Cette position qui a fait rugir, dès vendredi, les Verts, dans l'opposition, a été nuancée par le cabinet du bourgmestre Philippe Close. Pour celui-ci, la Ville n'a pris position ni positivement ni négativement, n'entendant pas jouer les cavaliers seuls, mais bien se ranger derrière l'avis de la Région.

"Nous disposons déjà d'une simulation de la "Werkvennootschap" - ndlr la société qui coordonne le projet pour compte du gouvernement flamand- qui montre qu'un élargissement contribuerait à réduire le trafic sur nos routes", a affirmé Els Ampe (Open VLD), citée par la plateforme multimedia flamande Bruzz.

Selon celle-ci, c'est le cas de la chaussée Romaine mais aussi de beaucoup de rues locales, essentiellement dans les quartiers de Laeken.

Toujours d'après Mme Ampe, la Ville est toutefois opposée à la fermeture de certains accès et sorties du Ring, dont la sortie numéro 8 vers Wemmel, envisagée par les autorités flamandes. Elle souhaite une meilleure desserte cyclable entre Laeken et Wemmel dans le prolongement de l'avenue Houba de Strooper ainsi qu'une meilleure liaison cyclable entre Laeken et Grimbergen le long de l'A12.

Pour le groupe Ecolo-Groen, cet avis rendu par le collège de la Ville de Bruxelles est "tragique".

"Il y a peine quelques semaines tous les partis s'étaient engagés à agir pour une meilleure qualité de l'air en ville comme le revendiquent depuis des mois les parents inquiets autour des écoles. Alors que les familles sont en vacances, les masques tombent. L'élargissement du ring va intensifier la circulation et dégrader encore plus la qualité de l'air", a commenté le chef de file d'Ecolo/Groen Bart Dhondt.

"Alors que notre pays traverse une longue période caniculaire ponctuée de pics d'ozone réguliers, nous ne pouvons accepter cet aveuglement politique et cette attitude irresponsable", a surenchéri la cheffe du groupe Ecolo-Groen, Zoubida Jellab.

La Ville rompt le front des communes opposées à l'élargissement - DéFI et sp.a

La majorité de la Ville de Bruxelles rompt le front des communes bruxelloises opposées à l'élargissement du Ring voulu par la Région flamande, a affirmé vendredi la conseillère communale DéFI, Marie Nagy.

Pour Marie Nagy, le collège de la Ville de Bruxelles affiche en la matière une "approche passéiste de la mobilité". Le soutien à l'élargissement annoncé par l'échevine Els Ampe est regrettable, "en ces temps caniculaires où la problématique du changement climatique est présentée comme grave et où la population subit des épisodes de forte pollution due à la circulation routière". A ses yeux, accroître l'infrastructure routière amènera plus de circulation, plus d'encombrements et plus de pollution liée à la navette vers Bruxelles. "Ce n'est pas notre vision de la mobilité. Pour DéFI, il faut avant tout réfléchir à la fiscalité automobile, finaliser le dossier du RER et encourager la mobilité douce", a-t-elle commenté. Au passage, Mme Nagy a dénoncé le refus d'Els Ampe, de réfléchir, durant la législature communale, à "un plan de mobilité pour les quartiers du Nord de la Ville, déjà aujourd'hui impactés par les embouteillages". Cette approche globale devrait tenir compte du développement futur du Plateau du Heysel.

De son côté, le chef du groupe sp.a au parlement bruxellois, Jef Van Damme a soutenu le plaidoyer, dominant en Région bruxelloise, en faveur d'une réduction du trafic routier. L'élargissement du Ring tel que défendu par Mme Ampe, disant s'exprimer au nom du collège, va à contresens, celui d'un renforcement du phénomène d'aspiration des voitures autour de et vers Bruxelles, a-t-il dit.

Cette position qui a fait rugir, dès vendredi, les Verts, dans l'opposition, a été nuancée par le cabinet du bourgmestre Philippe Close. Pour celui-ci, la Ville n'a pris position ni positivement ni négativement, n'entendant pas jouer les cavaliers seuls, mais bien se ranger derrière l'avis de la Région."Nous disposons déjà d'une simulation de la "Werkvennootschap" - ndlr la société qui coordonne le projet pour compte du gouvernement flamand- qui montre qu'un élargissement contribuerait à réduire le trafic sur nos routes", a affirmé Els Ampe (Open VLD), citée par la plateforme multimedia flamande Bruzz. Selon celle-ci, c'est le cas de la chaussée Romaine mais aussi de beaucoup de rues locales, essentiellement dans les quartiers de Laeken. Toujours d'après Mme Ampe, la Ville est toutefois opposée à la fermeture de certains accès et sorties du Ring, dont la sortie numéro 8 vers Wemmel, envisagée par les autorités flamandes. Elle souhaite une meilleure desserte cyclable entre Laeken et Wemmel dans le prolongement de l'avenue Houba de Strooper ainsi qu'une meilleure liaison cyclable entre Laeken et Grimbergen le long de l'A12. Pour le groupe Ecolo-Groen, cet avis rendu par le collège de la Ville de Bruxelles est "tragique". "Il y a peine quelques semaines tous les partis s'étaient engagés à agir pour une meilleure qualité de l'air en ville comme le revendiquent depuis des mois les parents inquiets autour des écoles. Alors que les familles sont en vacances, les masques tombent. L'élargissement du ring va intensifier la circulation et dégrader encore plus la qualité de l'air", a commenté le chef de file d'Ecolo/Groen Bart Dhondt. "Alors que notre pays traverse une longue période caniculaire ponctuée de pics d'ozone réguliers, nous ne pouvons accepter cet aveuglement politique et cette attitude irresponsable", a surenchéri la cheffe du groupe Ecolo-Groen, Zoubida Jellab. La majorité de la Ville de Bruxelles rompt le front des communes bruxelloises opposées à l'élargissement du Ring voulu par la Région flamande, a affirmé vendredi la conseillère communale DéFI, Marie Nagy.Pour Marie Nagy, le collège de la Ville de Bruxelles affiche en la matière une "approche passéiste de la mobilité". Le soutien à l'élargissement annoncé par l'échevine Els Ampe est regrettable, "en ces temps caniculaires où la problématique du changement climatique est présentée comme grave et où la population subit des épisodes de forte pollution due à la circulation routière". A ses yeux, accroître l'infrastructure routière amènera plus de circulation, plus d'encombrements et plus de pollution liée à la navette vers Bruxelles. "Ce n'est pas notre vision de la mobilité. Pour DéFI, il faut avant tout réfléchir à la fiscalité automobile, finaliser le dossier du RER et encourager la mobilité douce", a-t-elle commenté. Au passage, Mme Nagy a dénoncé le refus d'Els Ampe, de réfléchir, durant la législature communale, à "un plan de mobilité pour les quartiers du Nord de la Ville, déjà aujourd'hui impactés par les embouteillages". Cette approche globale devrait tenir compte du développement futur du Plateau du Heysel. De son côté, le chef du groupe sp.a au parlement bruxellois, Jef Van Damme a soutenu le plaidoyer, dominant en Région bruxelloise, en faveur d'une réduction du trafic routier. L'élargissement du Ring tel que défendu par Mme Ampe, disant s'exprimer au nom du collège, va à contresens, celui d'un renforcement du phénomène d'aspiration des voitures autour de et vers Bruxelles, a-t-il dit.