Jean-Luc Meurice, bourgmestre faisant fonction de Jodoigne, est tête de la liste UC (MR), tandis que Jean-Paul Wahl, mayeur en titre et chef du groupe MR au parlement de Wallonie, donne la priorité à ses mandats parlementaires. Sans s'effacer pour autant : il sera dernier de la liste. " On travaille ensemble depuis longtemps, et toujours dans l'intérêt de la commune. Il n'y a pas de raison que cela change ", résume Jean-Luc Meurice.
...

Jean-Luc Meurice, bourgmestre faisant fonction de Jodoigne, est tête de la liste UC (MR), tandis que Jean-Paul Wahl, mayeur en titre et chef du groupe MR au parlement de Wallonie, donne la priorité à ses mandats parlementaires. Sans s'effacer pour autant : il sera dernier de la liste. " On travaille ensemble depuis longtemps, et toujours dans l'intérêt de la commune. Il n'y a pas de raison que cela change ", résume Jean-Luc Meurice. Au niveau des priorités, l'homme fait de la mobilité le défi de la prochaine législature, avec le projet de contournement qui vient, en juin dernier, de trouver une issue positive dans le conflit qui opposait la commune à Natagora. Inscrit depuis quarante ans au plan de secteur, ce contournement doit désengorger le centre-ville et soulager le carrefour du Cheval blanc qui draine pas moins de 20 000 voitures et 2 000 camions par jour. " Nous nous sommes engagés à prendre plusieurs mesures en faveur de la biodiversité sur notre territoire ", explique le bourgmestre. Autre satisfaction, la reconstruction du hall sportif, détruit lors d'une tempête en 2016. Coût estimé : 25 millions d'euros investis sur plusieurs années pour ce complexe de 12 hectares qui regroupera la future piscine, les infrastructures sportives, dont treize terrains de sport, ou encore une salle polyvalente. L'emplacement est idéal : il rejoint le coeur de ville via une zone commerciale qui sera développée à l'ancienne caserne et est à proximité de la gare des bus, qui offre des liaisons vers les communes voisines. C'est là l'un des grands objectifs du libéral, celui faire de Jodoigne une ville commerciale attractive. " On veut jouer sur nos atouts, notre patrimoine ", poursuit Jean-Luc Meurice. Dynamiser le centre-ville ne signifie pas dénaturer le caractère rural de la commune. " Pour cela, il ne faut pas que de grandes surfaces commerciales s'établissent en périphérie, ce qui déserterait le coeur de ville. Il faut développer une offre de commerce de proximité. " Dans ce cadre, la Ville a adopté un schéma de structure et un plan de développement commercial. " Ces outils nous permettent d'avoir tous les paramètres en main pour présenter un projet de ville pour les vingt prochaines années. " Du côté de l'opposition, le principal but est de se faire une place face à une majorité absolue installée depuis des décennies, en ramenant du débat à Jodoigne sur des thématiques comme la mobilité, l'aménagement du territoire ou la cohésion sociale, " en sortant d'une gestion politique qui fonctionne en vase clos depuis trente ans ", souligne Philippe Dalcq, tête de liste de Jodoigne en mouvement (J'M). " Et la meilleure façon d'en sortir, c'est en créant le débat, en le dynamisant grâce à la participation citoyenne, en renforçant les initiatives locales avec des budgets participatifs. Aujourd'hui, le conseil communal s'est transformé en une autodéfense de la majorité. "