"La décision n'est pas liée à un événement particulier, mais nous avons découvert qu'il s'agit d'agents de renseignement russes non déclarés, sous couverture, et nous avons constaté une augmentation des activités malveillantes de la Russie, au moins en Europe. Nous devions donc agir", a-t-il déclaré au cours d'un point de presse au lendemain de l'annonce de la décision.

Jens Stoltenberg a annoncé avoir proposé à Moscou d'organiser une réunion du Conseil Otan-Russie "pour discuter", mais les autorités russes ont refusé.

"J'ai rencontré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à New York, pendant l'Assemblée générale des Nations Unies, mais nous ne sommes pas parvenus à nous entendre pour réunir le conseil Otan-Russie", a-t-il expliqué. Ce conseil créé en 2002 est une instance de consultation et de coopération entre l'Alliance et la Russie.

Les pays de l'Alliance atlantique avaient dénoncé en avril les "actions déstabilisatrices" de la Russie dans certains pays de l'Alliance et annoncé l'examen de mesures de rétorsion.

L'Otan avait décidé en mars 2018 de retirer leurs accréditations à sept membres de la mission russe et de les faire expulser de Belgique à la suite de l'empoisonnement de Sergueï Skripral, un ancien agent russe, et de sa fille au Royaume-Uni.

Le nombre des accréditations de la mission de la Russie à Bruxelles avait alors été réduit de 30 à 20. Il a été réduit mercredi à 10 et cette mesure sera effective à la fin du mois d'octobre.

"La décision n'est pas liée à un événement particulier, mais nous avons découvert qu'il s'agit d'agents de renseignement russes non déclarés, sous couverture, et nous avons constaté une augmentation des activités malveillantes de la Russie, au moins en Europe. Nous devions donc agir", a-t-il déclaré au cours d'un point de presse au lendemain de l'annonce de la décision.Jens Stoltenberg a annoncé avoir proposé à Moscou d'organiser une réunion du Conseil Otan-Russie "pour discuter", mais les autorités russes ont refusé."J'ai rencontré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à New York, pendant l'Assemblée générale des Nations Unies, mais nous ne sommes pas parvenus à nous entendre pour réunir le conseil Otan-Russie", a-t-il expliqué. Ce conseil créé en 2002 est une instance de consultation et de coopération entre l'Alliance et la Russie.Les pays de l'Alliance atlantique avaient dénoncé en avril les "actions déstabilisatrices" de la Russie dans certains pays de l'Alliance et annoncé l'examen de mesures de rétorsion.L'Otan avait décidé en mars 2018 de retirer leurs accréditations à sept membres de la mission russe et de les faire expulser de Belgique à la suite de l'empoisonnement de Sergueï Skripral, un ancien agent russe, et de sa fille au Royaume-Uni.Le nombre des accréditations de la mission de la Russie à Bruxelles avait alors été réduit de 30 à 20. Il a été réduit mercredi à 10 et cette mesure sera effective à la fin du mois d'octobre.