Le ministre bruxellois de l'Emploi a précisé qu'il avait obtenu une dérogation de deux mois pour ces personnes - selon lui environ 250 - qui constituent une petite partie des 4.700 bruxellois concernés par l'exclusion du chômage.

Didier Gosuin s'est félicité de l'écoute dont a fait preuve le ministre CD&V par rapport à ce volet de la demande plus large qu'il lui a adressée, pour permettre à l'opérateur bruxellois de placement des chômeurs de traiter les dossiers pour prendre une décision définitive.

Le ministre bruxellois a réitéré son hostilité à l'égard de la mesure d'exclusion du chômage décidée par le gouvernement Di Rupo et maintenue par le gouvernement Michel. Il aurait également souhaité que les personnes faisant la démonstration qu'elles sont en recherche active d'emploi ne soient pas frappées par une mesure d'exclusion "prise à l'aveugle" et qui risque d'engendrer des sentiments de frustration et de colère au sein d'une population bruxelloise dont "la cohésion sociale est très fragile".

Le ministre bruxellois de l'Emploi a précisé qu'il avait obtenu une dérogation de deux mois pour ces personnes - selon lui environ 250 - qui constituent une petite partie des 4.700 bruxellois concernés par l'exclusion du chômage. Didier Gosuin s'est félicité de l'écoute dont a fait preuve le ministre CD&V par rapport à ce volet de la demande plus large qu'il lui a adressée, pour permettre à l'opérateur bruxellois de placement des chômeurs de traiter les dossiers pour prendre une décision définitive. Le ministre bruxellois a réitéré son hostilité à l'égard de la mesure d'exclusion du chômage décidée par le gouvernement Di Rupo et maintenue par le gouvernement Michel. Il aurait également souhaité que les personnes faisant la démonstration qu'elles sont en recherche active d'emploi ne soient pas frappées par une mesure d'exclusion "prise à l'aveugle" et qui risque d'engendrer des sentiments de frustration et de colère au sein d'une population bruxelloise dont "la cohésion sociale est très fragile".