"Je ne comprends pas la réaction de monsieur Michel. La Flandre est une partie de la Belgique interféderale et nous menons ensemble la politique étrangère. Je ne comprends pas cette attitude", a déclaré M. Bourgeois (N-VA) lors de l'émission Terzake de la VRT.

Le Premier ministre avait démenti mercredi soir tout conflit diplomatique entre le gouvernement fédéral belge et l'Espagne, après les déclarations polémiques du président du parlement flamand, Jan Peumans (N-VA), sur le dossier catalan et la réaction courroucée de Madrid. L'Espagne a décidé de lever le statut diplomatique du délégué du gouvernement flamand en Espagne, André Hebbelinck, et de ne pas accréditer de successeur.

Quant à M. Reynders, il a affirmé jeudi à la Chambre avoir accepté de transmettre à l'ambassadrice d'Espagne une lettre qu'il recevrait du ministre-président flamand, reprenant les griefs du parlement et/ou du gouvernement flamand mais en se refusant à commenter des déclarations du président d'une assemblée d'une entité fédérée comme M. Peumans.

M. Bourgeois a précisé avoir envoyé une lettre au chef de la diplomatie belge en lui demandant de convoquer l'ambassadrice d'Espagne pour lui demander des explications et rappeler le principe de séparation des pouvoirs et la liberté d'expression (qui prévaut en Belgique) et demander comment l'Espagne envisage de rétablir des relations normales" avec la Flandre.

"Je ne comprends pas la réaction de monsieur Michel. La Flandre est une partie de la Belgique interféderale et nous menons ensemble la politique étrangère. Je ne comprends pas cette attitude", a déclaré M. Bourgeois (N-VA) lors de l'émission Terzake de la VRT. Le Premier ministre avait démenti mercredi soir tout conflit diplomatique entre le gouvernement fédéral belge et l'Espagne, après les déclarations polémiques du président du parlement flamand, Jan Peumans (N-VA), sur le dossier catalan et la réaction courroucée de Madrid. L'Espagne a décidé de lever le statut diplomatique du délégué du gouvernement flamand en Espagne, André Hebbelinck, et de ne pas accréditer de successeur. Quant à M. Reynders, il a affirmé jeudi à la Chambre avoir accepté de transmettre à l'ambassadrice d'Espagne une lettre qu'il recevrait du ministre-président flamand, reprenant les griefs du parlement et/ou du gouvernement flamand mais en se refusant à commenter des déclarations du président d'une assemblée d'une entité fédérée comme M. Peumans. M. Bourgeois a précisé avoir envoyé une lettre au chef de la diplomatie belge en lui demandant de convoquer l'ambassadrice d'Espagne pour lui demander des explications et rappeler le principe de séparation des pouvoirs et la liberté d'expression (qui prévaut en Belgique) et demander comment l'Espagne envisage de rétablir des relations normales" avec la Flandre.