Il y a quelques semaines, la Jonge Academie, un groupe de jeunes scientifiques flamands, dénonçait les préjugés qui font qu'il est encore difficile pour les femmes dans nos universités d'accéder à des postes de direction. À en croire la chaîne la Radio1, alors que plus de femmes que d'hommes obtiennent leur diplôme, seulement un professeur sur quatre dans nos universités est une femme. Le leadership et l'excellence sont plus susceptibles d'être associés au fait d'être un homme", déclarait Evelien Smits, professeur d'immunologie tumorale (Université Anvers) et membre de la Jonge Academie. "Suite à ce préjugé, si une professeure souhaite obtenir une évaluation aussi bonne que son collègue masculin, elle doit publier deux fois plus d'articles scientifiques."

Deux fois plus?

"Établi avec prudence", le chiffre provient d'une étude suédoise publiée en 1997, explique Evelien Smits au téléphone. Elle a étudié si le système de sélection du Conseil suédois de la recherche médicale, l'un des fonds les plus importants pour la recherche biomédicale, évaluait les femmes et les hommes sur une base égale. "Il s'agissait de chercheurs et de chercheuses titulaires d'un doctorat en train de postuler à un poste de professeur", déclare Smits. "Les candidates devaient être en moyenne 2,5 fois plus productives que leurs homologues masculins pour obtenir le même score de compétence ", peut-on lire dans un article de Christine Wennerås et Anges Wold paru en mai 1997 dans Nature.

Mais la Suède n'est pas la Flandre. Et surtout : n'y a-t-il pas eu beaucoup de changements au cours des vingt dernières années ?

"Certes", reconnaît Nathalie Boelens, directrice de communication de la Jonge Academie. "La situation s'est considérablement améliorée, même par rapport à il y a quelques années", dit-elle, faisant référence au premier plan d'action du Conseil interuniversitaire flamand (VLIR) pour l'égalité des sexes né en 2012. "Mais les choses vont trop lentement. Si nous continuons au rythme actuel, l'égalité ne sera atteinte qu'en 2050."

Il n'existe pas de recherche telle que le "point de référence" suédois pour la Belgique ou la Flandre, affirme la politologue et professeur Petra Meier (Université d'Anvers), experte en études de genre.

L'Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique a réalisé une étude en 2015, et en 2016, l'ERC, le Conseil européen de la recherche. Les deux études révèlent encore un déséquilibre.

Au Fonds flamand de la recherche scientifique (FWO), le secrétaire général Hans Willems souligne les efforts du FWO contre l'inégalité des sexes. Nous veillons strictement à ce qu'aucun critère inégal ne soit utilisé dans la procédure d'évaluation entre hommes et femmes ni entre nationalités, institutions d'accueil, etc. Tous les éléments autres que les éléments purement scientifiques peuvent ne pas jouer un rôle dans l'évaluation. Pour que les membres du panel en soient pleinement conscients, ils appliquent non seulement un code de conduite strict, mais nous leur montrons également la vidéo de nos collègues de la Royal Society concernant d'éventuelles distorsions dans le processus d'évaluation".

Les chiffres concernant l'octroi de mandats à la FWO montrent également qu'il n'y a pas d'inégalité entre les sexes, affirme Hans Willems. "Au niveau postdoctoral, les taux de réussite des hommes et des femmes sont également proches." Pourtant, seulement quatre post-doctorants FWO sur dix sont des femmes. "Je ne peux pas exclure une distorsion à 100 %, mais ce qui me frappe, c'est qu'ici les femmes postulent moins", dit Willems.

C'est ce qu'on lit également dans le rapport sur l'égalité des chances du VLIR (Le Conseil interuniversitaire flamand) de 2018. "Les préjugés sont moins forts qu'il y a vingt ans, mais tout comme dans d'autres secteurs, ils ne sont pas éradiqués non plus dans les universités ", souligne Koen Verlaeckt, secrétaire général du VLIR. "Un groupe de travail mixte fera le point de la situation et formulera de nouvelles mesures d'ici début juillet 2019."

Conclusion

Knack estime que cette affirmation est en grande partie vraie. La Flandre n'est pas la Suède dans les années 1990. Mais les préjugés implicites à l'égard des femmes ne sont pas étrangers au monde universitaire.