Dans cet avis, les experts proposent plusieurs mesures significatives, allant d'une "période d'arrêt" dans l'enseignement - y compris la fermeture de l'enseignement primaire pendant 10 jours - à l'avancée de l'heure de fermeture des établissements horeca à 20h00, l'annulation des rassemblements de plus de 200 personnes et une nouvelle réduction des contacts sociaux. Une bulle de contact jusqu'à cinq personnes est ainsi recommandée pour la fin de l'année, est-il précisé das l'avis que Belga a pu consulter.

L'avis du Gems n'est pas tendre envers les décideurs politiques. Selon les experts, les avis et recommandations antérieurs n'ont pas été mis en oeuvre, ou de manière incomplète ou trop tardive. C'est particulièrement le cas dans l'enseignement, où la situation s'est "rapidement détériorée" ces dernières semaines. La situation épidémiologique générale continue également de se détériorer et la pression sur les soins de santé continue d'augmenter.

Pour reprendre le contrôle de la situation, le Gems recommande un ensemble de mesures "cohérent et logique, dans les endroits où la circulation virale est la plus élevée".

École: une période d'arrêt

C'est pourquoi les experts proposent une "période d'arrêt" dans l'enseignement. L'accent est mis sur l'enseignement primaire. Concrètement, les experts proposent de fermer les écoles maternelles et primaires pendant dix jours (ou de passer à l'enseignement à distance). Les experts prônent également les masques buccaux à partir de 6 ans. Pour l'enseignement secondaire, il est proposé de passer en "enseignement hybride" jusqu'aux examens. Et dans l'enseignement supérieur, il est proposé de revenir au code orange (avec un taux d'occupation de 20 %, entre autres).

Les experts demandent également qu'une "priorité" soit donnée à la vaccination des enfants de moins de 12 ans.

Un "quasi lockdown"

Pour M. Weyts, les mesures avancées par le GEMS reviennent à pratiquer un "quasi lockdown" S'il comprend que les experts recommandent des mesures fortes, il estime le coût sociétal d'une éventuelle fermeture des écoles serait trop élevé, notamment pour les élèves issus de milieux plus précarisés.

"Le dernier endroit où il faudra éteindre les lumières, c'est l'école", a commenté jeudi le ministre nationaliste devant le Parlement flamand. "Si l'on ferme les écoles, les enfants de l'enseignement primaire vont être confiés aux grands-parents ou des structures d'accueil où ils vont être mélangés, alors que c'est qu'il faut éviter", a encore objecté le ministre.

Dans cet avis, les experts proposent plusieurs mesures significatives, allant d'une "période d'arrêt" dans l'enseignement - y compris la fermeture de l'enseignement primaire pendant 10 jours - à l'avancée de l'heure de fermeture des établissements horeca à 20h00, l'annulation des rassemblements de plus de 200 personnes et une nouvelle réduction des contacts sociaux. Une bulle de contact jusqu'à cinq personnes est ainsi recommandée pour la fin de l'année, est-il précisé das l'avis que Belga a pu consulter. L'avis du Gems n'est pas tendre envers les décideurs politiques. Selon les experts, les avis et recommandations antérieurs n'ont pas été mis en oeuvre, ou de manière incomplète ou trop tardive. C'est particulièrement le cas dans l'enseignement, où la situation s'est "rapidement détériorée" ces dernières semaines. La situation épidémiologique générale continue également de se détériorer et la pression sur les soins de santé continue d'augmenter. Pour reprendre le contrôle de la situation, le Gems recommande un ensemble de mesures "cohérent et logique, dans les endroits où la circulation virale est la plus élevée". C'est pourquoi les experts proposent une "période d'arrêt" dans l'enseignement. L'accent est mis sur l'enseignement primaire. Concrètement, les experts proposent de fermer les écoles maternelles et primaires pendant dix jours (ou de passer à l'enseignement à distance). Les experts prônent également les masques buccaux à partir de 6 ans. Pour l'enseignement secondaire, il est proposé de passer en "enseignement hybride" jusqu'aux examens. Et dans l'enseignement supérieur, il est proposé de revenir au code orange (avec un taux d'occupation de 20 %, entre autres). Les experts demandent également qu'une "priorité" soit donnée à la vaccination des enfants de moins de 12 ans.Pour M. Weyts, les mesures avancées par le GEMS reviennent à pratiquer un "quasi lockdown" S'il comprend que les experts recommandent des mesures fortes, il estime le coût sociétal d'une éventuelle fermeture des écoles serait trop élevé, notamment pour les élèves issus de milieux plus précarisés. "Le dernier endroit où il faudra éteindre les lumières, c'est l'école", a commenté jeudi le ministre nationaliste devant le Parlement flamand. "Si l'on ferme les écoles, les enfants de l'enseignement primaire vont être confiés aux grands-parents ou des structures d'accueil où ils vont être mélangés, alors que c'est qu'il faut éviter", a encore objecté le ministre.