Ils n'en peuvent plus, les sinistrés victimes des inondations. A leurs côtés depuis trois semaines, les équipes mobiles de psychologues de l'association Un pass dans l'impasse poursuivent ...

Ils n'en peuvent plus, les sinistrés victimes des inondations. A leurs côtés depuis trois semaines, les équipes mobiles de psychologues de l'association Un pass dans l'impasse poursuivent leur "tournée" jusqu'au 30 septembre. Et partout, le même constat: l'incompréhension de ce qui s'est passé. Le syndrome post-traumatique guette les victimes qui ont vécu la peur de mourir, le décès de proches emportés par les flots, la vue de corps flottants sur l'eau, d'habitations complètement détruites... Puis il y a aussi les indépendants pour lesquels les professionnels de la santé s'inquiètent. Ils n'allaient déjà pas bien à cause de la crise sanitaire. Et ce chiffre, glaçant: un indépendant se suicide tous les trois jours. Pour eux également, Un pass dans l'impasse a mis sur pied un dispositif spécifique gratuit, dont huit séances chez un psy. Car, l'inquiétude, c'est demain, quand la solidarité faiblira et qu'ils devront tenir seuls.