David Clarinval, au Soir, le 2 octobre, dans son interview de ralliement à la candidature de Georges-Louis Bouchez à la présidence du MR, réclamait, lui, plutôt " de la cohésion, ne pas remettre en cause la ligne tracée ces dernières années ", tandis que Jean-Luc Crucke, prophétique, menaçait, le 28 septembre, à La Libre, dans son interview de ralliement à Georges-Louis Bouchez " ceux qui dans la dernière ligne droite apparaîtraient comme ayant tout compris alors qu'ils ont eu des discours différents auparavant ", contrairement à Georges-Louis Bouchez, dont, comme le résumait Sophie Wilmès à L'Echo, le 17 octobre, " on...