Les syndicats qualifient l'éviction de M. Lembrechts d'"inacceptable". Paul "Lembrechts s'est engagé sans équivoque à protéger l'avenir de la VRT contre les économies massives que le gouvernement flamand veut nous imposer. La réaction du gouvernement flamand est de le licencier. C'est à nos yeux inacceptable, certainement maintenant que les négociations sur un nouveau contrat de gestion sont sur le point de commencer".

Afin d'exprimer leur mécontentement, le personnel de la VRT observera une grève de 24 heures le 27 janvier dès minuit. "Nous appelons tous les membres du personnel à y prendre part", poursuit Wies Descheemaeker.

Les syndicats se concertent encore sur l'impact de la grève. "Nous avons une responsabilité envers l'auditeur et le téléspectateur", dit encore Wies Descheemaeker.

C'est également le 27 janvier qu'aura lieu la première réunion du nouveau conseil d'administration.

Le personnel et les syndicats de la VRT diffusent un message avant l'émission Terzake

"Aujourd'hui, le gouvernement flamand a licencié le CEO de la VRT", débute le message. "C'est la décision de trop pour les travailleurs. Le personnel de la VRT ne peut pas l'accepter. Nous exigeons une direction qui défende le radio-télé-diffuseur public contre l'austérité. Nous continuerons à nous opposer à toute tentative d'affaiblir ce service public", poursuit cette note rédigée par les syndicats socialiste ACOD-VRT, chrétien ACV-VRT et du secteur public VSOA-VRT.

Le licenciement de Paul Lembrechts par le gouvernement flamand est un coup dur pour le personnel de la société publique de radiodiffusion. Les syndicats de la VRT avaient auparavant qualifié ce licenciement d'"inacceptable". "Lembrechts s'est engagé sans équivoque à protéger l'avenir de la VRT contre les économies massives que le gouvernement flamand veut nous imposer. La réaction du gouvernement flamand est de le licencier. C'est inacceptable pour nous, surtout maintenant que les négociations sur un nouveau contrat de gestion sont sur le point de commencer."

La décision a été prise après plusieurs semaines de conflit à la tête de la radiodiffusion publique. Paul Lembrechts exigeait le licenciement de son numéro 2 Peter Claes, directeur "média et production" de la VRT, mais n'a pas été suivi par le conseil d'administration, ce qui a conduit à une impasse. Fin décembre, un médiateur avait été nommé, sans succès.

Le personnel de la VRT se mettra en grève pendant 24 heures le lundi 27 janvier à partir de minuit afin de faire entendre son mécontentement.

Les syndicats qualifient l'éviction de M. Lembrechts d'"inacceptable". Paul "Lembrechts s'est engagé sans équivoque à protéger l'avenir de la VRT contre les économies massives que le gouvernement flamand veut nous imposer. La réaction du gouvernement flamand est de le licencier. C'est à nos yeux inacceptable, certainement maintenant que les négociations sur un nouveau contrat de gestion sont sur le point de commencer". Afin d'exprimer leur mécontentement, le personnel de la VRT observera une grève de 24 heures le 27 janvier dès minuit. "Nous appelons tous les membres du personnel à y prendre part", poursuit Wies Descheemaeker. Les syndicats se concertent encore sur l'impact de la grève. "Nous avons une responsabilité envers l'auditeur et le téléspectateur", dit encore Wies Descheemaeker. C'est également le 27 janvier qu'aura lieu la première réunion du nouveau conseil d'administration."Aujourd'hui, le gouvernement flamand a licencié le CEO de la VRT", débute le message. "C'est la décision de trop pour les travailleurs. Le personnel de la VRT ne peut pas l'accepter. Nous exigeons une direction qui défende le radio-télé-diffuseur public contre l'austérité. Nous continuerons à nous opposer à toute tentative d'affaiblir ce service public", poursuit cette note rédigée par les syndicats socialiste ACOD-VRT, chrétien ACV-VRT et du secteur public VSOA-VRT. Le licenciement de Paul Lembrechts par le gouvernement flamand est un coup dur pour le personnel de la société publique de radiodiffusion. Les syndicats de la VRT avaient auparavant qualifié ce licenciement d'"inacceptable". "Lembrechts s'est engagé sans équivoque à protéger l'avenir de la VRT contre les économies massives que le gouvernement flamand veut nous imposer. La réaction du gouvernement flamand est de le licencier. C'est inacceptable pour nous, surtout maintenant que les négociations sur un nouveau contrat de gestion sont sur le point de commencer." La décision a été prise après plusieurs semaines de conflit à la tête de la radiodiffusion publique. Paul Lembrechts exigeait le licenciement de son numéro 2 Peter Claes, directeur "média et production" de la VRT, mais n'a pas été suivi par le conseil d'administration, ce qui a conduit à une impasse. Fin décembre, un médiateur avait été nommé, sans succès. Le personnel de la VRT se mettra en grève pendant 24 heures le lundi 27 janvier à partir de minuit afin de faire entendre son mécontentement.