La patience et la persévérance paient. On en sait désormais davantage sur le sort des informations transmises, en 2017, par la Cellule de traitement des informations financières (Ctif) en matière de fraude fiscale grave et dont le montant global dépassait 300 millions d'euros. Cette autorité indépendante, chargée de lutter contre le blanchiment de capitaux, reçoit des déclarations de suspicion de la part des professionnels du chiffre (banquiers, assureurs, comptables, notaires...). Elle transmet à la justice les dossiers - trafic de drogue, d'armes, d'êtres humains, fraude sociale, escroquerie, terrorisme... - qu'elle juge devoir faire l'objet d'une enquête...