La manifestation était organisée à la suite de l'interpellation controversée lundi dans cette ville d'une femme d'origine congolaise. Cette dernière, interpellée pour "rébellion", accuse les forces de l'ordre de violences et de racisme, ce que la police réfute. Selon une porte-parole de la police de Liège jointe dans l'après-midi, les incidents ont commencé quand "des jeunes ont rejoint le groupe de manifestants pacifiques puis quitté la manifestation pour aller saccager le centre-ville"

Au total, 250 policiers de la police de Liège et de la police fédérale étaient présents sur place avec l'appui de trois arroseuses. Neuf personnes, dont cinq policiers, ont été blessées et transportées à l'hôpital. La zone de police liégeoise précise toutefois que d'autres policiers, plus légèrement blessés, sont restés sur le terrain aux côtés de leurs collègues.

Le commissariat de Liège-Centre, situé rue de la Régence, a été caillassé, tout comme plusieurs véhicules de police du centre-ville. Des magasins et fast-food ont également été caillassés et certains d'entre eux ont été pillés. Quelques vitres des Galeries Saint-Lambert et de l'hôtel de ville ont été brisées. La police a été victime de jet de pavés, de panneaux de signalisations, de bouteilles en verre et de chaussures. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés par les forces de l'ordre.

Belga
© Belga

Vers 20h samedi soir, le calme revenait place Saint-Lambert, malgré la présence encore importante de policiers. Selon les premières interpellations, une partie des émeutiers venaient d'autres villes de Belgique et de France.

La police restera présente toute la nuit afin de sécuriser les commerces qui ont été saccagés et pillés."Une surveillance étroite aura lieu toute la nuit. Il est demandé aux commerçants de prendre des photos des dégâts. Les services de la Ville se mettront à leur disposition pour les aider", explique la police de Liège dans un communiqué.

Belga
© Belga

Une manifestation 'Black lives matter' de quelques dizaines de personnes se tenait samedi après-midi, place Saint-Lambert à Liège. Ce rassemblement était prévu dans le cadre de l'arrestation judiciaire pour rébellion d'une dame lundi matin, place Saint-Lambert à Liège. Un dispositif policier important était prévu pour éviter tout débordement. Vers la fin de la manifestation, des individus ont renversé et agressé violemment un policier à moto. Selon la police de Liège, entre 200 à 300 casseurs se sont subitement rassemblés dans les rues de Liège et ont commis des faits de pillage, vols et dégradations. Des renforts sont intervenus pour prêter mains fortes aux policiers déjà présents.

Un bilan plus précis sera communiqué lors d'une conférence de presse dimanche en fin de matinée à l'hôtel de ville.

Trois arroseuses et des pelotons de maintien d'ordre, prévus au cas où des incidents auraient lieu, se sont rendus sur place.

Vers 16h00, le commissariat de Liège-Centre, situé rue de la Régence, a été caillassé, tout comme plusieurs véhicules de police situés dans les alentours.

Facebook
© Facebook

Selon la police de Liège, il s'agissait de jeunes qui cherchaient l'affrontement.

La police de Liège souligne que ce rassemblement "Black lives matter" était prévu dans le cadre de l'arrestation judiciaire pour rébellion d'une dame lundi matin, place Saint-Lambert à Liège.

"La priorité va à la dispersion et à la sécurisation des citoyens coincés. Le bourgmestre a fait envoyer un message Be Alert aux commerçants du centre-ville pour fermer les magasins", a encore fait savoir la zone de police

La manifestation était organisée à la suite de l'interpellation controversée lundi dans cette ville d'une femme d'origine congolaise. Cette dernière, interpellée pour "rébellion", accuse les forces de l'ordre de violences et de racisme, ce que la police réfute. Selon une porte-parole de la police de Liège jointe dans l'après-midi, les incidents ont commencé quand "des jeunes ont rejoint le groupe de manifestants pacifiques puis quitté la manifestation pour aller saccager le centre-ville"Au total, 250 policiers de la police de Liège et de la police fédérale étaient présents sur place avec l'appui de trois arroseuses. Neuf personnes, dont cinq policiers, ont été blessées et transportées à l'hôpital. La zone de police liégeoise précise toutefois que d'autres policiers, plus légèrement blessés, sont restés sur le terrain aux côtés de leurs collègues. Le commissariat de Liège-Centre, situé rue de la Régence, a été caillassé, tout comme plusieurs véhicules de police du centre-ville. Des magasins et fast-food ont également été caillassés et certains d'entre eux ont été pillés. Quelques vitres des Galeries Saint-Lambert et de l'hôtel de ville ont été brisées. La police a été victime de jet de pavés, de panneaux de signalisations, de bouteilles en verre et de chaussures. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés par les forces de l'ordre. Vers 20h samedi soir, le calme revenait place Saint-Lambert, malgré la présence encore importante de policiers. Selon les premières interpellations, une partie des émeutiers venaient d'autres villes de Belgique et de France. La police restera présente toute la nuit afin de sécuriser les commerces qui ont été saccagés et pillés."Une surveillance étroite aura lieu toute la nuit. Il est demandé aux commerçants de prendre des photos des dégâts. Les services de la Ville se mettront à leur disposition pour les aider", explique la police de Liège dans un communiqué. Une manifestation 'Black lives matter' de quelques dizaines de personnes se tenait samedi après-midi, place Saint-Lambert à Liège. Ce rassemblement était prévu dans le cadre de l'arrestation judiciaire pour rébellion d'une dame lundi matin, place Saint-Lambert à Liège. Un dispositif policier important était prévu pour éviter tout débordement. Vers la fin de la manifestation, des individus ont renversé et agressé violemment un policier à moto. Selon la police de Liège, entre 200 à 300 casseurs se sont subitement rassemblés dans les rues de Liège et ont commis des faits de pillage, vols et dégradations. Des renforts sont intervenus pour prêter mains fortes aux policiers déjà présents. Un bilan plus précis sera communiqué lors d'une conférence de presse dimanche en fin de matinée à l'hôtel de ville.Trois arroseuses et des pelotons de maintien d'ordre, prévus au cas où des incidents auraient lieu, se sont rendus sur place.Vers 16h00, le commissariat de Liège-Centre, situé rue de la Régence, a été caillassé, tout comme plusieurs véhicules de police situés dans les alentours. Selon la police de Liège, il s'agissait de jeunes qui cherchaient l'affrontement. La police de Liège souligne que ce rassemblement "Black lives matter" était prévu dans le cadre de l'arrestation judiciaire pour rébellion d'une dame lundi matin, place Saint-Lambert à Liège. "La priorité va à la dispersion et à la sécurisation des citoyens coincés. Le bourgmestre a fait envoyer un message Be Alert aux commerçants du centre-ville pour fermer les magasins", a encore fait savoir la zone de police