"On attend encore l'aval de l'agence européenne des médicaments. Dès qu'on l'a, on met en place la vaccination à partir du 5 janvier", a détaillé le ministre.

Les premières doses seront donc réservées aux maisons de repos et seront administrées au sein même des résidences par le médecin coordinateur et/ou la médecine du travail.

Les lots suivants seront réservés au personnel des hôpitaux puis au personnel de santé, la vitesse à laquelle la campagne se déroulera dépendant du rythme de production des firmes pharmaceutiques.

Pour ce faire, "trois des sept centres de tests vont être reconvertis en centres partiels de vaccination", a détaillé Alain Maron, qui ajoute avoir bien reçu la proposition du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close de créer un grand centre à Brussels Expo au Heysel.

La manière dont les personnes seront convoquées n'est pas encore définie, "ce sera prêt pour mars-avril". Le ministre évoque toutefois un système de pré-inscription, à l'instar de celui en vigueur pour les tests.

Selon Alain Maron, "la situation épidémioloqique n'est pas bonne" en ce moment. Il a exhorté les Belges à "ne pas aller faire un tour à l'étranger" où le nombre de contaminations est encore plus important.

"On attend encore l'aval de l'agence européenne des médicaments. Dès qu'on l'a, on met en place la vaccination à partir du 5 janvier", a détaillé le ministre. Les premières doses seront donc réservées aux maisons de repos et seront administrées au sein même des résidences par le médecin coordinateur et/ou la médecine du travail. Les lots suivants seront réservés au personnel des hôpitaux puis au personnel de santé, la vitesse à laquelle la campagne se déroulera dépendant du rythme de production des firmes pharmaceutiques. Pour ce faire, "trois des sept centres de tests vont être reconvertis en centres partiels de vaccination", a détaillé Alain Maron, qui ajoute avoir bien reçu la proposition du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close de créer un grand centre à Brussels Expo au Heysel. La manière dont les personnes seront convoquées n'est pas encore définie, "ce sera prêt pour mars-avril". Le ministre évoque toutefois un système de pré-inscription, à l'instar de celui en vigueur pour les tests. Selon Alain Maron, "la situation épidémioloqique n'est pas bonne" en ce moment. Il a exhorté les Belges à "ne pas aller faire un tour à l'étranger" où le nombre de contaminations est encore plus important.