Pour Groen, contrairement aux apparences, de nombreux sujets font l'unanimité ou presque dans la société. Ainsi, 84% gens réclament "une politique climatique juste" et une "participation juste des grosses fortunes". "Notre boulot n'est pas de diviser les gens, mais de les réunir, car nous partageons bien plus que nous le pensons", soutient Mme Almaci. La campagne lancée samedi dépasse les prochaines élections car elle concerne les générations suivantes, d'après la présidente de Groen.

"Nous n'avons plus de temps à perdre. Le Giec nous donne encore 12 ans pour lutter contre le changement climatique. C'est possible, à condition d'une volte-face de la politique et c'est l'objectif de Groen." Le parti rappelle son ambition d'entrer dans une nouvelle majorité. "Ceux qui ne veulent rien faire pour le climat sont généralement aussi ceux qui ne veulent rien faire contre les inégalités. C'est pourquoi nous avons besoin d'un gouvernement climatique avec un coeur social", plaide la tête de liste anversoise aux élections régionales. Pendant une semaine, celle-ci ralliera avec les autres têtes de liste Groen une quinzaine de villes et communes flamandes en bus électrique. "Que partagez-vous avec Meyrem? ", demanderont les candidats aux citoyens qui leur ouvriront la porte. Le parti a prévu 50.000 visites à domicile.