La porte-parole a tout du moins déjà dénombré 26 blessés parmi les policiers sur base de données qui lui sont parvenues, mais ce nombre ne constitue pas le total définitif. De nombreuses bouteilles de verre ont été jetées vers des policiers. Au moins un, touché à la tête, a été transporté à l'hôpital. Ses jours n'étaient pas menacés.

Belgaimages
© Belgaimages

Parmi les participants au rassemblement, huit ont été blessés. Parmi eux, deux ont reçu des soins sur place et deux blessés légers ont été emmenés à l'hôpital. Les blessures ne sont pas toutes liées à l'intervention policière. Il y a par exemple un participant qui a été heurté par une barre de fer lancée par un autre "fêtard".

Plusieurs personnes ont été emmenées à l'hôpital, mais il n'y a pas de signalement pour des blessés graves jusqu'à maintenant.

De plus, les vitres d'une camionnette de police et le pare-brise d'un camion de la cavalerie ont été cassés. Plusieurs voitures de police ont encore été endommagées. Certains de leurs pneus ont été crevés.

Pour rappel, la police locale estime qu'il y avait entre 1.500 et 2.000 personnes rassemblées au bois de la Cambre dans l'après-midi, ce qui contrevenait aux mesures sanitaires. L'événement La BOUM a été posté sur les réseaux sociaux pour proposer aux internautes de se rendre à un faux festival de musique organisé gratuitement dans le bois de la Cambre. La police de Bruxelles-Ixelles a ouvert une enquête pour identifier les organisateurs.

Belgaimages
© Belgaimages

"Les gens ont besoin de prendre l'air, mais on ne peut pas tolérer de tels rassemblements dans le bois de la Cambre après avoir observé encore cette après-midi avec le directeur de Saint-Pierre les efforts fournis au centre de vaccination pour combattre ce virus", a tweeté le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close. "Nous avons donc évacué le bois. Les personnes qui n'obtempèrent pas aux injonctions de la police risquent l'arrestation et des poursuites".

Belgaimages
© Belgaimages

Des agents à pied et à cheval ont été mobilisés pour disperser la foule. La police a utilisé le canon à eau et a eu recours au soutien de drones et de l'hélicoptère.

"On a prévenu à plusieurs reprises les gens qu'on allait les disperser", explique Ilse Van de keere. "Les chiens de la brigade canine et les cavaliers étaient en seconde ligne, derrière les rangées de policiers d'intervention. L'arroseuse a été utilisée à plusieurs reprises, parce que les gens revenaient. On a dû faire la même manoeuvre à plusieurs reprises".

Belgaimages
© Belgaimages
Belgaimages
© Belgaimages
Belgaimages
© Belgaimages

La ministre de l'Intérieur "scandalisée" par le rassemblement

"Le poisson d'avril qui a dégénéré au Bois de la Cambre aujourd'hui représente un manque de respect total pour toutes les personnes qui font de leur mieux pour respecter les mesures corona. J'ai de la compassion pour les personnes touchées par le Covid-19, les familles et proches qui ont perdu un être cher ainsi que pour les prestataires de soins de santé qui sont une fois de plus à la limite de la saturation de leurs hôpitaux. Jusqu'à ce que le virus soit maîtrisé, chacun se doit de respecter les mesures sanitaires. Le fait que des policiers aient été blessés alors qu'ils faisaient leur travail est inacceptable", a déclaré jeudi soir la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, en réaction au rassemblement de 1.500 à 2.000 personnes qui a dégénéré au Bois de la Cambre.

La ministre Verlinden appelle à plus de civilité et de sens des responsabilités pour le bien de tous. "Cette attitude permettra d'éviter que les participants à ce rassemblement insouciant ne deviennent eux-mêmes malades. Eux aussi ont droit, si nécessaire, à un lit d'hôpital. Le sens de la responsabilité et de la citoyenneté permet d'éviter une telle situation", dit-elle.

"Je suis bien consciente que pour beaucoup de personnes, notamment les jeunes, la crise du Covid dure maintenant depuis très longtemps et qu'il n'est pas toujours facile de se conformer aux mesures. Surtout en cette période, lorsque le beau temps nous invite à sortir et à se rencontrer ", déclare la ministre Verlinden. "Plus nous serons cohérents dans le respect des mesures et plus vite nous pourrons ensemble arrêter la propagation du virus. C'est de cette manière que l'on pourra apercevoir la perspective d'une nouvelle vie normale. Par rapport à nos pays voisins, la Belgique se porte bien. Continuons ensemble sur cette voie, c'est ainsi que les choses s'arrangeront vraiment."

Enfin, la ministre demande à ce que les appels sur les médias sociaux soient traités avec précaution, afin d'éviter que les appels inappropriés et les fake news, "comme ceux que nous avons vus aujourd'hui, ne se transforment en manifestations de masse incontrôlables".

La porte-parole a tout du moins déjà dénombré 26 blessés parmi les policiers sur base de données qui lui sont parvenues, mais ce nombre ne constitue pas le total définitif. De nombreuses bouteilles de verre ont été jetées vers des policiers. Au moins un, touché à la tête, a été transporté à l'hôpital. Ses jours n'étaient pas menacés. Parmi les participants au rassemblement, huit ont été blessés. Parmi eux, deux ont reçu des soins sur place et deux blessés légers ont été emmenés à l'hôpital. Les blessures ne sont pas toutes liées à l'intervention policière. Il y a par exemple un participant qui a été heurté par une barre de fer lancée par un autre "fêtard". Plusieurs personnes ont été emmenées à l'hôpital, mais il n'y a pas de signalement pour des blessés graves jusqu'à maintenant. De plus, les vitres d'une camionnette de police et le pare-brise d'un camion de la cavalerie ont été cassés. Plusieurs voitures de police ont encore été endommagées. Certains de leurs pneus ont été crevés. Pour rappel, la police locale estime qu'il y avait entre 1.500 et 2.000 personnes rassemblées au bois de la Cambre dans l'après-midi, ce qui contrevenait aux mesures sanitaires. L'événement La BOUM a été posté sur les réseaux sociaux pour proposer aux internautes de se rendre à un faux festival de musique organisé gratuitement dans le bois de la Cambre. La police de Bruxelles-Ixelles a ouvert une enquête pour identifier les organisateurs. "Les gens ont besoin de prendre l'air, mais on ne peut pas tolérer de tels rassemblements dans le bois de la Cambre après avoir observé encore cette après-midi avec le directeur de Saint-Pierre les efforts fournis au centre de vaccination pour combattre ce virus", a tweeté le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close. "Nous avons donc évacué le bois. Les personnes qui n'obtempèrent pas aux injonctions de la police risquent l'arrestation et des poursuites".Des agents à pied et à cheval ont été mobilisés pour disperser la foule. La police a utilisé le canon à eau et a eu recours au soutien de drones et de l'hélicoptère. "On a prévenu à plusieurs reprises les gens qu'on allait les disperser", explique Ilse Van de keere. "Les chiens de la brigade canine et les cavaliers étaient en seconde ligne, derrière les rangées de policiers d'intervention. L'arroseuse a été utilisée à plusieurs reprises, parce que les gens revenaient. On a dû faire la même manoeuvre à plusieurs reprises".