Les Verts s'engagent donc à participer à la "rencontre exploratoire avec le MR" au cours de laquelle sera examinée la possibilité d'approfondir les "cohérences" construites avec le PS dans le cadre de la note "coquelicot" à la suite de la consultation de nombreux acteurs de la société civile. "Le cas échéant", si cette rencontre avec les libéraux est positive, Ecolo entamera des négociations en vue d'élaborer des déclarations gouvernementales en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles "qui traduisent le plus loin possible (la) volonté d'une transition écologique, solidaire et démocratique".

Les co-présidents d'Ecolo et les négociateurs -Stéphane Hazée pour la Wallonie et Barbara Trachte pour la FWB- disposent d'un mandat pour discuter avec les deux autres partis et, éventuellement, négocier. Un nouveau Conseil de fédération sera convoqué dans le cours du processus pour faire le point sur les discussions. Il reviendra à une assemblée générale d'approuver les accords de majorité qui pourraient être conclus.

"C'est un moment important mais ce n'est pas le moment définitif. C'est une réponse à l'invitation du parti formateur pour une rencontre exploratoire et, le cas échéant, entrer en négociation", a expliqué le co-président Jean-Marc Nollet à l'issue de la réunion.

"On va voir comment le MR analyse la note coquelicot et y réagit", a-t-il ajouté.

L'ambiance n'est pas au beau fixe entre les écologistes et les libéraux, singulièrement depuis la campagne électorale. La situation a été évoquée au cours de la réunion du Conseil de fédération. "Des gens se sont exprimés par rapport à la campagne. Il y a un ressenti légitime à l'égard de ce qui a été dit et fait mais surtout à l'égard de 5 années de gouvernement MR/N-VA. Et, par rapport à ça, il faudra sentir que l'on se trouve dans autre chose", a dit le co-président.

Les interventions des délégués des régionales Ecolo qui constituent le parlement interne du parti ont toutefois porté d'abord sur l'impératif environnemental et climatique. "Il y a eu beaucoup de réflexions sur le moment dans lequel on se trouve: le GIEC nous dit que le changement doit se faire dans les 10 ans à venir. Si l'opportunité est là, on ne peut pas fuir. Il faudra donc tester si l'opportunité est bien là", a fait remarquer M. Nollet.

Ecolo n'est pas numériquement indispensable à une majorité avec le PS et le MR. "Il y a une différence entre être indispensable numériquement et indispensable politiquement. Nous considérons que le rapport de force ne se calcule pas que dans un gouvernement mais aussi dans la société où le combat des idées doit se poursuivre", a affirmé le co-président.

Les Verts expriment également leur dépit envers le cdH qui a refusé de participer à toute discussion. "C'est un signal délétère pour les gens qui ont voté pour ce parti mais aussi pour la démocratie dans son ensemble parce que, de facto, on confie les clés au MR. Le cdH a décidé de regarder son nombril plutôt que l'état de la planète. Nous faisons le choix inverse", a encore dit M. Nollet.