Conner Rousseau ne semble pas prêt à lâcher les socialistes francophones. "Je ne vois pas quelle coalition pourrait être intéressante pour nous, sans le PS. C'est un peu cliché, mais je me concentre vraiment sur le contenu. Si c'est un bon projet pour nous, pourquoi ne le serait-il pas pour le PS?", affirme-t-il.

Le président du sp.a n'est pas intéressé par une Suédoise +. "Dépanner la coalition suédoise? Non, merci. Le parcours de la Suédoise a été sévèrement sanctionné par l'électeur." Les partis de la Suédoise (N-VA, Open Vld, MR et CD&V) semblent pourtant disposés à faire l'une ou l'autre concession afin d'attirer les socialistes flamands. Mais Conner Rousseau n'est pas convaincu que sa formation, quatrième parti flamand dans cette coalition, pourrait faire la différence face au bloc de centre-droit. Il ne ferme cependant pas totalement la porte. "Qu'ils viennent avec une proposition sur le fond et nous verrons si elle est suffisamment sociale."

La question régionale ne sera pas pour autant résolue pour le sp.a. Une entrée au sein de l'équipe Jambon Ier semble en tout cas une exigence légitime pour Conner Rousseau. Son parti éviterait ainsi le grand écart entre une situation qui le verrait gouverner au fédéral avec la N-VA, l'Open Vld et le CD&V, et être dans l'opposition, contre ces formations, à l'échelle régionale. Mais dans quelle mesure ces trois partis seraient-ils prêts à revoir l'accord de gouvernement à la sauce socialiste? "On ne peut pas dire que ce gouvernement Jambon Ier soit si séduisant actuellement", commente Conner Rousseau.

Conner Rousseau ne semble pas prêt à lâcher les socialistes francophones. "Je ne vois pas quelle coalition pourrait être intéressante pour nous, sans le PS. C'est un peu cliché, mais je me concentre vraiment sur le contenu. Si c'est un bon projet pour nous, pourquoi ne le serait-il pas pour le PS?", affirme-t-il. Le président du sp.a n'est pas intéressé par une Suédoise +. "Dépanner la coalition suédoise? Non, merci. Le parcours de la Suédoise a été sévèrement sanctionné par l'électeur." Les partis de la Suédoise (N-VA, Open Vld, MR et CD&V) semblent pourtant disposés à faire l'une ou l'autre concession afin d'attirer les socialistes flamands. Mais Conner Rousseau n'est pas convaincu que sa formation, quatrième parti flamand dans cette coalition, pourrait faire la différence face au bloc de centre-droit. Il ne ferme cependant pas totalement la porte. "Qu'ils viennent avec une proposition sur le fond et nous verrons si elle est suffisamment sociale." La question régionale ne sera pas pour autant résolue pour le sp.a. Une entrée au sein de l'équipe Jambon Ier semble en tout cas une exigence légitime pour Conner Rousseau. Son parti éviterait ainsi le grand écart entre une situation qui le verrait gouverner au fédéral avec la N-VA, l'Open Vld et le CD&V, et être dans l'opposition, contre ces formations, à l'échelle régionale. Mais dans quelle mesure ces trois partis seraient-ils prêts à revoir l'accord de gouvernement à la sauce socialiste? "On ne peut pas dire que ce gouvernement Jambon Ier soit si séduisant actuellement", commente Conner Rousseau.