Si personne ne réclame de façon explicite la démission des coprésidents, de nombreux parlementaires estiment que ceux-ci devraient tirer les leçons de la Berezina du 25 mai, et donc remettre leur mandat en jeu.

Ex-ministre, Nollet incarnerait une forme de continuité par rapport à l'ère Javaux et à la professionnalisation du parti engagée alors.

Quant à Genot, son profil très à gauche pourrait rassurer une base militante en manque de radicalité. Députée depuis 1999, elle a aussi l'avantage de bien connaître le terrain wallon. Pas un mince atout dans un parti de plus en plus clivé entre Wallons et Bruxellois.

Si personne ne réclame de façon explicite la démission des coprésidents, de nombreux parlementaires estiment que ceux-ci devraient tirer les leçons de la Berezina du 25 mai, et donc remettre leur mandat en jeu. Ex-ministre, Nollet incarnerait une forme de continuité par rapport à l'ère Javaux et à la professionnalisation du parti engagée alors. Quant à Genot, son profil très à gauche pourrait rassurer une base militante en manque de radicalité. Députée depuis 1999, elle a aussi l'avantage de bien connaître le terrain wallon. Pas un mince atout dans un parti de plus en plus clivé entre Wallons et Bruxellois.