Tintin a fêté ce 10 janvier ses 90 ans d'existence. Que vous inspire cet anniversaire ?
...

Tintin a fêté ce 10 janvier ses 90 ans d'existence. Que vous inspire cet anniversaire ? Chaque anniversaire de Tintin, chaque jubilé de la naissance ou de la mort d'Hergé donne lieu à une célébration sous une forme ou une autre. C'est une nécessité économique, puisqu'il n'y a pas de nouveaux albums, la volonté d'Hergé ayant été jusqu'ici respectée. Pour qu'un héros de bandes dessinées survive, il faut régulièrement relancer l'attention médiatique. Faute d'aventures inédites de Tintin, des événements sont organisés : expos, colloques, rééditions... D'autres personnages célèbres, comme Spirou et Fantasio ou Blake et Mortimer, sont moins soumis à de telles contraintes, car leurs histoires se poursuivent, non sans succès. Si Moulinsart et Casterman ont pris l'initiative de mettre en couleur les albums originaux des aventures de Tintin, c'est pour que le petit reporter revienne tous les deux ans dans l'actualité. Le travail de colorisation est bien exécuté, mais ce projet éditorial, comme les fac-similés des versions originales ou les expositions dans les musées, souligne une fois de plus l'aspect " oeuvre du passé ". Le petit reporter reste un héros mythique ? Oui, mais il n'est pas correct d'affirmer qu'il est universel. Lors de mes séjours aux Etats-Unis ou même au Royaume-Uni, je suis frappé de voir à quel point des spécialistes de la BD ignorent à peu près tout de l'oeuvre d'Hergé. Outre-Atlantique, Tintin est mal connu et on peine à trouver ses albums. En Grande-Bretagne, il est un objet de nostalgie, rattaché au monde de l'enfance. Très rares sont ceux qui, outre-Manche, se livrent à une lecture adulte de l'oeuvre. Le contraste est frappant avec la France et la Belgique francophone, où des bataillons de sémiologues, philosophes, psychanalystes et autres experts explorent sans fin le monde de Tintin. Et en Flandre, comment voit-on l'oeuvre d'Hergé ? La série n'y a jamais été vraiment populaire. Pour certains Flamands, elle a toujours fait figure de bande dessinée d'intellectuels. Pour d'autres, proches de la sensibilité anglo-saxonne, Tintin est un divertissement enfantin comparable à Bob et Bobette, une institution au nord du pays. Seuls les Flamands qui lisent les albums de Tintin en français savent qu'il existe une exégèse de ces aventures. A cet égard, la Belgique est le meilleur des laboratoires pour savoir si Tintin survivra au xxie siècle, voire au xxiie. Car les traditions francophone et anglo-saxonne s'y mêlent. Cela dit, le handicap majeur de Tintin sur la scène internationale est la difficulté de traduire ses aventures. En français, il y a une richesse et une profondeur de la langue qui donnent un réel plaisir de lecture, d'autant que les textes originaux n'ont pas pris une ride. Dans les langues étrangères, les dialogues sont moins drôles, souvent artificiels, et les traductions vieillissent vite : il faut refaire les versions en néerlandais tous les vingt ou trente ans. Que va devenir Tintin en l'absence de nouvelles aventures ? Le défi majeur est l'adaptation de l'oeuvre d'Hergé à d'autres supports que la bande dessinée. L'impact esthétique et émotionnel des dessins animés est loin d'atteindre le niveau des albums. J'ai peu apprécié The Secret of the Unicorn, le film de Steven Spielberg en images de synthèse sorti en 2011. Je n'ai pas le sentiment que c'est avec des productions de ce type que le mythe de Tintin pourra être relancé. Le fait qu'il n'y ait pas eu de suite rapidement prouve que le film n'a pas réellement fonctionné. C'est un hapax dans la carrière du réalisateur américain, qui avait déjà tout dit avec Indiana Jones, personnage dont les aventures sont inspirées de celles de Tintin. Ces films d'action ont une intensité qui ne correspond pas à l'esprit, au rythme et à l'humour de la bande dessinée. La ligne claire d'Hergé n'est pas seulement une façon de dessiner, c'est aussi une manière de raconter, difficile à restituer à l'écran. Moulinsart exerce un contrôle strict sur l'image de Tintin. Quelles conséquences pour l'avenir du héros ? Cette politique me paraît légitime : elle respecte la façon dont Hergé pensait son travail et son oeuvre. Mais elle fait obstacle aux interprétations qui s'écartent de l'image officielle. Il y aurait pourtant tout intérêt à accepter et même à encourager des visions différentes, voire " hérétiques " du monde de Tintin. La pérennité d'une oeuvre tient à la qualité et à la diversité de ses lectures. Plus que toute autre aventure en bande dessinée, celles de Tintin donnent lieu à des thèses, des analyses, des débats. C'est réjouissant, mais cette dynamique n'est pas assez soutenue. Il faudrait ouvrir les portes pour " actualiser " l'oeuvre. L'historien de la culture Jean-Marie Apostolidès est l'un de ceux qui ont le plus fait pour renouveler l'exégèse de l'univers de Tintin, mais ses idées sont peu appréciées par les gardiens du temple. De même, de 2010 à 2014, Charles Burns, l'auteur de BD américain, a publié une fascinante saga en trois volets émaillée de références explicites aux aventures de Tintin. Il revisite l'univers hergéen dans un style et un esprit différents. C'est grâce à de telles démarches que le petit reporter peut toucher de nouvelles générations de lecteurs. Pourtant, aucun espace, aucun mur du musée Hergé de Louvain-la Neuve ne fait une petite place aux planches de Charles Burns. J'espère qu'il y aura d'autres réappropriations et réinventions de ce genre, que Tintin fera des " petits " ! Tintin a tenté de conquérir l'Amérique. En vain. Pourquoi les super-héros américains, eux, ont-ils réussi à conquérir le monde ? Superman, Batman et d'autres super-héros apparus juste avant la guerre ont été modernisés à plusieurs reprises depuis la fin des années 1950, ce qui a assuré leur survie. Leurs créateurs, simples employés, n'avaient rien à dire sur leur destinée. Les droits étaient détenus par des sociétés de production qui avaient tout intérêt à faire fructifier leurs licences. Ces séries n'ont cessé de connaître des améliorations artistiques et narratives, reflets de l'évolution de la société et des mentalités. D'où leur succès mondial. Tintin, lui, n'a pas bénéficié d'un tel contexte. C'est donc un petit miracle si ses aventures intéressent toujours autant de monde. Mais je ne suis pas sûr que la transmission de l'oeuvre soit assurée si elle reste longtemps encore enfermée dans l'imaginaire imposé par l'auteur. Les jeunes ne lisent plus les aventures de Tintin, alors qu'ils plébiscitent d'autres séries classiques. Kuijfje a presque disparu de la culture flamande. Quel est votre regard sur la politique éditoriale adoptée depuis la mort d'Hergé ? Casterman et Moulinsart présentent la série comme une oeuvre homogène, alors qu'elle ne l'est pas. Les premiers albums sont des " péchés de jeunesse ", Hergé l'a reconnu, et les derniers, partiellement faits par lui, sont les plus faibles. Cette diversité est masquée : toutes les aventures ont été nivelées, comme le montre la 4e de couverture des albums, où figure l'ensemble de la série. Les nouveaux lecteurs ne sont donc pas guidés dans leurs choix. Il faudrait les inciter à faire le tri, à plonger d'abord dans les chefs-d'oeuvre que sont les albums sortis juste avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Sur les plans narratif et technique, ces histoires-là sont les plus subtiles, les plus intelligentes. Pour faire apprécier ce qui est vraiment exceptionnel dans le travail d'Hergé, il faudrait donc rompre avec l'approche monolithique des aventures adoptée jusqu'ici. Même dans Le Secret de La Licorne, sommet de la série selon moi, il faut avoir le courage de distinguer les trente premières pages, vraiment extraordinaires, de la suite, plus inégale. Je ne dis pas cela pour dévaloriser le génie de l'auteur. Dans les poèmes les plus merveilleux, il y a des vers moins réussis que d'autres. La scène où Haddock mime le récit du journal de bord de son ancêtre en se saoulant est digne, elle, de figurer dans une anthologie de la littérature belge. L'Oreille cassée est une autre aventure drôle, exotique, qui ouvre une fenêtre sur le monde. J'ai aussi un faible pour le Crabe aux pinces d'or, cocktail explosif où apparaît pour la première fois le capitaine Haddock, ivrogne pitoyable et désespéré victime de nombreuses rechutes. Il est profondément humain. Qu'est-ce qui vous dérange le plus dans la série telle qu'on peut la découvrir aujourd'hui ? Certains albums ont été massacrés. C'est surtout le cas de L'Ile Noire, aventure qui a subi de profondes transformations. Edité à la fin de 1938, l'album a été une première fois restructuré en 1943. Avec le remplacement des 124 planches en noir et blanc par 62 pages en couleur, des effets de suspense et de tension de fins de pages ont disparu. Plus grave : l'aventure a été totalement redessinée en 1965 pour actualiser les véhicules, les vêtements et corriger les décors qui ne correspondaient pas à la réalité britannique. Cette adaptation repose sur les croquis, photos et documents rassemblés en Angleterre par Bob De Moor, le collaborateur d'Hergé. Casterman devrait avoir le courage de brûler cette version modernisée, qui modifie la vision que nous avons du récit. Le trait original d'Hergé, minimaliste et stylisé, donnait une dynamique au dessin qui a disparu dans la version actuelle, " naturalisée " et remplie de détails. Le Sceptre d'Ottokar a, lui aussi, été complètement redessiné : Edgar P. Jacobs a enrichi et " balkanisé " les décors et les costumes. Dans ce cas-là, je ne dirais pas qu'il s'agit d'une catastrophe absolue : l'album a perdu certaines de ses qualités, mais il en a gagné d'autres. En quoi Tintin reste " moderne " au xxie siècle ? C'est un héros auquel les jeunes peuvent s'identifier facilement, voire avec enthousiasme. D'abord parce que c'est un reporter et un aventurier. Il sillonne le monde et rêve, comme beaucoup d'entre nous, d'en réparer les injustices. Ensuite parce qu'il n'a pas de famille, pas de parents qui pourraient faire obstacle à ses projets de voyages orientaux, africains ou sud-américains. Si Tintin apparaît plus " moderne " aujourd'hui qu'il y a un demi-siècle, c'est en raison des changements qui ont transformé la société : à côté du modèle familial traditionnel, il y a désormais beaucoup de familles monoparentales et recomposées, et même des couples homosexuels. Les adolescents du xxie siècle peuvent se reconnaître dans Tintin, personnage indépendant, qui vit non pas avec papa et maman, mais avec le capitaine Haddock et le professeur Tournesol, deux adultes non mariés et du même sexe. Le succès de Tintin tient au fait qu'il est à la fois non adulte, voire antiadulte, et très ancré dans les valeurs adultes du monde moderne occidental : la vitesse, l'action, la technologie, le progrès, la justice, l'humanisme. Hergé a pendant toute sa vie été sensible aux nouveaux moyens de transport et de communication. Vers la fin de L'Ile Noire, histoire parue dans Le Petit Vingtième en 1938, Tintin découvre un poste de télévision qui diffuse en direct les acrobaties aéronautiques involontaires des Dupondt. A l'époque, les jeunes lecteurs du journal ont dû trouver cet écran fort exotique. En France, les véritables émissions ne commencent qu'en 1949, avec la création de la RTF et du premier journal télévisé, et très rares sont les foyers belges équipés en téléviseurs avant la fin des années 1950. La scène dessinée par Hergé dans L'Ile Noire est, d'après mes recherches, la première mention de la télévision dans la littérature francophone. Il est frappant de constater que le roman français a, jusqu'à nos jours, ignoré ou méprisé le petit écran. Quelles scènes des aventures de Tintin vous reviennent souvent à l'esprit ? Chaque fois que je prends un avion, je repense à une scène du début de Tintin au Tibet. Sur le tarmac de l'aéroport de New Delhi, Haddock grimpe en courant sur une passerelle éloignée d'un appareil et se casse la figure. J'ai toujours eu peur de faire une chute pareille ! Dans les hôtels, où je passe une partie de ma vie, je vois partout des espions bordures, comme ceux qui hantent l'hôtel Cornavin, à Genève ! Quand je fais le trajet Genève - Lausanne en train, je revis le parcours de Tintin et Haddock dans L'Affaire Tournesol. Parmi les jurons du capitaine, il y a une réplique des Bijoux de la Castafiore que j'utilise parfois : " Espèce de catachrèse ! ". C'est à la fois violent et très poli. Plus précisément, Haddock hurle au téléphone : " Mais je ne vous insulte pas, espèce de catachrèse ! ". On rate une part essentielle de l'oeuvre d'Hergé en se focalisant sur les images et les thèmes des aventures. Or, l'auteur est aussi un inventeur de jeux de mots et un grand dialoguiste, encore meilleur selon moi que Prévert au cinéma. Alors que la plupart des dialogues de bandes dessinées sont très artificiels, Hergé a presque toujours le mot juste. Chaque phrase est à sa place, comme dans une oeuvre poétique ou un grand film de Jacques Tati. Voyez la justesse avec laquelle Tintin et Haddock se saluent au début de chaque histoire. Admirez les jeux entre l'image et le texte : quand, dans Le Trésor de Rackham le Rouge, Tournesol dit " toujours à l'ouest ", il part dans l'autre sens, vers la droite !