Le débat monte lentement, en Belgique comme en France, sur fond d'inflation galopante. Bruno Colmant, professeur d'économie à l'ULB et à l'UCLouvain, souligne au Vif combien il est important de le mener.
...

Le débat monte lentement, en Belgique comme en France, sur fond d'inflation galopante. Bruno Colmant, professeur d'économie à l'ULB et à l'UCLouvain, souligne au Vif combien il est important de le mener.Faut-il augmenter les salaires en Belgique?C'est un débat qui peut certainement avoir lieu.Il y a deux débats principaux, en réalité. Le premier est lié à l'inflation. Peu de gens sont conscients que le risque d'augmentation des prix est important, surtout au niveau énergétique (gaz et électricité). On évoque une augmentation mensuelle possible de la facture de l'ordre de 100 euros. Même si on indexe les salaires, la proportion n'augmentera pas de la même manière. Cela va induire une compression importante du pouvoir d'achat. En Espagne, il y a déjà eu des manifestations à cet égard ces derniers temps et le gouvernement a réagi.D'autre part, la question est de savoir s'il faut augmenter les salaires de manière structurelle. Ce débat-là aussi peut avoir lieu. Les gains de productivité sont importants en lien avec la mécanisation des tâches. En fin de compte, ce sont les entreprises qui permettent ce gain à travers leurs investissements qui permettent aux travailleurs d'être davantage productifs, plus longtemps, et il est normal que le capital en titre profit. Mais en même temps, pour éviter un choc de consommation, il ne serait pas indécent de prévoir une augmentation structurelle des salaires.La consommation est la clé?Evidemment. Il y a une autre considération qui entre en ligne de compte: il faut veiller à lutter contre la dualisation croissante de la société. La classe moyenne harmonieuse d'après-guerre a beaucoup souffert et il convient de réagir. L'économiste français Thomas Piketty le dit depuis longtemps et il n'a pas tout à fait tort.On évoque aussi une nécessité d'augmenter les salaires pour faire face aux métiers en pénurie.C'est un débat important également, oui. Les Etats-Unis ont déjà augmenté les salaires en ce sens, en lien avec la reprise économique et le déficit d'emplois dans certains secteurs. Les Américains, qui ont un plus grand écart salarial que nous, ont également prévu une revalorisation salariale pour lutter contre cette dualisation, sur fond de relance économique.Ce débat politique est-il assez présent chez nous?C'est un enjeu qui n'occupe pas la place qu'il devrait occuper chez nous, non. Cet enjeu de l'inflation, notamment, est absent des déclarations politiques: je ne comprends pas que l'on n'en parle pas. Peut-être est-ce dû au sentiment que les politiques ont l'impression de ne pas avoir de prise sur le sujet, au-delà du débat très important sur le mix énergétique du futur et la prolongation du nucléaire? Mais à mon sens, il est urgent de réagir.