Ceci n'est pas une provocation. Six éoliennes de 150 mètres de hauteur avec cabine, câbles souterrains et voies d'accès, implantées à 200 mètres de la frontière linguistique, entre Warsage, dans l'entité wallonne de Dalhem, et 's-Gravenvoeren "waar Vlamingen thuis zijn": une douche froide pour les Fouronnais, un casus belli entre la Flandre et la Wallonie. Engie Electrabel ne craint pas de rallumer une guéguerre au parfum communa...

Ceci n'est pas une provocation. Six éoliennes de 150 mètres de hauteur avec cabine, câbles souterrains et voies d'accès, implantées à 200 mètres de la frontière linguistique, entre Warsage, dans l'entité wallonne de Dalhem, et 's-Gravenvoeren "waar Vlamingen thuis zijn": une douche froide pour les Fouronnais, un casus belli entre la Flandre et la Wallonie. Engie Electrabel ne craint pas de rallumer une guéguerre au parfum communautaire aux abords de l'ex-commune la plus turbulente du royaume. Le premier énergéticien du pays remet même le couvert, après une tentative avortée en 2020 suite au veto de la Région flamande, alors vexée de ne pas avoir été informée du projet par son homologue wallonne. Juridiquement recalée, la procédure est réactivée: le lieu d'implantation est inchangé mais le parc éolien envisagé s'est entre-temps enrichi d'une unité supplémentaire (de cinq à six éoliennes). Ceci n'est toujours pas une provocation. Alors que l'enquête publique court jusqu'au 23 août, les habitants des Fourons accueillent plutôt froidement la perspective d'une vue sur leur charmante campagne gâchée par le voisinage de six géants à pales. Appel à pétition sur les réseaux sociaux, réactions courroucées sur le groupe Facebook "AVV. Alles voor/over Voeren". La résistance locale, portée par la majorité communale Voerbelangen qui rejette aussi le projet, peut compter sur un soutien de poids. Deux ministres régionaux N-VA, Zuhal Demir en charge de l'Environnement et Matthias Diependaele au nom de la préservation du Patrimoine, annoncent qu'ils activent les leviers juridiques pour contrer l'irruption de ce miniparc éolien de facture wallonne. Outre l'avis négatif déjà rendu par la ministre de l'Environnement, un recours formel sera introduit au nom du gouvernement flamand. Motif: "source de perturbation fondamentale" de l'écosystème fouronnais. Les oiseaux protégés auront à souffrir du bruit, tandis que les éoliennes feront de l'ombre au paysage champêtre devenu un lieu touristique fort apprécié pour ses promenades aujourd'hui on ne peut plus pacifiques.