La ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem avait affirmé plus tôt dans la journée que la responsabilité d'Electrabel était "lourdement engagée" après l'annonce de la non disponibilité de six des sept réacteurs nucléaires en novembre. La porte-parole d'Electrabel assure pour sa part que le gestionnaire des centrales a toujours communiqué "en toute transparence".

"La sécurité nucléaire est notre priorité"

"Après les premiers constats de dégradations dans le béton à Doel 3 en octobre 2017, nous avons immédiatement fait savoir que nous inspecterions également les autres unités. La dégradation diffère d'un bâtiment à l'autre et nous sommes en train d'analyser la situation et d'effectuer des travaux de réparation. Cela prend du temps. Avant une reprise, nous avons aussi besoin du feu vert de l'AFCN", a ajouté la porte-parole. "La sécurité nucléaire est notre priorité. C'est notre responsabilité de gérer les unités en toute sécurité sous le contrôle de l'AFCN. C'est notre rôle et il est clair", a-t-elle asséné.

La ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem avait affirmé plus tôt dans la journée que la responsabilité d'Electrabel était "lourdement engagée" après l'annonce de la non disponibilité de six des sept réacteurs nucléaires en novembre. La porte-parole d'Electrabel assure pour sa part que le gestionnaire des centrales a toujours communiqué "en toute transparence". "Après les premiers constats de dégradations dans le béton à Doel 3 en octobre 2017, nous avons immédiatement fait savoir que nous inspecterions également les autres unités. La dégradation diffère d'un bâtiment à l'autre et nous sommes en train d'analyser la situation et d'effectuer des travaux de réparation. Cela prend du temps. Avant une reprise, nous avons aussi besoin du feu vert de l'AFCN", a ajouté la porte-parole. "La sécurité nucléaire est notre priorité. C'est notre responsabilité de gérer les unités en toute sécurité sous le contrôle de l'AFCN. C'est notre rôle et il est clair", a-t-elle asséné.