Exit la célèbre statue de L'Homme qui mesure les nuages de Jan Fabre. Le centre artistique De Singel, à Anvers, a décidé de ne pas la remettre sur le toit du bâtiment, qui vient d'être rénové. "Elle n'y a plus sa place", affirme le directeur Hendrik Storme. La raison principale? Les plaintes depuis 2018 contre l'artiste pour harcèlement sexuel, abus de pouvoir et intimidations diverses, émanant d'...

Exit la célèbre statue de L'Homme qui mesure les nuages de Jan Fabre. Le centre artistique De Singel, à Anvers, a décidé de ne pas la remettre sur le toit du bâtiment, qui vient d'être rénové. "Elle n'y a plus sa place", affirme le directeur Hendrik Storme. La raison principale? Les plaintes depuis 2018 contre l'artiste pour harcèlement sexuel, abus de pouvoir et intimidations diverses, émanant d'une vingtaine de danseuses et danseurs de sa compagnie. Or, l'affaire n'est même pas encore jugée: elle sera portée devant le tribunal correctionnel d'Anvers le 21 septembre. Depuis, Hendrik Storme est accusé sur les réseaux sociaux de céder à la bien-pensance. Son prédécesseur n'était pas intervenu, estimant qu'il fallait faire une distinction entre l'oeuvre et l'auteur. C'est aussi l'avis de Philippe Van Cauteren, directeur du Smak à Gand, où trône également une statue du mesureur. "Je suis contre le retrait d'oeuvres. Supprimer un monument, c'est tuer le débat. Plus tard cette année, nous retirerons la statue de Fabre de notre toit. Nous la placerons au centre d'un espace muséal. Nous organiserons des rencontres sur les comportements transgressifs dans l'art. Ensuite, nous la remettrons sur le toit." Par contre, la Ville de Gand a pris une position radicale en débaptisant son avenue Léopold II, au nom devenu trop sulfureux. Elle deviendra, en 2022, "avenue des Floralies", en référence à l'exposition quinquennale de plantes et de fleurs qui s'y tient depuis 1839. Quelques pots de fleurs pour cacher le passé qui dérange, et tuer le débat? "C'était l'une des recommandations de notre rapport "Décoloniser ma ville"", se justifie le bourgmestre Mathias De Clercq (Open VLD). Les habitants seront indemnisés pour le changement, soit 50 euros par famille (en bons d'achat), 250 euros pour un indépendant et 1 000 euros pour une entreprise. Le prix de l'amnésie.