Qui sera vacciné en priorité?

Tout comme ce fut le cas pour les populations plus âgées, une priorité sera réservée aux enfants présentant davantage de risques (comorbidité), en concertation avec le médecin généraliste ou le pédiatre qui les identifiera. Pour ces enfants, la vaccination est "fortement recommandée", selon la CIM.

Les enfants sans comorbidité se verront également proposer le vaccin. "Grâce à cette vaccination, ils pourront ainsi bénéficier d'une meilleure protection individuelle tout en contribuant à celle des personnes vulnérables de leur entourage et la société dans son ensemble", ont souligné la CIM et le Commissariat Corona, dans un communiqué.

À partir de quand?

Les invitations seront lancées fin décembre, a précisé la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale.

Au début du mois, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke avait annoncé qu'une première livraison de 336.000 doses de vaccins pour les moins de 12 ans était attendue en Belgique avant la fin du mois.

Quel vaccin?

La vaccination des 5-11 ans se fait à l'aide d'une version pédiatrique du vaccin Pfizer-BioNtech, en deux doses administrées à 21 jours d'intervalle. Le 25 novembre dernier, l'Agence européenne des Médicaments (EMA) avait en effet validé le vaccin de BioNTech-Pfizer contre le covid pour les enfants de 5 à 11 ans.

Est-ce obligatoire?

Elle n'est pas obligatoire. "Cela se fera sur base volontaire, avec l'accord des parents" ou du tuteur légal, a confirmé le cabinet du ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. Mais 43% des parents affirment qu'ils feront vacciner leurs enfants. 23% affirment néanmoins qu'ils ne le feront "certainement pas".

Un Covid Safe Ticket pour les enfants vaccinés?

Il n'y aura pas de pass sanitaire pour les moins de 12 ans. L'accès aux domaines de la vie publique pour les enfants de 5 à 11 ans ne sera en effet pas restreint en fonction de leur statut vaccinal, selon les ministres de la Santé.

Éthique et sans danger pour les enfants?

Le Comité consultatif de bioéthique avait rendu en fin de semaine dernière un avis préliminaire positif concernant la vaccination des 5 à 11 ans, ajoutant qu'elle devait être rendue possible "sans attendre" pour les enfants présentant des comorbidités. Le Comité estime comme "éthiquement acceptable" que les autorités mettent à disposition des familles un vaccin sûr "à la condition que les familles soient informées de façon transparente de l'état des connaissances à ce sujet et qu'elles puissent se décider en toute autonomie".

De son côté, le Conseil supérieur de la Santé avait lui aussi émis un avis favorable.

Tout comme ce fut le cas pour les populations plus âgées, une priorité sera réservée aux enfants présentant davantage de risques (comorbidité), en concertation avec le médecin généraliste ou le pédiatre qui les identifiera. Pour ces enfants, la vaccination est "fortement recommandée", selon la CIM. Les enfants sans comorbidité se verront également proposer le vaccin. "Grâce à cette vaccination, ils pourront ainsi bénéficier d'une meilleure protection individuelle tout en contribuant à celle des personnes vulnérables de leur entourage et la société dans son ensemble", ont souligné la CIM et le Commissariat Corona, dans un communiqué. Les invitations seront lancées fin décembre, a précisé la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale. Au début du mois, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke avait annoncé qu'une première livraison de 336.000 doses de vaccins pour les moins de 12 ans était attendue en Belgique avant la fin du mois. La vaccination des 5-11 ans se fait à l'aide d'une version pédiatrique du vaccin Pfizer-BioNtech, en deux doses administrées à 21 jours d'intervalle. Le 25 novembre dernier, l'Agence européenne des Médicaments (EMA) avait en effet validé le vaccin de BioNTech-Pfizer contre le covid pour les enfants de 5 à 11 ans.Elle n'est pas obligatoire. "Cela se fera sur base volontaire, avec l'accord des parents" ou du tuteur légal, a confirmé le cabinet du ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. Mais 43% des parents affirment qu'ils feront vacciner leurs enfants. 23% affirment néanmoins qu'ils ne le feront "certainement pas".Il n'y aura pas de pass sanitaire pour les moins de 12 ans. L'accès aux domaines de la vie publique pour les enfants de 5 à 11 ans ne sera en effet pas restreint en fonction de leur statut vaccinal, selon les ministres de la Santé.Le Comité consultatif de bioéthique avait rendu en fin de semaine dernière un avis préliminaire positif concernant la vaccination des 5 à 11 ans, ajoutant qu'elle devait être rendue possible "sans attendre" pour les enfants présentant des comorbidités. Le Comité estime comme "éthiquement acceptable" que les autorités mettent à disposition des familles un vaccin sûr "à la condition que les familles soient informées de façon transparente de l'état des connaissances à ce sujet et qu'elles puissent se décider en toute autonomie".De son côté, le Conseil supérieur de la Santé avait lui aussi émis un avis favorable.