Sous le feu de critiques depuis quelques semaines, venant beaucoup du MR, les Verts ont insisté sur les fondements d'un projet de société fondé sur le vivre ensemble plutôt que la division. "Le vivre-ensemble ne se décrète pas, il se construit tous les jours. C'est la condition pour faire une société. Tout l'inverse de ce que Charles Michel et son gouvernement MR/N-VA nous ont montré pendant cinq ans", a souligné le co-président Jean-Marc Nollet.

Trop de gens ont été laissés sur le chemin, selon lui: non seulement la classe moyenne mais aussi les jeunes ou les aînés, les professeurs, infirmiers, aides-soignants... "Tous ces métiers qui ont un point commun: ils ne se vendent pas." La reconduction de la coalition suédoise (MR, N-VA, CD&V, Open Vld) est l'une des hypothèses qui pourraient se réaliser après le 26 mai, avec s'il le faut l'appoint du cdH pour former une majorité.

"Quand je vois le cdH tenté de rejoindre cet attelage nationaliste-conservateur, permettez-moi de dire mon inquiétude", a ajouté M. Nollet.

Les écologistes ont répété le thème central de leur programme: la transition écologique et solidaire. "Nous n'avons pas la naïveté de croire que ce sera facile mais nous avons la conviction que cela en vaut la peine", a assuré la co-présidente Zakia Khattabi.

La revendication d'une loi Climat, qui n'a pas pu aboutir sous cette législature en raison de l'hostilité de la N-VA, du CD&V et de l'Open Vld, n'est pas oubliée. "Demain, la Belgique aura une loi Climat. Et, très vite, dans la foulée, des gouvernements plus verts passeront à l'action", a prédit M. Nollet.

Ecolo appelle à la formation d'une grande "alliance" pour relancer la Belgique et l'Europe. "En 2008, le monde s'est mobilisé pour sauver ses banques. En 2019, avec la mobilisation de toute la société, nous pouvons créer un monde plus vert et plus juste", a encore dit Mme Khattabi.