Le député s'est inquiété des conséquences des difficultés financières d'Electrawinds, présidée par M. Vande Lanotte entre 2007 et 2010, sur Groenkracht, une coopérative qui a investi dans la société active dans les énergies renouvelables.

Les placements étaient présentés comme sûrs et un rendement de 6 pc était offert. "Je crains que nous n'ayons là un deuxième Arco, un mini Arco", a averti M. Dedecker.

M. Vande Lanotte est demeuré dans le cadre de ses compétences de ministre de l'Economie, à savoir le contrôle des coopératives qui sont tenues au respect de sept critères: tous les coopérateurs peuvent s'associer librement, le vote en assemblée générale doit se dérouler de manière démocratique, etc.

"La coopérative remplit toutes les conditions. Pour cette raison, elle a été reconnue en 2004 et sa reconnaissance a été prolongée en 2011", a-t-il souligné tout en reconnaissant qu'à l'avenir, il faudrait peut-être revoir la législation.

La N-VA est également intervenue en questionnant le premier ministre Elio Di Rupo à propos du respect par M. Vande Lanotte du Code de déontologie qui s'applique aux ministres. Le socialiste flamand s'y est conformé, en renonçant à ses mandats d'administrateurs, à l'exception de deux, non rémunérés, dans des asbl locales, a indiqué M. Di Rupo.

Groen a réclamé de son côté un contrôle parlementaire accru sur la Société fédérale de participation et d'investissement (SFPI) qui a investi dans Electrawinds.

Le député s'est inquiété des conséquences des difficultés financières d'Electrawinds, présidée par M. Vande Lanotte entre 2007 et 2010, sur Groenkracht, une coopérative qui a investi dans la société active dans les énergies renouvelables. Les placements étaient présentés comme sûrs et un rendement de 6 pc était offert. "Je crains que nous n'ayons là un deuxième Arco, un mini Arco", a averti M. Dedecker. M. Vande Lanotte est demeuré dans le cadre de ses compétences de ministre de l'Economie, à savoir le contrôle des coopératives qui sont tenues au respect de sept critères: tous les coopérateurs peuvent s'associer librement, le vote en assemblée générale doit se dérouler de manière démocratique, etc. "La coopérative remplit toutes les conditions. Pour cette raison, elle a été reconnue en 2004 et sa reconnaissance a été prolongée en 2011", a-t-il souligné tout en reconnaissant qu'à l'avenir, il faudrait peut-être revoir la législation. La N-VA est également intervenue en questionnant le premier ministre Elio Di Rupo à propos du respect par M. Vande Lanotte du Code de déontologie qui s'applique aux ministres. Le socialiste flamand s'y est conformé, en renonçant à ses mandats d'administrateurs, à l'exception de deux, non rémunérés, dans des asbl locales, a indiqué M. Di Rupo. Groen a réclamé de son côté un contrôle parlementaire accru sur la Société fédérale de participation et d'investissement (SFPI) qui a investi dans Electrawinds.