ligne a été créé pour les citoyens souhaitant faire un don de vêtements, de nourriture, d'aide matérielle ou apporter une aide physique. L'évolution de la situation est constamment évaluée par tous les intervenants pour permettre l'organisation des interventions nécessaires et les mesures de prévention supplémentaires.

Le Collège se réunira d'ailleurs vendredi à 14h00 sous la présidence du bourgmestre Willy Demeyer afin de faire à nouveau le point sur la situation.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Evacuations dans la commune de Maasmechelen

La cellule de crise de la commune de Maasmechelen demande instamment l'évacuation des habitants de Meeswijk, Leut et Vucht-dorp en raison du risque croissant de crue de la Meuse. C'est ce qu'ont indiqué les autorités communales jeudi soir.

Les habitants sont invités à se mettre à l'abri chez des proches. Un ordre d'évacuation obligatoire pourrait suivre.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Indemnisations après les inondations: la procédure à suivre

Si vous êtes victime des inondations en cours, pensez à prendre des photos ou des vidéos des endroits et des biens endommagés : elles pourront être utiles pour la constitution de votre dossier d'assurance et prenez au plus vite contact avec votre assureur. Il doit répondre à toutes vos questions et vous aider à lancer la procédure de règlement du sinistre.

>> D'autres conseils ici

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Des conséquences importantes sur la distribution d'eau

L'accumulation des précipitations des dernières heures et les inondations au sud du pays ont des conséquences importantes sur la distribution d'eau, indique la Société wallonne des eaux (SWDE). Différentes localités font face à des manques d'eau en raison d'interruptions de l'alimentation électrique, à des bris de conduite ou encore à une pollution de captages à la suite d'infiltrations d'eau de surface.

"Dans les réseaux concernés par des eaux sales ou troubles, l'eau du robinet ne peut pas être utilisée à des fins alimentaires même bouillie", avertit la SWDE. Dans de nombreux cas, des solutions alternatives assurent la continuité de la distribution, mais ce n'est pas possible partout.

La SWDE préconise une utilisation limitée aux besoins sanitaires (WC) et à l'hygiène corporelle si l'eau est légèrement trouble. Les communes concernées sont : Sprimont, Dison, Stavelot, Pepinster, Verviers, Aywaille, Hannut, Lincent, Hélècine, Braisves, certaines rues de Geer et Verviers-Ensival (province de Liège), Dinant centre, Beauraing, Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, Gembloux, Jemeppe-sur-Sambre et Floreffe, Arbre (province de Namur) et Pont-à-Celles (Hainaut). Dans certains endroits, la situation ne sera pas rétablie avant 48h.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Environ 300 interventions mineures à Bruxelles

Près de 200 interventions relatives aux fortes pluies étaient encore en attente à 19h30 jeudi soir et environ 120 étaient clôturées, a indiqué en soirée le porte-parole des pompiers de Bruxelles Walter Derieuw. Un bilan définitif sera donné vendredi matin.

Plusieurs tunnels ont été inondés et fermés à la circulation, notamment le tunnel Stéphanie qui a été plus particulièrement touché. La capitale a été plutôt épargnée par les pluies diluviennes, comparativement au reste du pays. "On a beaucoup d'appels pour des caves inondées", détaille le porte-parole des pompiers. "Le tunnel Stéphanie nous a demandé un peu de temps. La pluie a aussi enlevé de la terre au niveau des racines d'arbres déjà fragilisé.

Cinq arbres sont tombés: boulevard Sylvain Dupuis et rue de l'Agronome à Anderlecht, chaussée de Hulpe, avenue De Fré et chaussé de Vilvoorde. Il n'y a pas eu de blessé. On peut s'estimer très heureux quand on voit ce qui se passe dans d'autres provinces." Walter Derieuw invite les Bruxellois à faire preuve de patience pour voir leurs caves vidangées, car les pompiers doivent faire passer les secours aux personnes et les ambulances pour les soins d'urgence en priorité.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le bilan s'alourdit

Selon l'agence Belga, les pluies diluviennes ont fait neuf morts et quatre disparus.

Un quinquagénaire s'est noyé dans sa cave à Aywaille, un deuxième décès a été rapporté du côté d'Eupen. Cinq personnes sont également mortes dans les inondations à Verviers et une à Pepinster, où un pont et une dizaine de maisons se sont effondrés. Dans la soirée, un quinquagénaire est décédé à Philippeville, alors qu'il tentait de retirer des branches qui obstruaient une canalisation.

Quatre personnes sont également portées disparues, dont une adolescente de 15 ans emportée par les flots de l'Ourthe à Rendeux, dans la province de Luxembourg. Les trois autres sont introuvables depuis que le canot de sauvetage dans lequel elles se trouvaient, lors d'une opération de sauvetage menée à Pepinster, a chaviré.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Situation critique à Liège

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Code jaune, alerte de crue: à quoi s'attendre dans les prochaines heures ?

La Belgique, en particulier la Wallonie, est durement touchée par les intempéries depuis mardi soir.

On fait le point sur les avertissements météo et les cours d'eau en alerte de crue via ce lien

InfoCrue
© InfoCrue
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

L'armée largement mobilisée

L'armée a engagé de nombreux moyens, humains et matériels, afin de venir en aide aux personnes victimes des graves inondations qui touchent principalement le sud de la Belgique. La Défense est ainsi actuellement présente dans plusieurs villes des provinces de Liège, de Namur, de Luxembourg et de Limbourg. Voici un aperçu des actions entreprises dans les provinces les plus touchées par les intempéries:

Province de Liège : Treize camions légers Unimog, provenant du bataillon 12e de Ligne Prince Léopold -13e de Ligne, de Spa, et du 4e bataillon de génie d'Amay ainsi que quatre bateaux Sillinger (du 4e bataillon de génie et du département génie, également d'Amay), une embarcation SKB du génie et un autre véhicule ont été ou sont encore déployés pour le transport de pompiers et l'évacuation de la population dans les communes de Chaudfontaine, Vaux-sous-Chèvremont, Pépinster, Trooz, Theux et Spa). Le 4e bataillon de génie a également livré 400 sacs de sable et 40 lits de camp.

Province de Namur: Vingt militaires, six Unimog et un véhicule blindé à roues Lynx (du 2e bataillon de commandos de Flawinne et du 2e wing tactique de Florennes) ont été déployés à Rochefort le 14 juillet au soir. Leur mission principale était d'évacuer 133 scouts à Han-sur-Lesse et Eprave. Ils ont également évacué 70 autres personnes en coordination avec les pompiers durant la nuit. Huit militaires et quatre Unimog étaient toujours engagés à Rochefort. Depuis le 15 juillet en matinée, ils ont effectué l'évacuation d'une quarantaine de personnes sinistrées et nécessitant un soutien médicalisé, ravitaillé une centaine de personnes hébergées dans les salles communales ainsi que des personnes isolées qui sont restées dans leur habitation. Deux évacuations médicales hélitreuillées ont eu lieu (Yves-Gomezée et Pont-à-Lesse), a indiqué la Défense, sans préciser le type d'appareil impliqué. A Rochefort toujours, un poste de commandement tactique du commandement militaire de la province a été déployé (soit deux personnes), ainsi que des renforts militaires, au sein de la caserne de pompiers. Le centre de crise militaire du commandement militaire de la province été ouvert le mercredi 14 juillet à midi, avec quartre personnes, à Flawinne.

Province du Luxembourg : Quatre militaires et deux camions Unimog du 4e bataillon logistique de Marche-En-Famenne ont effectué le transport de 265 lits de camp vers Nassogne, Erezée, Rendeux, Tellin et La Roche-en-Ardenne. La même unité a également livré un millier de sacs de sable à Marche-en-Famenne et Erezée. Vingt tonnes de sable ont été livrées à Hotton et Libramont.

Province du Limbourg Le 11e bataillon de génie de Burcht (Anvers) a transporté 22.000 sacs de sable afin de les rapprocher de la province de Liège.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le Roi et la Reine rencontrent des sinistrés à Chaudfontaine

Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus à Chaudfontaine après les inondations impressionnantes qui ont frappé la région. Ils y ont rencontré des personnes sinistrées et rendu hommage aux services de secours.

Les souverains ont échangé avec les victimes pour tenter de les soutenir dans leur détresse. Le Roi a pris la parole pour leur adresser ses pensées et témoigner de sa reconnaissance envers les services de secours et d'urgence, qui sont à pied d'oeuvre depuis plusieurs jours.

La commune de Chaudfontaine a été particulièrement touchée par les intempéries et les inondations qui frappent plusieurs régions du pays depuis mercredi. Les pluies diluviennes ont fait huit morts et quatre disparus.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Plus de 1.500 interventions en province de Namur

Les services de secours de la province de Namur ont effectué plus de 1.500 interventions depuis le début des intempéries mardi soir, a indiqué le gouverneur provincial faisant fonction, Marie Muselle.

Le 112 a reçu 3.000 appels et le 1722 près de 650 pour des opérations moins urgentes. Outre la cinquantaine de camps de mouvements de jeunesse évacués, une centaine d'évacuations ont été effectuées, qu'il s'agisse de maisons, de rues ou même de quartiers entiers. Deux hélitreuillages ont également dû être opérés pour sauver des personnes bloquées en dangereuse position. Cependant, seul un blessé est à déplorer à l'échelle provinciale depuis le début des intempéries mardi soir.

Après la commune de Rochefort touchée de manière très importante dès mercredi, ce sont notamment Dinant, Fosses-la-Ville, Mettet, Walcourt, Sombreffe ou encore Andenne qui ont subi de plein fouet les intempéries jeudi. Outre les crues, la population est aussi victime des coulées des champs et d'un réseau d'évacuation saturé. Alors que Namur a relativement été épargnée jusqu'à présent, plusieurs maisons se sont ainsi transformées en torrents à La Pairelle, en bord de Meuse, car les avaloirs situés sur les hauteurs n'arrivaient plus à absorber le fort débit.

A Rochefort et Jemelle, il n'y a plus d'électricité par endroits et elle ne pourra pas être remise en fonction avant la baisse des eaux. Des contrôles de la potabilité de l'eau doivent aussi être réalisés à de nombreux endroits. Des opérations de ravitaillement pourraient être réalisées dans certaines zones critiques, précise encore la province de Namur.

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

ANALYSE - Pluies extrêmes: le changement climatique, c'est maintenant

Les averses extrêmes dans les provinces de Luxembourg, Namur, Liège et du Limbourg ne sont pas une vraie surprise. Elles correspondent même à ce qu'annoncent les modèles prédisant ce qui se passe quand la terre se réchauffe. Ce déluge est donc un des effets très concrets du réchauffement climatique.

>> Retrouvez notre analyse via ce lien

Belga
© Belga
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Au moins cinq personnes ont perdu la vie à Verviers

Au moins cinq personnes ont perdu la vie dans les inondations à Verviers, a-t-on appris de source sûre. Avec la décrue qui a débuté, les autorités communales craignent la découverte de nouvelles victimes. Au fil de la descente de l'eau, les dégâts apparaissent et la ville est complètement sinistrée.

"La décrue de ces dernières heures a permis de procéder à des évacuations en plus grand nombre et notamment les habitants de la rue Weines", indique Sophie Lambert, la bourgmestre faisant fonction.

Si la situation semble évoluer favorablement dans l'ex-cité lainière, des points noirs subsistent, comme l'alimentation électrique et en eau potable. "Nous sommes en contacts permanents avec (le réseau électrique, NDLR) Ores mais toutes les cabines électriques de la vallée ont été inondées, ce qui prived'électricité beaucoup de citoyens. Par ailleurs, l'eau courante n'est plus potable à certains endroits. Nous mettons tout en oeuvre pour permettre l'alimentation en eau potable", conclut la bourgmestre faisant fonction.

BELGA
© BELGA
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Une barque de secours chavire à Pepinster: 3 disparus

Alors qu'ils procédaient à des sauvetages en barque à Pepinster (province de Liège), les services de secours ont chaviré. Cinq pompiers et trois rescapés se trouvaient "à bord de l'embarcation lorsque celle-ci s'est retournée", indique le bourgmestre de Pepinster, Philippe Godin.

"Deux pompiers ont pu être immédiatement recueillis et les trois autres, même s'ils se trouvent encore dans une situation précaire, sont en sécurité", détaille le bourgmestre, qui craint le pire pour les trois autres occupants qui sont portés disparus.

Le maïeur de Pepinster a aussi indiqué qu'un corps sans vie avait été retrouvé sous un pont partiellement effondré.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Un délai pour remplir sa déclaration sur Tax-on-Web

Le ministre des Finances Vincent Van Peteghem a annoncé le report de cinq jours du délai légal pour rentrer sa déclaration fiscale via le site Tax-on-web, en raison des inondations qui touchent une bonne partie du pays et des pannes de courant qui accompagnent les intempéries.

>> A lire ici

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Bruxelles: "situation sous contrôle"

Actuellement la situation à Bruxelles est sous contrôle, indique Alain Maron sur Twitter. "À 17h30, à Bruxelles, ni la Woluwe, ni la Senne, ni le canal en amont de Bruxelles ne sont en alerte de crue."

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Perturbations sans précédent sur le réseau d'électricité et de gaz Resa

Les intempéries ont dérangé le réseau d'électricité et de gaz en province de Liège. Des perturbations d'une ampleur sans précédent frappent de nombreuses communes, signale Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz dans la région.

"Lors de la décrue, les installations (électriques, NDLR) devront être séchées et nettoyées avant d'être relancées en toute sécurité, ce qui nécessite des opérations techniques complexes. Nous ne pouvons garantir un retour à la normale avant plusieurs jours, malgré tous les efforts déployés par nos techniciens", souligne Resa. Une centaine de cabines électriques sont complètement sous eau, la plupart localisées dans les communes de la vallée de la Vesdre, de l'Ourthe et de l'Amblève, énumère Resa dans un communiqué. Certaines installations ont pu être réalimentées, pour d'autres, des solutions ponctuelles sont trouvées.

En ce qui concerne le réseau gazier, certains dégâts sont à déplorer au niveau des conduites de Resa, qui mène des opérations de sécurisation afin d'éviter que l'eau ne s'introduise dans les canalisations de gaz. "Une série d'installations ont été mises 'hors gaz' entre Pepinster et Chênée", ajoute l'opérateur. "Les réalimentations après coupures nécessiteront un passage auprès de tous les citoyens concernés pour purger les installations lors de la remise sous gaz. Ces opérations prendront également du temps avant un retour progressif à la normale." Resa invite les citoyens situés en zones inondées ou à risque à fermer la vanne d'alimentation en gaz et à couper l'alimentation électrique.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

L'Université de Liège met des logements à disposition

L'Université de Liège met à disposition des logements au Sart-Tilman. "Afin d'augmenter la capacité d'accueil des sinistrés, l'Université de Liège met à disposition des logements de son home situé sur le campus du Sart-Tilman, en coordination avec la Ville de Liège", précise l'Université.

Les personnes dans le besoin sont invitées à s'adresser en priorité à la Ville de Liège. "Les services communaux centralisent les capacités d'accueil sur le territoire et pourront, si nécessaire, rediriger vers le home du Sart-Tilman les personnes qui doivent être relogées", souligne l'alma mater. Les autorités de l'ULiège manifestent tout leur soutien aux victimes des inondations.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Toutes les gares de Liège fermées

La gare de Liège-Guillemins et les autres gares de la Cité ardente sont actuellement fermées, a indiqué la SNCB.

Suite aux fortes intempéries, et pour la sécurité des voyageurs et du personnel de la SNCB et d'Infrabel, toutes les circulations sont interrompues en dessous de Charleroi, Ottignies, Namur, Liège et entre ces gares, ajoute la SNCB. Celle-ci demande donc aux voyageurs de ne pas se rendre en gare et de ne pas prendre le train dans les provinces de Namur, Luxembourg et Liège.

Aucun transport alternatif n'est possible jusqu'à nouvel ordre.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Couvre-feu à Verviers

Un message Be-Alert indique qu'un couvre-feu sera instauré entre ce jeudi 21h00 et vendredi 06h00 à Verviers. Cette mesure devrait permettre d'éviter les pillages. Selon la télévision locale Vedia, de tels actes ont déjà été constatés dans des magasins de la commune.

Le système Be-Alert est un système d'alerte qui permet aux autorités de diffuser un message à la population en situation d'urgence par des canaux tel que le SMS ou le mail.

La Croix-Rouge sur le pied de guerre

L'ensemble des centres de la Croix-Rouge et des dizaines de secouristes et bénévoles sont mobilisés pour faire face aux fortes intempéries qui touchent actuellement la Wallonie.

Les cinq centres de secours de la province de Liège ont travaillé toute la nuit de mercredi à jeudi, tout comme ceux de la province de Namur. Le centre de secours du Hainaut, province relativement épargnée par les inondations, a envoyé des renforts en matinée avec un véhicule de première urgence et une ambulance.

Les équipes logistiques sont également sur le pied de guerre. Rappelées à trois reprises durant la nuit de mercredi à jeudi, elles ont fourni des milliers de bouteilles d'eau, un millier de couvertures et 300 lits de camp. De son côté, le service d'intervention psychosociale urgente est également disponible en cas de besoin.

Face à l'étendue de la catastrophe, "les secouristes bruxellois se proposent également de venir aider, parce que les troupes s'épuisent sur place" a renseigné Nancy Ferroni, porte-parole de la Croix-Rouge Belgique, avant de préciser que les 17 centres francophones resteront en état d'alerte en fin de journée jeudi, toute la nuit et vendredi s'il le faut encore.

Belga Image
© Belga Image

Di Rupo annonce une aide d'urgence

Le gouvernement wallon a décidé de dégager des moyens financiers d'urgence afin de venir en aide aux populations affectées par les crues meurtrières, lesquelles seront reconnues comme calamité nationale, a annoncé le ministre-président wallon Elio Di Rupo à l'occasion d'un débat en plénière du parlement de Wallonie.

Par ailleurs, de l'argent est aussi libéré avec effet immédiat pour les communes affectées afin que celles-ci puissent directement venir en aide à leurs sinistrés qui ont tout perdu.

"C'est une évidence qu'on va reconnaître cela comme une calamité nationale", a-t-il commenté. "C'est une situation exceptionnelle, d'une ampleur jamais vue".

"Le plus urgent, c'est de sortir les gens de chez eux, de les nourrir, de les héberger. Avec la décrue, on procédera au nettoyage et bien sûr à l'indemnisation des personnes".

Des aides pour les indépendants

David Clarinval, le ministre des indépendants, a annoncé que les indépendants touchés par les inondations bénéficieront du droit passerelle "interruption forcée" et d'une dispense des cotisations sociales. Plus d'informations ici.

L'ampleur des dégâts est "très exceptionnelle"

L'étendue des dégâts occasionnés par les intempéries qui ravagent la Belgique est "très exceptionnelle", selon Assuralia, l'union professionnelle des compagnies d'assurances. Elle conseille aux victimes d'avertir dès que possible leur assureur ou un intermédiaire.

Dégâts en cas d'inondations: les bons réflexes pour être indemnisés à lire ici.

Toute personne qui subit des dégâts causés par les fortes pluies qui s'abattent depuis plusieurs jours sur le Plat pays doit contacter aussi tôt que possible - une fois l'état d'urgence levé - son assureur ou un interlocuteur intermédiaire. Ils fourniront l'assistance nécessaire, répondront aux questions urgentes et donneront des conseils pratiques. Dans un deuxième temps, l'assurance gérera le règlement des dommages et planifiera une visite éventuelle d'un expert, détaille Assuralia.

getty
© getty
Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Le plan catastrophe national déclenché

L'évacuation annoncée à Liège a secoué la séance plénière de la Chambre. La phase nationale de crise est décrétée. Les premières critiques tombent, aussi.

>> A lire ici

Belga
© Belga

Les citoyens priés d'évacuer le territoire de la Ville de Liège

La gouverneure de la province de Liège faisant fonction et les autorités de la Ville de Liège ont demandé jeudi après-midi aux citoyens d'évacuer le territoire de la Ville de Liège, alors que la Meuse menace de déborder en raison des fortes pluies que subit le sud du pays depuis mercredi.

Le niveau de l'eau ne cesse de monter à Liège. Selon les dernières informations et les estimations communiquées par la Région wallonne, il pourrait monter de 1m50 au-dessus du niveau actuel dans les prochaines heures.

"La gouverneur faisant fonction et les autorités de la Ville de Liège demandent aux habitants de Liège qui ont encore la possibilité d'évacuer de le faire. Il leur est conseillé de se diriger vers les hauteurs de Liège. Toutes les personnes qui se trouvent sur le territoire doivent quitter Liège", indique le communiqué. La crainte se situe principalement au niveau du pont-barrage de l'Île Monsin, actuellement en réparation.

"Si l'évacuation n'est plus possible, il est recommandé aux citoyens vivant notamment au bord de l'Ourthe et de la Meuse de monter à l'étage et de ne prendre aucun risque. La situation de crise est exceptionnelle et la solidarité doit primer", ajoute la bourgmestre faisant fonction Christine Defraigne. Les quais devraient également être prochainement fermés et l'accès à la ville largement réduit.

Olivia Lepropre
par Olivia Lepropre

Inondations à Liège: les témoignages de John, Raphaël et Jean-Claude

Tout a commencé hier pour certains, tandis que d'autres n'ont vu l'orage arriver qu'aujourd'hui. John est dentiste et a dû stopper ses consultations. Son cabinet est actuellement sous eau. Raphaël ne sait pas quand il va retourner travailler. Le site de son entreprise est pratiquement parti en fumée à cause des inondations. Et Jean-Claude a vu la Meuse monter de manière assez impressionnante.

>> Ils témoignent pour Le Vif ici

Belga
© Belga

"Les pires inondations depuis 50 ans"

Pierre-Yves Dermagne, vice-Premier ministre et ministre de l'Economie et du Travail évoque "un immense sentiment de reconnaissance envers nos services de secours".

Elio Di Rupo: "La situation est grave"

Elio Di Rupo s'est exprimé sur les événements en cours. "La situation est grave", dit le ministre-président wallon, qui assure que le #WalGov suit la situation heure par heure et engagera les moyens nécessaires pour leur venir en aide."

Allemagne: le bilan passe à au moins 33 morts

Les violentes intempéries en Allemagne, qui ont entraîné des inondations et effondrements de maisons, ont fait au moins 33 morts, selon un nouveau bilan établi jeudi par les autorités locales et les services de secours.

Liège: les habitants en bord de Meuse doivent quitter leurs habitations

"Il est demandé aux habitants de Liège qui ont encore la possibilité d'évacuer de le faire s'ils se trouvent dans une zone inondable aux abords de la Meuse et de l'Ourthe", a tweeté le compte officiel de la Ville de Liège.

"Par mesure de sécurité, nous demandons donc à tous ceux qui sont en ville pour le moment et qui n'y habitent pas de rentrer chez eux. Et à tous les Liégeois qui vivent le long du fleuve de partir également vers les hauteurs ou de monter aux étages", a annoncé Christine Defraigne, première Échevine de la Ville de Liège.

Charles Michel: "Vous pouvez compter sur l'aide de l'UE"

Charles Michel a réagi sur son compte Twitter: "Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne: vous pouvez compter sur l'aide de l'UE pour faire face à ces inondations dramatiques. Mes pensées vont aux victimes de ces événements tragiques et à tous ceux qui devront reconstruire ce qu'ils ont perdu. Je tiens à remercier toutes les équipes de secours pour leur aide précieuse et leurs efforts inlassables."

Le roi Philippe se rendra à Chaudfontaine cet après-midi

Le roi Philippe se rendra à Chaudfontaine jeudi après-midi, a-t-on appris dans son entourage.

La cité calidifontaine est particulièrement touchée par les inondations qui affectent une grande partie de la Wallonie.

On dénombre au moins six morts et plusieurs disparus ainsi que des dégâts considérables, particulièrement dans l'est de la Région, notamment à Liège, Verviers, Eupen. Des moyens fédéraux, régionaux, européens et locaux ont été déployés pour faire face à la catastrophe.

Près de 3.000 personnes évacuées à Dolhain

Environ 3.000 personnes, soit la quasi-totalité des habitants de Dolhain, ont été évacuées, a indiqué jeudi midi la bourgmestre de Limbourg Valérie Dejardin, faisant le point sur les inondations dans sa commune dues aux fortes pluies qui s'abattent sans relâche depuis plusieurs heures dans l'est du pays.

"Certaines rues restent problématiques car le courant y est trop fort que pour y accéder en bateau. Vu les conditions météorologiques, il n'est pas possible non plus de faire appel à l'hélicoptère", a ajouté la bourgmestre, qui précise qu'il s'agit des rues Guillaume Maisier, des Grands Prés, de l'avenue Reine Astrid, de la rue Emile Colette et de la cité Carlier.

Cette dernière a aussi insisté sur la solidarité qui règne entre les différentes communes. Le centre de crise de Limbourg est accueilli depuis cette nuit par la commune voisine de Baelen car il était devenu impossible de gérer la situation sans électricité.

Depuis 02h00 jeudi, la commune peut aussi compter sur l'aide des bateaux de l'armée pour procéder à l'évacuation des riverains, soit une soixantaine de personnes.

belga
© belga

Un pont emporté aux Pays-Bas

De violentes crues ont emporté le pont qui traverse la rivière Geul à Fauquemont (Valkenburg), aux Pays-Bas. Plusieurs autres ponts du cours d'eau sont instables, a déclaré jeudi le bourgmestre de la commune, Daan Prevoo.

Un pont emporté aux Pays-Bas
© Un pont emporté aux Pays-Bas

Aucun problème dû aux intempéries à la centrale nucléaire de Tihange

Il n'y a actuellement aucun problème dû aux intempéries au sein de la centrale nucléaire de Tihange, près de Huy, dans la province de Liège. C'est ce qu'a annoncé la porte-parole de l'opérateur Engie Electrabel jeudi après-midi. L'exploitant de la centrale suit de près la situation.La centrale fonctionne normalement. "La situation est sous contrôle et nous continuons à la surveiller", assure la porte-parole Anne-Sophie Hugé. Electrabel continue de surveiller la situation météorologique et le niveau des eaux de la Meuse.

Selon la porte-parole, le plan d'urgence interne n'a pas été déclaré pour la centrale, qui compte trois réacteurs nucléaires en bordure de Meuse. "Ce n'est pas nécessaire, nous sommes actuellement bien en dessous des niveaux de débit d'eau dans la Meuse qui nécessiteraient un arrêt de la centrale." Dans des situations telles que les fortes pluies actuelles, une phase de pré-alerte est tout de même en place et l'entreprise souligne surveiller de près la situation.

Belga
© Belga

Plusieurs tunnels à Bruxelles fermés en raison d'inondations

Plusieurs tunnels ont été fermés à Bruxelles car ils sont sous eau en raison des fortes pluies, a indiqué Bruxelles Mobilité. Les pompiers de Bruxelles encouragent les usagers de la route à respecter la signalisation et à ne pas pénétrer dans les tunnels fermés.

Le tunnel Stéphanie est fermé dans les deux sens de circulation en raison d'une inondation, précise Bruxelles Mobilité. Il en va de même pour le tunnel Porte de Hal en direction de la Basilique. Le tunnel Vleurgat et le tunnel devant l'Otan sont également fermés dans les deux sens de circulation. La signalisation routière indique clairement aux usagers de la route qu'ils ne peuvent pas entrer dans les tunnels. Néanmoins, plusieurs automobilistes semblent encore y pénétrer. "C'est dangereux", a rappelé un porte-parole des pompiers de Bruxelles. "Nous encourageons donc vivement chacun à respecter la signalisation."

Le niveau de la Meuse continue de grimper à Liège

En raison des fortes précipitations, le niveau de la Meuse continue de s'élever et une remontée d'eau est à prévoir jeudi après-midi à Liège, ont indiqué la gouverneure faisant fonction Catherine Delcourt et les autorités de la Ville de Liège mercredi peu après midi. La situation dans le centre de Liège ne devrait cependant pas être aussi critique que du côté de la Vesdre ou de l'Ourthe.

À Angleur, la rivière de l'Ourthe a notamment débordé près du centre commercial Belle-Île. Il est conseillé aux habitants de quitter leur domicile si c'est encore possible et de se réfugier dans leur cercle familial et amical. Les services sociaux de la Ville les accueillent également au Hall omnisports de Grivegnée, rue Nicolas Spiroux. S'il n'est plus possible d'évacuer, il est préconisé de monter aux étages. Le pont des Grosses Battes a notamment été fermé à la circulation.

Des résidents inondés impossibles à évacuer

En raison des fortes intempéries qui continuent de s'abattre sur la province de Liège, à Trooz, l'évacuation des citoyens ne peut plus être réalisée. "L'armée est venue en renfort aux alentours de 22h00 (mercredi) mais l'opération de sauvetage à l'aide de bateaux a dû être stoppée à cause des conditions trop dangereuses", a expliqué jeudi midi le bourgmestre Fabien Beltran.

Une cinquantaine de personnes ont pu être évacuées de leur habitation mais beaucoup d'autres citoyens attendent toujours l'arrivée des secours. "Nous rencontrons plusieurs problèmes, notamment face à des familles avec enfants qui sont coincées. À l'heure actuelle, il est impossible de leur venir en aide alors que certains bâtiments menacent de s'effondrer", s'est inquiété le maïeur.

Un bateau avec des pompiers d'Anvers allant chercher des sinistrés s'est d'ailleurs retourné. Alors que l'arrivée de pompiers et d'hélicoptères était annoncée, leur intervention ne pourra se faire que si la météo le permet et lors de la décrue.

À Chaudfontaine, la commune a lancé un appel pour des bateaux à moteurs afin d'aller secourir la population. "Les bateaux de l'armée ont rencontré des problèmes alors que les appels de détresse se multiplient", a précisé le bourgmestre Daniel Bacquelaine. Le cabinet du gouverneur de la province de Liège a de son côté indiqué que tous les moyens étaient mobilisés pour tenter de secourir les personnes dans le besoin.

Plusieurs tunnels fermés à Bruxelles

Plusieurs tunnels ont été fermés à Bruxelles, car ils sont sous eau en raison des fortes pluies, a indiqué Bruxelles Mobilité. Les pompiers de Bruxelles encouragent les usagers de la route à respecter la signalisation et à ne pas pénétrer dans les tunnels fermés.

Le tunnel Stéphanie est fermé dans les deux sens de circulation en raison d'une inondation, précise Bruxelles Mobilité. Il en va de même pour le tunnel Porte de Hal en direction de la Basilique. Le tunnel Vleurgat et le tunnel devant l'Otan sont également fermés dans les deux sens de circulation.

La signalisation routière indique clairement aux usagers de la route qu'ils ne peuvent pas entrer dans les tunnels. Néanmoins, plusieurs automobilistes semblent encore y pénétrer. "C'est dangereux", a rappelé un porte-parole des pompiers de Bruxelles. "Nous encourageons donc vivement chacun à respecter la signalisation."

Plusieurs sites des réseaux mobiles hors-service

Les intempéries qui frappent la Belgique ont également causé des perturbations sur les réseaux téléphoniques du pays. La province de Liège se retrouve particulièrement touchée par ces perturbations.

"Nous avons recensé 16 sites hors-service dans la province de Liège et un site dans celle de Luxembourg", situe la porte-parole de Telenet Coralie Miserque. "Nos installations endommagées sont actuellement inaccessibles. Nous devons encore attendre que la situation se calme pour pouvoir entamer les réparations."

Quatre corps retrouvés dans l'arrondissement de Verviers

Quatre corps sans vie ont été retrouvés dans l'arrondissement de Verviers, a indiqué le magistrat de garde au parquet de Verviers. Ces personnes sont décédées à la suite des fortes pluies qui s'abattent actuellement sur la région. Pour l'instant, il n'y a aucune précision quant à l'identité des victimes ou les lieux de découverte des dépouilles.

La protection civile est en charge de l'identification des victimes, a précisé le parquet.

Le comité de concertation reporté en raison des intempéries

Le comité de concertation prévu vendredi pour faire le point sur l'évolution de la situation sanitaire est reporté à la semaine prochaine, a annoncé le Premier ministre, Alexander De Croo.

La décision a été prise en concertation avec les entités fédérées en raison des intempéries. Plusieurs membres du comité sont en effet mobilisés par la coordination des secours.

"Notre pays fait face actuellement à des conditions météorologiques extrêmes. De nombreuses familles sont particulièrement touchées. La priorité absolue est maintenant d'aider l'ensemble des communes et des familles touchées", a déclaré le Premier ministre via son porte-parole.

Plus d'informations ici.

De Croo: "Notre pays fait face à des précipitations inouïes"

"Notre pays fait face à des précipitations inouïes", a exprimé le Premier ministre Alexander De Croo via Twitter.

"Notre soutien à toutes les familles touchées et aux autorités locales est total. Les services de secours du pays sont mobilisés, avec l'appui de l'Intérieur et la Défense. La Belgique peut aussi compter sur l'aide internationale." En fin de matinée, le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin annonçait à ce propos que dans le cadre du Mécanisme de protection civile de l'Union européenne activé jeudi par la Belgique, 40 sapeurs-sauveteurs d'une unité de l'armée française avaient pris la direction de la province de Liège, avec un hélicoptère et un équipage de recherche aquatique.

Une grande partie de la Wallonie dans une situation catastrophique

Une grande partie de la Wallonie et plusieurs provinces flamandes se trouvent dans une situation catastrophique en raison des violentes intempéries qui s'abattent sur le pays. Au moins deux morts sont à déplorer. Le réseau ferroviaire a été mis à l'arrêt en Wallonie. Toute la province de Liège et une grande partie de celles de Luxembourg, de Namur et du Brabant Wallon sont en alerte de crue.

Les précipitations qui ont continué à tomber durant la nuit ont, comme redouté, provoqué des hausses de niveau inquiétantes de la Vesdre, l'Amblève, l'Ourthe, la Lesse ou encore la basse Meuse. La protection civile a ainsi dû intervenir à d'innombrables reprises pour des sauvetages ou pour tenter de colmater des brèches en provinces de Liège, de Limbourg et d'Anvers.

La situation est particulièrement dramatique en province de Liège. Un quinquagénaire s'est ainsi noyé dans sa cave à Aywaille et une dizaine de maisons se sont effondrées à Pepinster. Une centaine d'habitations ont été évacuées à Fourons.

Dans la Cité Ardente, un débordement de la Meuse près du barrage de l'île Monsin est redouté. Un deuxième décès a été rapporté par le quotidien Grenz-Echo du côté d'Eupen.

Plus de 200 appels auprès des pompiers du sud-ouest du Limbourg

Les pompiers de la zone de secours du sud-ouest du Limbourg ont reçu plus de 200 appels concernant des inondations. A Hasselt et Saint-Trond, la situation est particulièrement critique. La cellule de crise a été convoquée à Saint-Trond. Les appels sont également nombreux auprès des pompiers du nord du Limbourg.

Les conseils du Centre de crise

Avant, pendant et après l'inondation:voici les conseils du Centre de crise.

"Scènes de catastrophe" dans le Brabant flamand

Les fortes pluies de ces derniers jours et heures ont également causé de gros problèmes dans le Brabant flamand. Les bourgmestres de Glabbeek et Geetbets évoquent des situations "catastrophiques" et "sans précédent", tandis que les pompiers de Louvain sont submergés d'appels d'urgence. Les rues d'autres municipalités sont également sous eau mais la situation y semble moins dramatique.

"La situation est catastrophique", explique Jo Roggen, bourgmestre de Geetbets.

"Nous sommes sous eau depuis plusieurs heures et il ne semble pas que la situation s'améliore rapidement. Dans la Hogestraat, l'eau est montée à un mètre sur une distance d'environ un kilomètre de long, mais il y a plusieurs autres points critiques.

La Gete charrie l'eau venant du Limbourg et de Wallonie, et ce n'est pas fini". Glabbeek connaît également d'importants embarras, rapporte le maïeur Peter Reekmans.

"La situation est chaotique, je n'ai jamais vécu cela auparavant. Presque toutes les rues sont sous eau et nous avons déjà dû fermer plusieurs d'entre elles. Pour le moment, le nombre de maisons et de caves inondées est encore raisonnable mais c'est une catastrophe de toute façon".

A Louvain, les pompiers ont déjà reçu plus de 150 appels pour des caves inondées ou des toitures endommagées. Le domaine provincial de Kessel-Lo est aussi temporairement fermé au public car plusieurs parties sont inondées.

La Belgique active le mécanisme UE de protection civile

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden indique avoir activé le mécanisme de protection civile de l'UE pour faire face aux dégâts provoqués par les intempéries dans l'est du pays.

Ce mécanisme européen permet de faire appel aux autres pays pour des besoins spécifiques de soutien (en matériel, en personnel, etc.), et permet aussi de mobiliser "l'équipe européenne de soutien de la protection civile, par l'intermédiaire duquel la Belgique peut avoir recours à du matériel et à des secouristes supplémentaires", note le cabinet Verlinden.

Un train déraille à Rochefort-Jemelle

Un train ne transportant aucun voyageur a déraillé jeudi à l'aube à l'entrée de la gare de Rochefort-Jemelle, sur la ligne 162 entre Namur et Sterpenich, causant d'importants dégâts à l'infrastructure, indique Infrabel.

L'incident s'est produit vers 05h30. "Le train a heurté des débris sur les voies en raison des intempéries", a précisé la porte-parole d'Infrabel, Jessica Nibelle. Le gestionnaire du rail prévoit une semaine de travaux.

Torrents d'eau à Verviers, des castors en pleine ville à Liège

La province de Liège est fortement touchée par les intempéries. A Verviers, ce matin, des torrents d'eau boueuse traversent le centre. A Liège, des castors ont même été aperçus en pleine ville.

Graves intempéries en Allemagne: neuf morts, nombreux disparus

Pluies diluviennes et inondations ont fait neuf morts et des dizaines de disparus dans l'ouest de l'Allemagne où des centaines de pompiers sont mobilisés jeudi pour secourir les habitants de plusieurs localités sinistrées. Le bilan pourrait s'alourdir.

"Catastrophe climatique"

"C'est une catastrophe ! Il y a des morts, des disparus et beaucoup de personnes en danger (...)", s'est alarmée la dirigeante de la région de Rhénanie-Palatinat, Malu Dreyer, dans un message sur Twitter.

Les communes de Dinant et d'Yvoir lourdement touchées

Plusieurs axes routiers de Dinant sont inondés ce jeudi matin, comme la route de Philippeville, les Fonds de Leffe, l'axe qui relie Dinant à Yvoir ou encore celui qui relie Falmagne à Beauraing.

"Sur la route de Philippeville, ce sont des torrents d'eau de ruissellement. C'est la catastrophe", indique le premier échevin Robert Closset. De nouvelles coulées d'eau boueuse ont aussi été constatées au Pont d'Amour et rue St-Jacques, pour la quatrième fois en un mois à cet endroit. A Yvoir, la maison communale commence à être touchée au même titre que le village de Godinne. "On était épargné jusqu'à ce jeudi matin. Mais le Bocq commence à envahir la maison communale", précise le bourgmestre Patrick Evrard.

Une grande partie de la Wallonie en alerte de crue (phase rouge)

En raison des intempéries, de plus en plus de cours d'eau sont en phase de crue en Wallonie. Désormais, toute la province de Liège et une grande partie de celles de Luxembourg, de Namur et du Brabant Wallon sont en alerte de crue (phase rouge), indique mardi la direction générale opérationnelle des Voies Hydrauliques wallonnes sur son site web. Seule le Hainaut est relativement épargné.

Dans la province de Liège, tous les cours d'eau sont en alerte de crue à l'exception de la Meuse moyenne, à l'ouest, qui reste en phase de pré-crue (jaune).

Dans le Luxembourg, les bassins de l'Ourthe, de la Lesse et de la Lhomme sont en phase rouge au nord. La Chiers et ses affluents, à l'extrême sud de la province, sont également en alerte. La Vierre et la Haute Semois sont, elles, en pré-alerte de crue.

Concernant la province de Namur, tous les cours d'eau, à l'exception de la Haute Meuse, de la Mehaigne et de la Basse Sambre et de ses affluents, qui sont en code jaune, sont en phase d'alerte de crue.

Dans le Brabant Wallon, la Senne et ses affluents ainsi que le canal Charleroi-Bruxelles sont en phase normale (verte). Le reste de la province est en rouge.

Enfin, le Hainaut est relativement peu touché par les intempéries. Seuls l'Eau d'Heure, l'Eau Noire et l'Eau Blanche et leurs affluents, à la frontière avec la province de Namur, sont en alerte de crue. Les affluents de la Haute Sambre sont, eux, en phase de pré-alerte. Le reste du territoire provincial est en code vert.

getty
© getty

Le Luxembourg annonce un plan d'urgence

Le gouvernement luxembourgeois a déclaré jeudi un plan d'urgence en raison des intenses précipitations qui touchent également la Belgique, l'Allemagne et les Pays-Bas. Tous les services d'urgence disponibles dans le pays ont été mobilisés. Toutes les personnes qui demandent de l'aide ne peuvent pas en obtenir.

La rivière Alzette, qui traverse la capitale, a débordé de son lit, rapportent les médias locaux. Les autorités craignent que le niveau des eaux de la Moselle continue à monter jusqu'au week-end.

Une dizaine de maisons s'effondrent à Pepinster

Une dizaine de maisons situées le long de la Vesdre à Pepinster (province de Liège) se sont effondrées ce jeudi matin, a indiqué le bourgmestre Philippe Godin, confirmant une information de la RTBF.

"Le courant et le flux sont tellement puissants qu'une dizaine de maisons ont été déstabilisées à leur base et viennent de céder. Elles se sont effondrées", a-t-il précisé. La protection civile et les services de secours s'organisent et procèdent au secours des personnes à l'aide de bateaux notamment.

La ministre de la Défense dépêche des militaires

Ludivine Dedonder a donné son accord mercredi pour fournir de l'aide militaire suite aux fortes précipitations, rapportent jeudi les titres de Sudpresse. Un soutien de la Défense a été déployé dans plusieurs communes, dont Chaudfontaine et Spa.

Éviter tout déplacement en provinces de Liège et Luxembourg

Au vu de la situation d'urgence due aux précipitations intenses qui s'abattent sur le sud du pays, les gouverneurs des provinces de Liège et Luxembourg appellent jeudi à éviter tout déplacement inutile.

Des plongeurs des pompiers d'Anvers en renfort en province de Liège

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un équipage de huit pompiers d'Anvers est parti porter assistance à la province de Liège, gravement touchée par les inondations. Parmi eux, cinq plongeurs avec des bateaux et des équipements de sauvetage, qui aideront l'armée à évacuer des personnes de leurs maisons ou à localiser des personnes disparues si nécessaire.

Les trains à l'arrêt

Infrabel a décidé jeudi matin de mettre le réseau ferroviaire à l'arrêt dans le sud du pays en raison des intempéries, a annoncé le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet.

"Vu les intempéries exceptionnelles et malgré tous les efforts de son personnel, Infrabel m'informe ce jeudi matin de sa décision de devoir mettre le réseau ferroviaire à l'arrêt au sud de la Belgique. Il est en effet impossible d'assurer la circulation en toute sécurité des trains pour les voyageurs ou d'avoir accès aux zones les plus stratégiques pour leurs équipes", a déclaré le ministre dans une communication adressée à l'Agence Belga.

Deux personnes sont décédées

La situation est proche du chaos en Wallonie. A l'heure actuelle, deux personnes sont décédées. La bourgmestre d'Eupen a indiqué qu'un décès avait eu lieu dans sa commune. Un autre décès est à déplorer dans la commune d'Aywaille, a confirmé au Soir le bourgmestre Thierry Carpentier.