Child Focus se réjouit en outre de l'introduction d'un projet de résolution au parlement européen par la députée belge Hilde Vautmans (Open Vild), qui intègre les demandes et recommandations de l'organisation sur la question des images d'abus sexuels.

Une concertation a également eu lieu chez Child Focus, en présence de la ministre francophone de la Jeunesse Valérie Glatigny (MR), du ministre fédéral de l'Agenda digital Philippe De Backer (Open Vld) et du ministre flamand de la Jeunesse Benjamin Dalle (CD&V).

Les ministres veulent mettre l'accent sur la prévention et éviter ainsi que des images d'enfants ne tombent entre les mains de personnes mal intentionnées. Un cadre répressif doit également être élaboré, soulignent les ministres, tout comme les procédures d'urgence, afin que ces images puissent être rapidement retirées d'internet.

Selon le porte-parole de Child Focus, plusieurs initiatives de consultation ont été entamées entre l'organisation et des associations de victimes, ainsi qu'avec l'industrie technologique.

Le 17 novembre, Child Focus avait lancé sa campagne choc contre la pédopornographie à l'occasion de la Journée européenne de protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels. Elle avait été fortement critiquée en raison des images assez dures diffusées.

Une association de victimes d'inceste et d'abus sexuels avait également déposé une plainte auprès du Jury d'éthique publicitaire (Jep). Child Focus s'était excusée auprès des victimes et la vidéo avait été retirée une semaine après le lancement.

Child Focus se réjouit en outre de l'introduction d'un projet de résolution au parlement européen par la députée belge Hilde Vautmans (Open Vild), qui intègre les demandes et recommandations de l'organisation sur la question des images d'abus sexuels. Une concertation a également eu lieu chez Child Focus, en présence de la ministre francophone de la Jeunesse Valérie Glatigny (MR), du ministre fédéral de l'Agenda digital Philippe De Backer (Open Vld) et du ministre flamand de la Jeunesse Benjamin Dalle (CD&V). Les ministres veulent mettre l'accent sur la prévention et éviter ainsi que des images d'enfants ne tombent entre les mains de personnes mal intentionnées. Un cadre répressif doit également être élaboré, soulignent les ministres, tout comme les procédures d'urgence, afin que ces images puissent être rapidement retirées d'internet. Selon le porte-parole de Child Focus, plusieurs initiatives de consultation ont été entamées entre l'organisation et des associations de victimes, ainsi qu'avec l'industrie technologique. Le 17 novembre, Child Focus avait lancé sa campagne choc contre la pédopornographie à l'occasion de la Journée européenne de protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels. Elle avait été fortement critiquée en raison des images assez dures diffusées. Une association de victimes d'inceste et d'abus sexuels avait également déposé une plainte auprès du Jury d'éthique publicitaire (Jep). Child Focus s'était excusée auprès des victimes et la vidéo avait été retirée une semaine après le lancement.