Les problèmes concernaient le chargement des données de vol. Ils ont ralenti le système. Pour l'empêcher de tomber en panne, un redémarrage du système a été effectué. Durant ce redémarrage, la mesure "clear the sky" avait été opérée et aucun avion ne pouvait plus voler sous 7.500 mètres d'altitude. Les décollages et atterrissages étaient donc impossibles. Belgocontrol a ensuite examiné la meilleure solution pour les avions en vol. Certains appareils ont pu atterrir alors que d'autres ont dû se déplacer ou patienter.

"Nous recherchons la cause sous-jacente des problèmes mais vu la complexité du système cela demande du temps", explique encore le porte-parole.

Belgocontrol rappelle que la sécurité du trafic aérien n'a été menacée d'aucune manière.

Les problèmes concernaient le chargement des données de vol. Ils ont ralenti le système. Pour l'empêcher de tomber en panne, un redémarrage du système a été effectué. Durant ce redémarrage, la mesure "clear the sky" avait été opérée et aucun avion ne pouvait plus voler sous 7.500 mètres d'altitude. Les décollages et atterrissages étaient donc impossibles. Belgocontrol a ensuite examiné la meilleure solution pour les avions en vol. Certains appareils ont pu atterrir alors que d'autres ont dû se déplacer ou patienter. "Nous recherchons la cause sous-jacente des problèmes mais vu la complexité du système cela demande du temps", explique encore le porte-parole. Belgocontrol rappelle que la sécurité du trafic aérien n'a été menacée d'aucune manière.