L'objectif demeure bien de la faire entrer en vigueur en 2025, mais "il y a d'abord un effort pédagogique à faire", estime le ministre.

M. Bacquelaine défend la réforme, qu'il qualifie de "socialement intéressante". Il ajoute que, selon lui, la pension à points "va devenir la norme en Europe" et que même en cas de changement de majorité en 2019, le système ne serait pas abandonné.

Le ministre en profite pour décocher quelques piques à l'encontre de ses prédécesseurs socialistes. "Avant 2012, il y a eu dix ministres socialistes successifs. Qu'ont-ils fait? Michel Daerden a écrit un livre, c'est tout."