Les élections du 26 mai mettront en jeu l'avenir du pays, a indiqué samedi le président du PS Elio D Rupo, présentant dans ce contexte sa formation politique comme "la seule alternative" alors que "deux modèles s'affronteront" desquels émergera le plus fort au décompte du nombre de députés.

Le président du PS a opposé le projet politique de sa formation, qui vise à tirer chacun vers le haut, au modèle "MR-N-VA" de "l'appauvrissement" que pourrait remettre en scelle l'éparpillement des voix à gauche.

Samedi, M. Di Rupo a clairement fustigé la stratégie du PTB qu'il accuse de ne pas vouloir participer à des gouvernements. "Voter PTB, c'est remettre la N-VA au centre de gravité de notre pays", a-t-il lancé aux progressistes tentés de voter pour le parti d'extrême gauche.

L'ancien Premier ministre a opposé la "gauche authentique et responsable", incarnée par le parti socialiste, à la gauche de la seule "indignation" au "balcon", que représente à ses yeux le PTB.

Le 26 mai, toutes les voix et tous les sièges au parlement compteront pour lutter contre le "modèle de l'appauvrissement", a conclu M. Di Rupo.