Cette accroche choc se fonde sur les statistiques d'une enquête menée par l'AWSR. Celle-ci atteste notamment que 85% des conducteurs wallons jugent "énervants" ceux qui utilisent leur téléphone en conduisant.

L'AWSR estime que 10% des 300 décès comptabilisés sur les routes de Wallonie sont la cause de l'utilisation du téléphone au volant. Un conducteur a par ailleurs "trois à quatre fois plus de risques d'avoir un accident en cas de conversation téléphonique, et même 23 fois plus en cas de lecture ou d'envoi d'un message", a précisé son président, Patric Derweduwen.

Outre de l'affichage le long des routes, la campagne sera déclinée sur cinquante barrières situées à la sortie de parkings et via un spot publicitaire diffusé pendant un mois dans les salles de cinéma.

Le ministre Di Antonio a également évoqué un volet dédié à la sensibilisation dans les entreprises spécialisées dans le transport. "Les conducteurs professionnels sont deux fois plus nombreux à utiliser leur téléphone au volant et 18% se sentent obligés de répondre", a-t-il expliqué. "Nous avons donc développé une charte de bon usage et un kit d'accompagnement spécifiques."