Mihai* n'a appris la tragique nouvelle que 4 jours après la catastrophe. Pas à la télévision ou à la radio, mais par l'intermédiaire d'un ami qui l'a appelé. Il raconte que l'une des cinq victimes d'Anvers avait grandi dans un village voisin du sien en Moldavie. Le neveu du frère d'une connaissance, ils ont dû aller à l'école ensemble. Dans leur jeunesse, lorsqu'ils rêvaient encore d'argent, d'aventure, d'une villa au village. L'époque lui semble révolue depuis une éternité. Mihai n'a que 36 ans, mais après 18 ans de travail sur les chantiers belges, son corps est usé. Ses rotules, ses vertèbres du bas du dos le font souffrir, sans parler de ses muscles surchargés en permanence.
...

Mihai* n'a appris la tragique nouvelle que 4 jours après la catastrophe. Pas à la télévision ou à la radio, mais par l'intermédiaire d'un ami qui l'a appelé. Il raconte que l'une des cinq victimes d'Anvers avait grandi dans un village voisin du sien en Moldavie. Le neveu du frère d'une connaissance, ils ont dû aller à l'école ensemble. Dans leur jeunesse, lorsqu'ils rêvaient encore d'argent, d'aventure, d'une villa au village. L'époque lui semble révolue depuis une éternité. Mihai n'a que 36 ans, mais après 18 ans de travail sur les chantiers belges, son corps est usé. Ses rotules, ses vertèbres du bas du dos le font souffrir, sans parler de ses muscles surchargés en permanence.Ses journées commencent à cinq heures du matin et le travail ne se termine qu'après sept heures. Le soir, Mihai prépare un repas simple dans son petit appartement et appelle chez lui via WhatsApp pour savoir comment vont les trois enfants qu'il n'a plus vus depuis des mois. "Je n'ai pas besoin d'avoir connu ces cinq travailleurs décédés pour savoir ce qu'était leur existence", dit-il. "Le travail, le travail, le travail. Et calculer tous les mois. Si je peux économiser telle somme d'argent, je peux envisager un retour permanent l'année prochaine ou l'année suivante. Alors la vraie vie peut commencer. C'est du moins ce que vous espérez."L'histoire de Mihai ne diffère guère de celle de ses proches ou des autres villageois. Il a été élevé par une mère et une grand-mère, tandis que son père travaillait sur les chantiers navals en Israël. Chaque été, l'homme arrivait les bras chargés de cadeaux, mais il n'a jamais eu de lien étroit avec lui. S'il y a une chose que son père lui a apprise, c'est que son avenir est ailleurs. À dix-huit ans, Mihai voulait partir en Grande-Bretagne, mais après cinq tentatives infructueuses pour traverser la Manche, il a renoncé à ce rêve. Il se souvient du mélange de colère et de soulagement lorsque la dernière fois, la police de Zeebruges l'a découvert dans le camion. Les mois suivants , que j'ai passés à travailler à Molenbeek, ont été très durs. J'abattais des murs dix heures par jour, à trois euros de l'heure - pour un entrepreneur marocain qui menaçait sans cesse de me mettre à la porte."En 2021, l'histoire de Mihai est celle d'une remarquable mobilité sociale. Il parle bien français et a une entreprise unipersonnelle. Les dimanches après-midi où il est libre, il va à la pêche, à Noël et à Pâques, il prend deux semaines de congé et en été, il rentre chez lui pendant au moins un mois. "Je pourrais faire venir la famille - ma femme serait d'accord. Mais alors nous sommes condamnés à rester ici pour toujours et mes fils et ma fille deviendront belges. Je ne veux pas - je n'aimerai jamais ce pays".Fiscalement avantageux Les cinq ouvriers du bâtiment qui ont été ensevelis sous les décombres d'une école en construction à Anvers le 18 juin étaient d'origine portugaise et moldave. Nicolae Ivanov et Mihail Balan étaient originaires de la même région de Moldavie que Mihai, tandis que Carlos Quiterio, Antonio Rosario, et Cristiano Santos étaient originaires de Benedita, un village situé à 100 kilomètres au nord de Lisbonne. Ils font partie des 80 000 personnes travaillant comme travailleurs détachés sur les chantiers belges. Le détachement est l'emploi temporaire de travailleurs étrangers en Belgique par des entreprises étrangères. Il est fiscalement avantageux, car les cotisations de sécurité sociale sont payées dans le pays d'origine. Ainsi, le salaire horaire est de 4 à 6 euros moins cher. "Sans travailleurs détachés, le secteur de la construction serait paralysé", explique le chercheur Dries Lens, du Centre de politique sociale de l'Université d'Anvers. "C'est également le cas du secteur des transports et de l'industrie de la viande. Les jeunes Belges n'y voient pas d'opportunités d'avenir".En 2019, 85 % des travailleurs détachés étaient des citoyens de l'UE, 11 % ce que l'on appelle des "ressortissants de pays tiers" : des personnes originaires de régions frontalières comme l'Ukraine, la Serbie ou la Moldavie, ou de pays avec lesquels il existe des liens historiques ou culturels, comme les Brésiliens travaillant pour des entreprises portugaises. Lens : "Ces dernières années, des pays comme la Pologne, la Slovénie et le Portugal sont devenus des portes d'entrée et des stations intermédiaires pour les personnes peu ou moyennement qualifiées venant de l'extérieur de l'UE. Normalement, ces personnes n'ont aucune chance de trouver un emploi en Europe occidentale par le biais de la migration de travail classique. Notre pays applique des règles assez souples pour attirer les travailleurs hautement qualifiés des pays tiers, mais garde la porte pratiquement fermée pour tout le reste."Bien que la migration intra-européenne de la main-d'oeuvre soit souvent associée au traité de Maastricht - qui garantit la libre circulation des personnes, des services et des biens depuis 1992 - le phénomène au Portugal est beaucoup plus ancien. En raison de son passé de superpuissance maritime, l'émigration est un phénomène de société vieux de plus de 400 ans, et le pays a connu plusieurs vagues d'émigration. Lors de la première vague, du 19e siècle aux années 1960, 2 millions de Portugais sont partis, principalement pour le Brésil et les États-Unis. Entre les années 1950 et la crise pétrolière du milieu des années 1970, deux autres millions de Portugais ont tenté leur chance ailleurs. Ils cherchaient un travail temporaire principalement en France et en Allemagne. Une autre destination classique est le Grand-Duché de Luxembourg, qui a signé une convention de travail en 1970. Aujourd'hui, près de 15 % des habitants de ce mini-État riche sont d'origine portugaise ou capverdienne.La troisième vague de migration portugaise est également antérieure au traité de Maastricht, explique le sociologue Pedro Góis, qui étudie le phénomène de la migration portugaise vers l'UE à l'université de Coimbra. "Au fond, cela a commencé lorsque Berlin est devenu un grand chantier de construction après la réunification allemande. Les entreprises portugaises ont soudainement commencé à travailler en masse comme sous-traitants en Allemagne. Ensuite, elles ont rejoint la Belgique, les Pays-Bas et la France, pour la construction de la liaison TGV entre Paris et Amsterdam, et depuis, elles se dispersent dans presque tous les pays d'Europe occidentale".Emplois de quatrième main La crise financière de 2008 et le chômage massif des jeunes qui en a résulté ont provoqué un boom de l'émigration. "Évidemment, ce qui n'aide pas non plus", déclare Paulo* (34 ans), qui travaille dans le secteur de la construction en Belgique depuis 15 ans, "c'est que votre Premier ministre considère le départ comme une solution au malaise". Il fait référence à l'ancien Premier ministre conservateur Pedro Passos Coelho, qui a déclaré en décembre 2011 que l'émigration était une solution à la crise. Cette déclaration a suscité un vif débat public. Nos dirigeants, à commencer par le Premier ministre, sont en train de se ridiculiser sur la scène internationale", avait commenté le journal Público.Paulo a déménagé chez son père et ses oncles en Belgique en 2006 et a rejoint un ami entrepreneur. "Beaucoup de personnes sans connaissances linguistiques ou sans liens familiaux sont également parties. Si vous ne vouliez pas vivre toujours avec vos parents, il fallait agir. Au début, il combinait son travail avec des cours du soir de français. Je ne cesse de le répéter aux nouveaux arrivants : ce n'est que si vous comprenez comment les choses fonctionnent ici que vous avez une chance de mener une vie décente". Entre-temps, il est indépendant et dirige sa propre entreprise de construction. En un sens, il s'agit d'une forme de protection sociale. Les emplois dans le secteur de la construction sont souvent de quatrième main", dit Paulo. Les appels d'offres passent d'un entrepreneur belge à une entreprise moins chère, qui reprend ensuite le travail. À chaque fois, le budget est plus petit et la rémunération plus faible. Après toutes ces années, je suis mieux loti en tant qu'entrepreneur indépendant. Mais fondamentalement, peu de choses ont changé. Je vois maintenant des Afghans qui travaillent dur pour cinq euros de l'heure, notamment sur de petits chantiers. Ceux qui n'ont pas de papiers ou qui ne connaissent pas leur chemin acceptent n'importe quoi. Aucune inspection ne résiste à cela."