"Il y aura par exemple une taxe sur le gaz naturel pour l'industrie", a déclaré Mme Demir. "Nous utiliserons ce budget pour réduire la facture d'électricité des familles et des personnes isolées. Cela devrait rapporter environ 45 millions d'euros."

À partir de 2023, les subventions aux combustibles fossiles dans l'agriculture et l'industrie seront par ailleurs supprimées. La mesure devrait rapporter 170 millions d'euros par an d'ici 2030. "On pourra aussi déduire cette somme des factures des familles", a précisé la ministre.

Zuhal Demir a également défendu les normes énergétiques plus strictes dans le secteur du logement. Selon l'accord trouvé jeudi, le gouvernement flamand imposera, à partir de 2023, une obligation de rénovation pour tout qui achète une maison énergivore. "La rénovation obligatoire sera toutefois rendue possible grâce à des prêts sans intérêt et des primes", a-t-elle encore fait valoir.

Des ambitions climatiques insuffisantes ?

Le gouvernement flamand est finalement parvenu à un accord sur les mesures climatiques qu'il souhaite prendre d'ici à 2030. Les mesures approuvées prévoient une réduction des émissions de CO2 de 40% par rapport à 2005. Jusqu'ici, le gouvernement flamand s'était fixé un objectif de réduction des émissions de CO2 de 35%.

Bien que revu à la hausse, cet objectif est encore jugé insuffisant par l'association écologiste Greenpeace. "L'objectif européen est de 55 % et les climatologues nous exhortent à être encore plus ambitieux", souligne Mathieu Soete, directeur de campagne pour Greenpeace. "Même après le signal fort envoyé lors de la grande marche pour le climat du mois dernier, les politiques ont un manque total de vision et se contentent de demi-mesures", regrette M. Soete. "Nous devons de toute urgence réduire notre cheptel, rénover nos bâtiments plus rapidement et mener une transition industrielle". L'organisation déplore encore un accord conclu rapidement, sans trajectoire claire, afin de laisser partir la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir à Glasgow, où se tient la Conférence sur le climat.

"Il y aura par exemple une taxe sur le gaz naturel pour l'industrie", a déclaré Mme Demir. "Nous utiliserons ce budget pour réduire la facture d'électricité des familles et des personnes isolées. Cela devrait rapporter environ 45 millions d'euros." À partir de 2023, les subventions aux combustibles fossiles dans l'agriculture et l'industrie seront par ailleurs supprimées. La mesure devrait rapporter 170 millions d'euros par an d'ici 2030. "On pourra aussi déduire cette somme des factures des familles", a précisé la ministre. Zuhal Demir a également défendu les normes énergétiques plus strictes dans le secteur du logement. Selon l'accord trouvé jeudi, le gouvernement flamand imposera, à partir de 2023, une obligation de rénovation pour tout qui achète une maison énergivore. "La rénovation obligatoire sera toutefois rendue possible grâce à des prêts sans intérêt et des primes", a-t-elle encore fait valoir.Le gouvernement flamand est finalement parvenu à un accord sur les mesures climatiques qu'il souhaite prendre d'ici à 2030. Les mesures approuvées prévoient une réduction des émissions de CO2 de 40% par rapport à 2005. Jusqu'ici, le gouvernement flamand s'était fixé un objectif de réduction des émissions de CO2 de 35%. Bien que revu à la hausse, cet objectif est encore jugé insuffisant par l'association écologiste Greenpeace. "L'objectif européen est de 55 % et les climatologues nous exhortent à être encore plus ambitieux", souligne Mathieu Soete, directeur de campagne pour Greenpeace. "Même après le signal fort envoyé lors de la grande marche pour le climat du mois dernier, les politiques ont un manque total de vision et se contentent de demi-mesures", regrette M. Soete. "Nous devons de toute urgence réduire notre cheptel, rénover nos bâtiments plus rapidement et mener une transition industrielle". L'organisation déplore encore un accord conclu rapidement, sans trajectoire claire, afin de laisser partir la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir à Glasgow, où se tient la Conférence sur le climat.