Lors de la présentation des nouvelles fonctionnalités, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine a salué "une sorte de machine à voyager dans le temps" qui permet de "rendre le futur plus palpable" et surtout d'encourager "la responsabilisation des citoyens".

Depuis janvier 2016, et jusqu'à présent, chacun pouvait se renseigner sur l'âge de sa pension et sur le montant perçu sur base du deuxième pilier, soit la pension complémentaire. Dès ce mardi, une estimation du montant - en brut et en net - de la pension légale est également disponible. Il est possible de connaître ce montant tant pour la date possible de pension la plus proche et pour l'âge légal de celle-ci. Mypension.be donne également une idée des droits déjà constitués, donc le montant de pension que le citoyen recevrait s'il arrêtait de constituer ses droits de pension.

Le site du "GPS des pensions" est aussi désormais responsive, c'est-à-dire qu'il est adapté à une lecture sur tous les écrans. Pour le ministre des Pensions, cet outil représente "un contrôle démocratique permanent" et assure aux travailleurs "que l'argent cotisé ne va pas servir de variable d'ajustement". Le montant estimé, s'il peut s'avérer décevant pour certains, constitue "un engagement de l'Etat envers le citoyen". Pour M. Bacquelaine, Mypension.be nouvelle version permet "à chacun de prendre ses responsabilités" car le site permettra à terme de simuler les impacts des choix de carrière.

Selon Sigedis, 96% des travailleurs peuvent trouver leurs informations sur Mypension.be. Le ministre MR a déploré que ce ne soit pas encore le cas pour tous les enseignants de la Fédération Wallonie-Bruxelles, accusant la FWB de n'avoir encodé les données que d'un peu plus de 31% d'entre eux. A partir du mois de mars prochain, les fonctionnaires pourront notamment - avant les autres catégories de travailleurs - calculer la valorisation de leurs années d'étude. Plus d'1,1 million de citoyens se sont déjà rendus sur le site pour connaître la date de leur pension légale, dont une large majorité était âgée de plus de 45 ans.

Selon les syndicats, "l'estimation de la pension est impossible si le système à points est introduit"

Si le ministre fédéral des Pensions Daniel Bacquelaine reste attaché à l'idée d'une pension à points, l'estimation du montant de la pension via mypension.be sera "impossible", relèvent mardi les trois syndicats. Le site, dont les nouvelles fonctionnalités ont été présentées en matinée, permet désormais d'estimer tant sa pension légale que complémentaire. Selon le futur système de pension que voudrait implémenter le gouvernement, le nombre de points glanés au cours de la carrière sera connu, mais la valeur de ceux-ci ne sera, elle, déterminée que peu de temps avant le départ en retraite.

Les syndicats réaffirment que la valeur des points sera dépendante de la conjoncture économique. "Et sur cela, le travailleur n'a aucun poids, tandis que cela pourra engendrer une plus faible pension." "Un tel système mène donc à l'incertitude." Les trois organisations se disent cependant satisfaites des nouvelles fonctionnalités de mypension.be. L'estimation du montant de la pension est "la cerise sur le gâteau". Ils soulignent seulement que l'implémentation de la pension à points rendrait "les efforts faits pendant dix ans et les dizaines de millions investis" vains.

Lors de la présentation des nouvelles fonctionnalités, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine a salué "une sorte de machine à voyager dans le temps" qui permet de "rendre le futur plus palpable" et surtout d'encourager "la responsabilisation des citoyens".Depuis janvier 2016, et jusqu'à présent, chacun pouvait se renseigner sur l'âge de sa pension et sur le montant perçu sur base du deuxième pilier, soit la pension complémentaire. Dès ce mardi, une estimation du montant - en brut et en net - de la pension légale est également disponible. Il est possible de connaître ce montant tant pour la date possible de pension la plus proche et pour l'âge légal de celle-ci. Mypension.be donne également une idée des droits déjà constitués, donc le montant de pension que le citoyen recevrait s'il arrêtait de constituer ses droits de pension. Le site du "GPS des pensions" est aussi désormais responsive, c'est-à-dire qu'il est adapté à une lecture sur tous les écrans. Pour le ministre des Pensions, cet outil représente "un contrôle démocratique permanent" et assure aux travailleurs "que l'argent cotisé ne va pas servir de variable d'ajustement". Le montant estimé, s'il peut s'avérer décevant pour certains, constitue "un engagement de l'Etat envers le citoyen". Pour M. Bacquelaine, Mypension.be nouvelle version permet "à chacun de prendre ses responsabilités" car le site permettra à terme de simuler les impacts des choix de carrière. Selon Sigedis, 96% des travailleurs peuvent trouver leurs informations sur Mypension.be. Le ministre MR a déploré que ce ne soit pas encore le cas pour tous les enseignants de la Fédération Wallonie-Bruxelles, accusant la FWB de n'avoir encodé les données que d'un peu plus de 31% d'entre eux. A partir du mois de mars prochain, les fonctionnaires pourront notamment - avant les autres catégories de travailleurs - calculer la valorisation de leurs années d'étude. Plus d'1,1 million de citoyens se sont déjà rendus sur le site pour connaître la date de leur pension légale, dont une large majorité était âgée de plus de 45 ans.Si le ministre fédéral des Pensions Daniel Bacquelaine reste attaché à l'idée d'une pension à points, l'estimation du montant de la pension via mypension.be sera "impossible", relèvent mardi les trois syndicats. Le site, dont les nouvelles fonctionnalités ont été présentées en matinée, permet désormais d'estimer tant sa pension légale que complémentaire. Selon le futur système de pension que voudrait implémenter le gouvernement, le nombre de points glanés au cours de la carrière sera connu, mais la valeur de ceux-ci ne sera, elle, déterminée que peu de temps avant le départ en retraite. Les syndicats réaffirment que la valeur des points sera dépendante de la conjoncture économique. "Et sur cela, le travailleur n'a aucun poids, tandis que cela pourra engendrer une plus faible pension." "Un tel système mène donc à l'incertitude." Les trois organisations se disent cependant satisfaites des nouvelles fonctionnalités de mypension.be. L'estimation du montant de la pension est "la cerise sur le gâteau". Ils soulignent seulement que l'implémentation de la pension à points rendrait "les efforts faits pendant dix ans et les dizaines de millions investis" vains.