Si un homme avisé en vaut deux, combien de sièges valent une écolo mal à Visé ? La réponse est : aucun. En annonçant vouloir mener la liste provinciale écologiste dans le district de Visé, Muriel Gerkens, députée fédérale, espérait forcer l'entrée de son parti dans la majorité provinciale liégeoise. Elle se voyait bien, dans cette configuration, abandonner le siège de parlementaire occupé depuis 1999 pour devenir députée provinciale. Elle pensait, le 14 octobre, pouvoir choisir entre deux députations. C'est raté.
...

Si un homme avisé en vaut deux, combien de sièges valent une écolo mal à Visé ? La réponse est : aucun. En annonçant vouloir mener la liste provinciale écologiste dans le district de Visé, Muriel Gerkens, députée fédérale, espérait forcer l'entrée de son parti dans la majorité provinciale liégeoise. Elle se voyait bien, dans cette configuration, abandonner le siège de parlementaire occupé depuis 1999 pour devenir députée provinciale. Elle pensait, le 14 octobre, pouvoir choisir entre deux députations. C'est raté. En décembre 2005 en effet, le Code wallon de la Démocratie locale avait intégré une disposition spécifique aux élections provinciales : un parlementaire, quelle que soit l'assemblée dans laquelle il siège, ne peut désormais plus se porter candidat à une élection provinciale. C'est l'article L41-42.1, §4, 1° du CDLD qui le dit. Muriel Gerkens, qui termine son dernier mandat de députée fédérale, aurait donc dû l'abandonner pour pouvoir se présenter aux électeurs provinciaux liégeois. Elle ne l'a pas fait, et, ni au siège de son parti, où l'on comptait sur elle pour la prochaine législature provinciale, ni à la Justice de Paix de Visé, où les candidatures étaient censées avoir été vérifiées, personne ne semble avoir eu connaissance de cette incompatibilité. Mieux, ou pire, même : les témoins des autres partis, qui épluchent les listes de leurs adversaires, n'ont pas tiqué non plus. Aujourd'hui, tous les délais pour introduire un recours sont écoulés, et la liste écologiste dans le district de Visé (qui rassemble les communes de Visé, Dalhem, Oupeye, Bassenge, Juprelle et Herstal) sera donc bien menée par Muriel Gerkens... qui ne pourra donc en aucun cas siéger au conseil provincial. "C'est une erreur d'appréciation, et il n'y a plus rien à faire", déplore la députée fédérale, que nous avons informée de sa situation. Or les écologistes liégeois, portés par leur travail de dénonciation des scandales liés à l'intercommunale à capitaux provinciaux Publifin, comptaient frapper un grand coup à la Province de Liège. Leur campagne, en tout cas dans le district de Visé, se fera en pointillés. "Je vais devoir convaincre nos électeurs de voter pour un des autres candidats de notre liste, puisque je ne peux plus me retirer", explique, penaude, Muriel Gerkens. Si elle est malgré tout élue au conseil provincial, ce qui était le cas de la tête de liste Ecolo en 2012, les élections provinciales pourraient être annulées dans le district. Il faudrait pour cela qu'un candidat concurrent décide d'un recours, que le conseil provincial sortant, puis, en cas d'appel, le Conseil d'Etat, seraient chargés d'examiner. Les deux instances pourraient, si elles estiment que la présence irrégulière de Muriel Gerkens sur la liste écologiste a influé sur le choix des électeurs, et donc sur la distribution des sièges, convoquer un nouveau scrutin. Si personne ne dépose de recours, le nouveau conseil provincial, lors de sa première séance, devra constater l'inéligibilité de la députée fédérale, et celle-ci devra céder son siège de conseillère provinciale à son suppléant. Muriel Gerkens devait mener le combat de la transparence dans les tortueux méandres mosans des intercommunales provinciales, des filiales, des sous-filiales et du tout nouveau décret gouvernance. Son parti et elle se sont mépris dans une incompatibilité très clairement énoncée dans la législation wallonne, à leur demande de surcroît. Dommage. Il lui reste la possibilité de devenir échevine à Bassenge, sa commune : elle y occupe la deuxième place sur la liste Ecolo, qui pourrait entrer dans la majorité. Et là elle en a le droit.