Une grande première, qui, pour certains, est de bon augure. Pour d'autres, l'assignation de cette matière à un nationaliste flamand n'est pas un hasard, et a de quoi préoccuper le secteur.
...

Une grande première, qui, pour certains, est de bon augure. Pour d'autres, l'assignation de cette matière à un nationaliste flamand n'est pas un hasard, et a de quoi préoccuper le secteur. " La Flandre ne peut vraiment rayonner que si elle excelle culturellement ", a solennellement affirmé le nouveau chef du gouvernement flamand, Jan Jambon (N-VA), lors de sa déclaration de politique générale. Dans un portrait paru dans De Standaard, celui que son clan dénomme " Sterke Jan " est présenté par son porte-parole comme un fan d'opéra qui s'adonne de temps à autre à la lecture, comme " un amateur de culture plutôt qu'un véritable connaisseur ". Nul besoin a priori d'en être un, au vu de ce qui a d'ores et déjà été établi par l'accord gouvernemental. Seront prioritaires : les infrastructures, suivies des grandes institutions liées à l'héritage culturel et artistique flamand, et des fonds pour les lettres et les films. Pas étonnant donc de voir la directrice du Musée des beaux-arts d'Anvers ou l'Union des auteurs flamands se réjouir. La prise en charge de la culture par un ministre-président est pour eux un " signal fort " qui illustre l'importance accordée à la matière. D'autres acteurs culturels ne cachent toutefois pas leurs craintes. Les subsides accordés aux projets artistiques, et donc aussi aux nouveaux talents, seront désormais limités. La sélection favorisera ceux qui " atteignent la norme ", et qui contribuent à faire briller la Flandre à l'international. De quoi, sans doute, alimenter la fierté du nouveau ministre en charge des relations extérieures et qui n'est autre que... Jan Jambon. Parallèlement, 30 millions d'euros seront investis dans un Musée pour l'histoire et la culture de Flandre. Ce financement intervient en marge de l'élaboration d'un " canon flamand ". Egalement prévue par l'accord gouvernemental, cette liste doit énumérer " tous les points d'ancrage de la culture et de l'histoire flamande qui caractérisent la Flandre comme nation européenne ". Elle servira de " source d'inspiration ", notamment dans l'enseignement et les parcours d'intégration. Le concept d'un tel corpus a été imaginé il y a quelque temps déjà par un historien, en la personne de Bart De Wever (N-VA). Malgré l'émoi que l'idée avait suscité, le canon verra donc bien le jour, et sera confectionné par une équipe d'experts " autonomes et pluralistes ". Depuis les premières loges, le ministre de la Culture aura le loisir de surveiller l'élaboration de cette bible de l'identité flamande. D'après son porte-parole, les nouveaux pouvoirs de Jan Jambon n'ont pas de quoi inquiéter : " Jan n'est pas du genre à contrôler. Mais, à la fin, il doit y avoir un résultat, car après tout, nous injectons de l'argent dans le secteur. " Parmi les acteurs du monde culturel flamand, des craintes d'instrumentalisation ou de censure indirecte se font ressentir. Elles constitueront peut-être bientôt pour eux une nouvelle source d'inspiration.