"En avril 2015, il y a donc un an, la maman de Younes a effectivement porté plainte auprès de la police sur base de (prétendus) nouveaux éléments qu'elle détenait. Parmi ceux-ci, le fait que Younes aurait été pris par la main par une personne et la présence d'une camionnette blanche à proximité du lieu de sa disparition. De nombreux devoirs d'enquête ont été lancés", a expliqué vendredi le substitut du procureur du roi de Tournai, M. Frédéric Bariseau. "On est aujourd'hui au terme de cette enquête qui n'a rien révélé de neuf si ce n'est que les éléments évoqués par la maman de Younes ont déjà été évoqués lors du procès en assises. Il n'y a donc pas lieu d'un procès en révision", a-t-il précisé. "Bien qu'elle ait évoqué le dépôt d'une plainte, je n'ai pas été consulté (par la mère de Younes), je n'ai donc aucun commentaire à faire", avait pour sa part réagi à l'agence Belga l'avocat de la mère, Nicolas Cohen. En juin 2012, suspecté d'être impliqué dans le décès de son fils, le père de la victime a été condamné à neuf ans de prison. Mohamed Jratlou continue à nier avoir tué son enfant.

"En avril 2015, il y a donc un an, la maman de Younes a effectivement porté plainte auprès de la police sur base de (prétendus) nouveaux éléments qu'elle détenait. Parmi ceux-ci, le fait que Younes aurait été pris par la main par une personne et la présence d'une camionnette blanche à proximité du lieu de sa disparition. De nombreux devoirs d'enquête ont été lancés", a expliqué vendredi le substitut du procureur du roi de Tournai, M. Frédéric Bariseau. "On est aujourd'hui au terme de cette enquête qui n'a rien révélé de neuf si ce n'est que les éléments évoqués par la maman de Younes ont déjà été évoqués lors du procès en assises. Il n'y a donc pas lieu d'un procès en révision", a-t-il précisé. "Bien qu'elle ait évoqué le dépôt d'une plainte, je n'ai pas été consulté (par la mère de Younes), je n'ai donc aucun commentaire à faire", avait pour sa part réagi à l'agence Belga l'avocat de la mère, Nicolas Cohen. En juin 2012, suspecté d'être impliqué dans le décès de son fils, le père de la victime a été condamné à neuf ans de prison. Mohamed Jratlou continue à nier avoir tué son enfant.