En juin 2020, après les élections municipales en France, Ecolo se réjouissait déjà d'une vague verte outre-Quiévrain. Mais de nombreuses voix s'étaient levées pour préciser que si les écologistes français étaient certes en progression, les chiffres des votes ne correspondaient pas réellement à la grande marée verte décrite par Ecolo. Comme si à chaque fois le parti tentait de rappeler sa progression aux élections de mai 2019.

Alors qu'en est-il en Allemagne ?

Le parti écologiste allemand, Grüne, devient effectivement le premier parti dans trois circonscriptions (sur une cinquantaine) : les villes de Cologne, Bonn et Aix-La- Chapelle. En 2014 il n'était en tête dans aucune circonscription du Land.

A Dortmund et à Düsseldorf, les verts finissent deuxième, à respectivement 6 et 9 points des socilaistes du SPD et de la CDU (chrétien-démocrate). Grüne passe ainsi, dans les résultats généraux, de 11,7% en 2014 des suffrages à 20,0%. Les verts se rapprochent du parti socialiste (SPD), qui reste en deuxième position, avec 24,3%. Dans les chiffres, la déferlante verte reste donc relative.

On notera aussi que, par rapport aux élections de 2014, la CDU perd 3,2 points de pourcentage, le résultat le plus bas dans l'histoire du parti pour ce Land, et passe à 34,3%, tout en restant le premier parti. Le SPD perd 7,3 points de pourcentage, et perd des territoires à la CDU. L'AfD, dans les résultats généraux, monte de 2,5 points de pourcentage, pour arriver à 5%. L'extrême droite a ainsi doublé son score. L'endroit où elle est le plus représenté dans les résultats (à hauteur de 12,9%) est la ville de Gelsenkirchen.

Enfin, pour de nombreux observateurs, les élections communales sont des indicateurs pour les élections fédérales, ayant lieu en septembre 2021. C'est donc surtout la progression de l'extrême-droite qui est inquiétante.

En juin 2020, après les élections municipales en France, Ecolo se réjouissait déjà d'une vague verte outre-Quiévrain. Mais de nombreuses voix s'étaient levées pour préciser que si les écologistes français étaient certes en progression, les chiffres des votes ne correspondaient pas réellement à la grande marée verte décrite par Ecolo. Comme si à chaque fois le parti tentait de rappeler sa progression aux élections de mai 2019.Alors qu'en est-il en Allemagne ?Le parti écologiste allemand, Grüne, devient effectivement le premier parti dans trois circonscriptions (sur une cinquantaine) : les villes de Cologne, Bonn et Aix-La- Chapelle. En 2014 il n'était en tête dans aucune circonscription du Land. A Dortmund et à Düsseldorf, les verts finissent deuxième, à respectivement 6 et 9 points des socilaistes du SPD et de la CDU (chrétien-démocrate). Grüne passe ainsi, dans les résultats généraux, de 11,7% en 2014 des suffrages à 20,0%. Les verts se rapprochent du parti socialiste (SPD), qui reste en deuxième position, avec 24,3%. Dans les chiffres, la déferlante verte reste donc relative.On notera aussi que, par rapport aux élections de 2014, la CDU perd 3,2 points de pourcentage, le résultat le plus bas dans l'histoire du parti pour ce Land, et passe à 34,3%, tout en restant le premier parti. Le SPD perd 7,3 points de pourcentage, et perd des territoires à la CDU. L'AfD, dans les résultats généraux, monte de 2,5 points de pourcentage, pour arriver à 5%. L'extrême droite a ainsi doublé son score. L'endroit où elle est le plus représenté dans les résultats (à hauteur de 12,9%) est la ville de Gelsenkirchen.Enfin, pour de nombreux observateurs, les élections communales sont des indicateurs pour les élections fédérales, ayant lieu en septembre 2021. C'est donc surtout la progression de l'extrême-droite qui est inquiétante.