Ces déclarations ont fait vivement réagir en Flandre. "Cet appel est une négation du signal exprimé par les électeurs dimanche", a ainsi commenté Jan Jambon.

Au CD&V, si on estime que le gouvernement fédéral doit effectivement disposer d'une majorité côté flamand, on en appelle aussi à la responsabilité de la N-VA. "Ce serait bien que le gouvernement dispose d'une majorité en Flandre, ce qui signifie également que la N-VA doit oser prendre ses responsabilités. C'est le premier parti flamand au sein du parlement fédéral. Elle y représente le plus grand nombre d'électeurs. Elle ne doit pas les laisser sur le côté", a affirmé Wouter Beke, le président du parti, à la VRT.