Le bourgmestre de Saint-Gilles a coupé le ruban entre le grand et le petit parvis, en présence de l'architecte Bas Smets et des membres du Collège échevinal. "Le coeur historique de la commune a désormais achevé sa transformation et sa revitalisation pour devenir un lieu d'épanouissement citoyen, qui s'inscrit dans la vie urbaine actuelle", estime Cathy Marcus, échevine des Espaces publics.

En marge de la grande braderie organisée ce samedi, des échassiers transformés en dinosaures, des spectacles de danses et les rythmes des Tambours du Burundi ont animé l'après-midi. Un bal s'ouvrira à 17h00 et laissera place dès 19h00 à des concerts des groupes Swing et les Fanfoireux. Le Collège a décidé de transformer le Parvis en piétonnier en 2013. Le chantier a démarré le 17 juillet 2017.

L'inauguration était initialement prévue fin mai. Les intempéries et la découverte d'ossements vieux de 3 siècles, au niveau de l'ancien cimetière qui se trouvait à proximité de l'église, ont toutefios quelque peu retardé le chantier. Les piétons auront la priorité absolue sur les voitures dans la "zone de rencontre" entre les deux parvis.

Le bourgmestre de Saint-Gilles a coupé le ruban entre le grand et le petit parvis, en présence de l'architecte Bas Smets et des membres du Collège échevinal. "Le coeur historique de la commune a désormais achevé sa transformation et sa revitalisation pour devenir un lieu d'épanouissement citoyen, qui s'inscrit dans la vie urbaine actuelle", estime Cathy Marcus, échevine des Espaces publics. En marge de la grande braderie organisée ce samedi, des échassiers transformés en dinosaures, des spectacles de danses et les rythmes des Tambours du Burundi ont animé l'après-midi. Un bal s'ouvrira à 17h00 et laissera place dès 19h00 à des concerts des groupes Swing et les Fanfoireux. Le Collège a décidé de transformer le Parvis en piétonnier en 2013. Le chantier a démarré le 17 juillet 2017. L'inauguration était initialement prévue fin mai. Les intempéries et la découverte d'ossements vieux de 3 siècles, au niveau de l'ancien cimetière qui se trouvait à proximité de l'église, ont toutefios quelque peu retardé le chantier. Les piétons auront la priorité absolue sur les voitures dans la "zone de rencontre" entre les deux parvis.