François Fornieri (actionnaire principal de Mithra), Luciano D'Onofrio (directeur sportif de l'Antwerp FC) et Samuel Di Giovanni (patron de la société de gardiennage Protection Unit) ont été interpellés à leur domicile, ce mercredi au petit matin, par des équipes de la police judiciaire fédérale de Liège appuyées par des enquêteurs de l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC).
...

François Fornieri (actionnaire principal de Mithra), Luciano D'Onofrio (directeur sportif de l'Antwerp FC) et Samuel Di Giovanni (patron de la société de gardiennage Protection Unit) ont été interpellés à leur domicile, ce mercredi au petit matin, par des équipes de la police judiciaire fédérale de Liège appuyées par des enquêteurs de l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC).Les trois hommes ont ensuite été transférés au commissariat de Saint-Léonard, à Liège, où ils sont actuellement auditionnés comme suspects avec privation de liberté dans un dossier concernant des achats douteux, fin 2018 et début 2019, d'actions de la société pharmaceutique cotée Mithra. Ils bénéficient tous les trois de la présomption d'innocence et n'ont pas été inculpés à ce stade.Ces interpellations et auditions s'inscrivent dans le cadre d'une instruction judiciaire ouverte par le parquet de Liège à l'automne 2019 pour "délit d'initié" et "blanchiment d'argent" confiée au juge d'instruction financier Frédéric Frenay, comme Le Vif l'avait dévoilé en janvier 2020. L'affaire avait démarré suite aux dénonciations auprès de la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), par Belfius et BNP Paribas Fortis, de transactions suspectes entre François Fornieri et Samuel Di Giovanni. La CTIF, autorité administrative indépendante ayant pour mission de lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, a ensuite, après analyse approfondie, transmis le dossier au procureur du roi de Liège en avril 2019, estimant avoir décelé des "indices sérieux de blanchiment de capitaux". Parallèlement, l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) avait ouvert sa propre enquête pour potentiel délit d'initié.La justice liégeoise s'interroge entre autres sur le transfert de quelque 800.000 euros du compte privé de François Fornieri vers le compte privé de Samuel Di Giovanni, un de ses proches et partenaires en affaires. Ce dernier a ensuite acheté des actions Mithra juste avant une annonce officielle positive qui a fait grimper le cours de bourse de la société pharmaceutique liégeoise.Luciano D'Onofrio est lui aussi suspecté de délit d'initié lors de l'achat d'actions Mithra. Plusieurs transactions financières réalisées par l'homme fort de l'Antwerp interpellent la justice, notamment un virement réalisé le 3 juin 2015, juste avant l'entrée en bourse de Mithra. Ce jour-là, D'Onofrio a viré 500.000 euros sur le compte privé de Fornieri avec pour communication: "Suivant convention d'augmentation de capital de la SA Mithra".