"Le PS occupe aujourd'hui 40 % des sièges au sein du parlement wallon alors qu'il a recueilli la confiance de 30,9 % des citoyens qui ont exprimé un vote valable ! Un tel écart n'est pas admissible. Ceci explique pourquoi la Wallonie peut être dirigée par une coalition minoritaire dans la population : alors qu'elle dispose d'une majorité de plus de 57 % de sièges au parlement, la coalition PS-CDH au pouvoir ne rassemble en réalité que 46,7 % des suffrages exprimés par la population !"
...

"Le PS occupe aujourd'hui 40 % des sièges au sein du parlement wallon alors qu'il a recueilli la confiance de 30,9 % des citoyens qui ont exprimé un vote valable ! Un tel écart n'est pas admissible. Ceci explique pourquoi la Wallonie peut être dirigée par une coalition minoritaire dans la population : alors qu'elle dispose d'une majorité de plus de 57 % de sièges au parlement, la coalition PS-CDH au pouvoir ne rassemble en réalité que 46,7 % des suffrages exprimés par la population !" Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au parlement wallon, ne cache pas son irritation. En dévoilant, en exclusivité pour Le Vif/ L'Express, une série de chiffres confondants, il entend prendre la majorité PS-CDH au mot sur sa volonté de renouveau démocratique wallon, actuellement au menu d'une commission parlementaire spéciale. Car les grands partis feraient preuve d'une hypocrisie certaine. Dans cette répartition injuste, le MR n'est pas en reste : alors qu'il a recueilli 26,69 % des voix en mai 2014, il est représenté à hauteur de 33,33 % des sièges au parlement. Ecolo, par contre, a recueilli 8,62 % des voix, mais n'occupe que 5,33 % des sièges. "La Constitution prévoit que le mode de scrutin est proportionnel dans notre pays, souligne le député Ecolo. En réalité, il ne l'est que partiellement..." CQFD.Cela vaut aussi au niveau communal. Là encore, les exemples non exhaustifs que Stéphane Hazée a recensés sont édifiants. Une majorité absolue peut en effet être obtenue avec 41,5 % des voix ! C'est le cas du PS à Honnelles, dans le Hainaut : il a décroché 52,94 % des sièges avec 41,52 % des voix exprimées. Idem à Beloeil où les socialistes ont obtenu 52,17 % des sièges avec 43,17 % des voix exprimées. Le MR est dans le cas à Stavelot, avec sa liste du bourgmestre : 52,94 % des sièges obtenus avec 43 % des voix. Le CDH aussi : à Mouscron, il détient 51,35 % des sièges avec 45,54 % des voix.A l'inverse, les petits partis auraient des raisons de jouer les Calimero. A Houyet, 9,89 % des voix n'ont pas permis à Ecolo de décrocher un siège. Idem pour la liste Nous à Rendeux avec 11,88 % des voix. La situation est d'autant plus surréaliste dans cette dernière commune de deux mille âmes, logée au coeur de la province de Luxembourg, car la liste majoritaire a finalement obtenu 100 % des sièges : il n'y a donc pas d'opposition au conseil communal, alors que des voix se sont bien exprimées contre le pouvoir en place...Si les assemblées sont si peu démocratiques à ces deux niveaux de pouvoir, ce n'est pas en raison du seuil empêchant les partis liberticides d'entrer trop facilement dans les assemblées. "Nous ne remettons pas en question le seuil existant de 5 % pour obtenir un élu", précise le chef de groupe Ecolo. En revanche, deux spécificités du système électoral wallon se trouvent en coeur de cible des écologistes : le seuil d'apparentement au niveau régional et la clé Imperiali au niveau communal. "Au niveau régional, le seuil d'accès à l'élection varie dès lors selon les circonscriptions et peut s'élever jusqu'à 22 % voire 33 % des voix exprimées, pointe Stéphane Hazée. Au niveau communal, la clé Imperiali remplace la clé D'Hondt utilisée pour toutes les autres élections et augmente significativement l'avantage aux grandes listes."Avec son collègue Philippe Henry, ancien ministre wallon, le chef de groupe Ecolo a déposé deux propositions de décret pour mettre un terme à ces "anomalies" wallonnes. "Ce sera un vrai test pour la dynamique du renouveau démocratique", conclut-il.