"Je n'ai pas vu ce rapport. J'en conclus que c'est un échec. Les Verts veulent un gouvernement stable. Ils ont travaillé comme des dingues depuis mars et fait des propositions pour les indépendants, les artistes et l'horeca. Il faut un gouvernement soit avec la N-VA, sans les Verts; soit avec les Verts, sans la N-VA. Je dis (ndlr: aux présidents des partis socialistes): choisissez! Qu'est-ce que vous préférez? ", a commenté Georges Gilkinet.

Celui-ci s'est également demandé "ce qu'il (ndlr: leur) faut pour comprendre", après le refus de la N-VA des mesures de relance décidées en fin de semaine dernière parce que trop sociales, après celui du Pacte de Marrakech par la même formation nationaliste.

"Ils n'ont pas de solution entre socialistes flamands et francophones et ils essaient de refiler la patate chaude", a encore dit le chef de file écologiste, jugeant que "les socialistes ne sont peut-être pas d'accord entre eux".

"Je n'ai pas vu ce rapport. J'en conclus que c'est un échec. Les Verts veulent un gouvernement stable. Ils ont travaillé comme des dingues depuis mars et fait des propositions pour les indépendants, les artistes et l'horeca. Il faut un gouvernement soit avec la N-VA, sans les Verts; soit avec les Verts, sans la N-VA. Je dis (ndlr: aux présidents des partis socialistes): choisissez! Qu'est-ce que vous préférez? ", a commenté Georges Gilkinet. Celui-ci s'est également demandé "ce qu'il (ndlr: leur) faut pour comprendre", après le refus de la N-VA des mesures de relance décidées en fin de semaine dernière parce que trop sociales, après celui du Pacte de Marrakech par la même formation nationaliste. "Ils n'ont pas de solution entre socialistes flamands et francophones et ils essaient de refiler la patate chaude", a encore dit le chef de file écologiste, jugeant que "les socialistes ne sont peut-être pas d'accord entre eux".