Selon le régulateur de l'énergie, la CREG, une famille moyenne paiera en effet plus de 1 000 euros par an pour l'électricité et 1 600 euros pour le gaz. Et les prix devraient encore augmenter. "L'impact pourrait être encore plus important si l'augmentation se poursuit en automne et en hiver. Et bien qu'il soit impossible de prédire l'évolution des prix de l'énergie, il semble de plus en plus qu'une baisse des prix soit peu probable dans les mois à venir. La hausse de prix réelle pourrait donc être beaucoup plus élevée", met en garde l'association de consommateurs Test Achats.
...

Selon le régulateur de l'énergie, la CREG, une famille moyenne paiera en effet plus de 1 000 euros par an pour l'électricité et 1 600 euros pour le gaz. Et les prix devraient encore augmenter. "L'impact pourrait être encore plus important si l'augmentation se poursuit en automne et en hiver. Et bien qu'il soit impossible de prédire l'évolution des prix de l'énergie, il semble de plus en plus qu'une baisse des prix soit peu probable dans les mois à venir. La hausse de prix réelle pourrait donc être beaucoup plus élevée", met en garde l'association de consommateurs Test Achats.Prolonger le tarif social?Lundi soir, la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten (Groen) suggérait de prolonger le tarif social pour un million de ménages. Les personnes qui vivent d'un revenu d'intégration, par exemple, bénéficient automatiquement de ce tarif social, ce qui signifie qu'elles paient les prix les plus bas du marché. En principe, cette prolongation devrait expirer à la fin de cette année, mais maintenant que les prix de l'énergie augmentent si fortement, la ministre Van der Straeten souhaite voir si cette prolongation peut être étendue.Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet (Ecolo) soutient sa proposition. "L'accès à l'énergie est un droit universel. D'où la nécessité d'augmenter les aides pour les familles qui en ont le plus besoin", déclare-t-il à La Libre Belgique. "A côté de cela, nous devons aider les mêmes familles à consommer moins, par le soutien à l'isolation de leur habitat par exemple. Et puis aussi, leur permettre de faire le choix d'un fournisseur meilleur marché", ajoute-t-il.Le gouvernement fédéral pourrait également réduire le taux de TVA sur les factures d'énergie de 21 à 6 %, comme cela a été fait dans le passé. Cependant, Van der Straeten préfère les corrections à caractère social, telles que le tarif social.Un rabais forfaitaire ?Selon une information de Knack, les socialistes francophones proposent un rabais forfaitaire. Vooruit et le PS adhèrent au concept, mais estiment qu'il en faut davantage. "De la sorte, le gouvernement pourrait aider les familles avec une somme fixe. Pour de nombreuses personnes à bas revenus, cela peut faire une différence importante", déclarent les socialistes. Ce n'est pas un hasard si le PS avance le remboursement forfaitaire. Lorsqu'il était ministre de l'Energie, Paul Magnette avait introduit en 2009 une réduction de 30 euros pour les particuliers. Cette mesure s'inscrivait dans le contexte de la relance suivant la crise financière à cette époque. Les fournisseurs devaient en tenir compte dans la facture anticipée, le relevé de compte ou une note de crédit.Un gel des prix de l'énergie ?Le gel des prix de l'énergie ne semble pas non plus être un tabou pour PS. Comme le rappelle Knack, le gouvernement Di Rupo avait appliqué ce mécanisme aux contrats d'énergie variable en 2012. Les prix de l'électricité et du gaz pour les familles et les PME n'étaient pas autorisés à dépasser ceux des pays voisins. À l'époque, la Commission européenne s'était interrogée sur cette ligne de conduite, entre autres parce qu'elle pouvait entraîner une concurrence déloyale dans le secteur de l'énergie. Le gouvernement Michel a enterré le mécanisme en 2017.Le président du CD&V Joachim Coens appelle le gouvernement à établir une norme énergétique qui doit faire en sorte que les prix énergétiques en Belgique n'augmentent pas plus rapidement que dans nos pays voisins.Les libéraux, tant au nord qu'au sud du pays, ne semblent guère enthousiasmés par les propositions de Groen et du PS. "Etendre le tarif social est contraire au défi environnemental. Il faut diminuer les consommations par une meilleure isolation, des installations plus efficaces. Mais vouloir subsidier l'énergie est contraire aux objectifs du CRM de diminuer de 40% la consommation", tweete le président du MR Georges-Louis Bouchez en réaction à la proposition de Tinne Van der Straeten d'étendre le tarif social. Le CRM (mécanisme de rémunération de capacités) vise à garantir la sécurité d'approvisionnement du pays à long terme, en vue de l'arrêt définitif des centrales nucléaires entre 2023 et 2025, explique le CREG.La facture belge parmi les plus chères d'EuropeEgbert Lachaert, le président de l'Open VLD, rappelle que les factures d'énergie sont alourdies par de nombreuses taxes. Pour lui, il faut plutôt se demander comment réduire ces taxes et compenser les recettes. "Le tarif social aide un groupe limité (vulnérable), mais n'est qu'une solution très partielle si on laisse tomber les autres, et qu'on les fasse payer pour cela", estime-t-il."Aujourd'hui, seuls 30% de la facture d'électricité et 55% de la facture de gaz concernent l'énergie à proprement parler. Le reste est constitué de taxes et de frais de transport. Cela nuit à la transparence pourtant nécessaire à la bonne compréhension de la facture et essentielle pour ne pas payer son énergie inutilement trop cher. Cela place également la facture belge d'électricité parmi les plus chères d'Europe depuis des années", souligne également Julie Frère, porte-parole de Test Achats.