Que faut-il retenir de 2016 ?

Comme les autres provinces wallonnes, le Brabant wallon a connu une baisse de régime l'année passée ; le volume des ventes est en recul de 2,8 % par rapport à 2015, qui a été une année exceptionnelle. " Ce niveau reste toutefois supérieur aux années 2011 à 2014 ", nuancent les notaires brabançons. Au niveau des prix, les résultats sont contrastés : les appartements et les villas sont dans le vert, les maisons et les terrains, dans le rouge. Les " belles années " où les biens gagnaient 10 % par an sont révolues. En résulte notamment la fin de l'achat par palier, c'est-à-dire au départ d'un studio ...

Comme les autres provinces wallonnes, le Brabant wallon a connu une baisse de régime l'année passée ; le volume des ventes est en recul de 2,8 % par rapport à 2015, qui a été une année exceptionnelle. " Ce niveau reste toutefois supérieur aux années 2011 à 2014 ", nuancent les notaires brabançons. Au niveau des prix, les résultats sont contrastés : les appartements et les villas sont dans le vert, les maisons et les terrains, dans le rouge. Les " belles années " où les biens gagnaient 10 % par an sont révolues. En résulte notamment la fin de l'achat par palier, c'est-à-dire au départ d'un studio ou d'un petit appartement pour gagner progressivement en superficie et en confort au fil des transactions. Après des années de disette, l'appartement gagne en valeur (+ 4,6 %, 219 200 euros en moyenne) et s'impose enfin sur le marché brabançon. Parce qu'il est plus accessible qu'une maison - dont le prix moyen, quoiqu'en baisse de 2,8 %, atteint tout de même 302 000 euros. Mais, surtout, parce qu'il est plus répandu qu'avant, essaimant désormais aux quatre coins de la jeune province et non plus seulement dans les seules communes fort peuplées de Nivelles, Wavre, Waterloo, Braine-l'Alleud et Tubize. De quoi plaire à un public moins fortuné et plus jeune, à un flot d'investisseurs, ainsi qu'à des seniors quittant leur grande villa esseulée pour les facilités des centres urbains. Pour preuve, et même si le 2-chambres est l'appartement le plus populaire parmi les candidats acquéreurs, les transactions enregistrées en 2016 ont aussi fait la part belle aux 3-chambres, fort appréciés des personnes âgées pour leur taille et leur caractère plus luxueux. Leur succès n'a d'ailleurs pas manqué de peser sur les moyennes de prix. La moitié des permis de bâtir délivrés en 2016 - dont le nombre est en hausse de près de 18 % sur les trois premiers trimestres de l'année - concerne des immeubles à appartements. Toutefois - et le phénomène est assez inédit pour être souligné - les villas neuves en lotissement ont, elles aussi, secoué le marché. Il s'en est vendu un nombre " accru ", avec les retombées que l'on imagine sur leur prix moyen, qui est (enfin) reparti à la hausse (+ 12,1 %, 460 300 euros). L'entrain de la promotion immobilière en Brabant wallon s'observe particulièrement à Louvain-la-Neuve, où les projets de résidences à appartements en chantier ou en préparation sont nombreux. Nivelles, Waterloo et Braine- l'Alleud lui emboîtent le pas, tandis que d'autres communes plus rurales font leur entrée dans la course à la construction, telle Jodoigne, par exemple. Tubize, qui a connu l'accroissement le plus notable de son parc immobilier ces trente dernières années, est, elle, à la traîne. Les prévisions des notaires brabançons ne sont guère optimistes pour l'année en cours. Les biens qui s'échangent dans leur province comptant parmi les plus chers du pays, ils sont plus soumis encore que les autres aux fluctuations du pouvoir d'achat des ménages, qui devrait " se dégrader légèrement ".