La position des libéraux flamands n'est pas nouvelle, mais selon le parti qui est au gouvernement tant au niveau fédéral qu'en Flandre, les temps ont changé. "Les esprits des autres partis sont en train de mûrir. Les partis sont de plus en plus ouverts à nos propositions qui redonnent le pouvoir aux citoyens", dit Lachaert.
...

La position des libéraux flamands n'est pas nouvelle, mais selon le parti qui est au gouvernement tant au niveau fédéral qu'en Flandre, les temps ont changé. "Les esprits des autres partis sont en train de mûrir. Les partis sont de plus en plus ouverts à nos propositions qui redonnent le pouvoir aux citoyens", dit Lachaert.En abolissant l'effet dévolutif du vote en case de tête et de suppléants, l'Open VLD veut limiter le pouvoir des partis et restaurer le pouvoir des députés. "Celui qui obtient le plus de voix doit être élu. La position sur la liste - attribuée par la direction du parti dans de nombreux partis - ne devrait pas être importante. Avec notre projet de loi, l'électeur pourra toujours voter en case de tête, mais cela n'aura d'effet que sur le nombre de sièges qu'un parti obtiendra, et non sur les élus", explique Lachaert.Plus d'autonomie pour les parlementaires Le système actuel des listes de suppléants n'a aucun sens démocratique, poursuit-il. "Lorsqu'un membre du parlement démissionne, ce n'est pas la personne qui a obtenu le plus de votes de préférence qui entre au parlement. Ce qui se passe, c'est qu'un candidat apparaît sur la liste des suppléants, qui a généralement obtenu beaucoup moins de voix et qui est placé là par le parti. (...) Ce ne sont pas les partis, mais les électeurs qui doivent décider qui les représente." Plafond de dépensesLe président de l'Open VLD estime également qu'il faut revoir le financement du parti. "Aujourd'hui, les meilleurs candidats sont autorisés à dépenser un multiple de ce que les candidats ordinaires sont autorisés à dépenser pour leurs campagnes. Cela revient en fait à une distorsion de la concurrence. C'est pourquoi nous proposons d'imposer la même limite à tous les candidats : 8 700 euros, plus un montant variable en fonction de la circonscription électorale. Cette réforme rend les élections plus justes, et leur financement et leur déclaration plus transparents."Le parti souhaite d'ailleurs renforcer la transparence financière de toutes ses dépenses électorales, et améliorer l'accès à la comptabilité des partis politiques. Egbert Lachaert estime que le citoyen a le droit de savoir ce que les partis font de leur argent. Il est également d'avis que l'état doit cesser de payer le personnel d'anciens ministres après leur mandat. Avec Belga