"Si les services secrets allemands étaient véritablement impliqués, ce serait particulièrement piquant quand on se souvient de la réaction ferme de la chancelière Merkel après qu'il fut apparu que son téléphone mobile avait été mis sur écoute par les services de renseignement de la NSA. Merkel avait alors immédiatement téléphoné à Obama pour lui demander de plus amples explications. S'il devait apparaître que les informations faisant état de pratiques d'écoutes à grande échelle dans le chef des services secrets allemands étaient correctes, l'Allemagne devra à son tour fournir des explications", a réagi Alexander De Croo dans un communiqué.

Le ministre de la Justice Koen Geens a pour sa part indiqué au supplément MO que la Sûreté de l'Etat avait démarré une enquête. Celle-ci doit déterminer "si, et le cas échéant, dans quelle mesure la Belgique a réellement fait l'objet d'activités supposées d'espionnage". Et "les mesures appropriées seront prises sur base des résultats de cette enquête".

"Si les services secrets allemands étaient véritablement impliqués, ce serait particulièrement piquant quand on se souvient de la réaction ferme de la chancelière Merkel après qu'il fut apparu que son téléphone mobile avait été mis sur écoute par les services de renseignement de la NSA. Merkel avait alors immédiatement téléphoné à Obama pour lui demander de plus amples explications. S'il devait apparaître que les informations faisant état de pratiques d'écoutes à grande échelle dans le chef des services secrets allemands étaient correctes, l'Allemagne devra à son tour fournir des explications", a réagi Alexander De Croo dans un communiqué.Le ministre de la Justice Koen Geens a pour sa part indiqué au supplément MO que la Sûreté de l'Etat avait démarré une enquête. Celle-ci doit déterminer "si, et le cas échéant, dans quelle mesure la Belgique a réellement fait l'objet d'activités supposées d'espionnage". Et "les mesures appropriées seront prises sur base des résultats de cette enquête".